Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Soma,
une révélation pop/rock

Fort de leur expérience musicale anglo-saxonne et de leurs séjours à l'étranger, le groupe Soma arrive sur le devant de la scène pop/rock.
La rédaction Notulus, s'est intéressée à leur histoire et a souhaité la faire partager à tous.


D'où vient le nom « Soma » ? Pourquoi avoir choisi ce nom ?


"Soma" vient d'un titre des « Smashing Pumpkins » ainsi que du roman « Le meilleur des mondes » d'Aldous Huxley. C'est un nom qui a beaucoup de significations, cependant nous l'avons choisi avec ces bases là.
Le titre des Smashing est un morceau qui est extrêmement nuancé, débutant très calme et finissant très fort. Cette caractéristique nous correspond bien.
Concernant le roman, ce qui nous a plu, est l'idée de la drogue qui anéanti les émotions des gens, nous cherchons justement l'antidote dans notre soma à nous ...


Pouvez-vous présenter les membres de votre groupe ?

Lionnel Buzac au chant et à la guitare, Sébastien Claret à la guitare, Thomas Bitoun à la batterie et Thomas Fenouil à la basse.

Comment vous êtes vous rencontrés ?

Au lycée, alors que nous commençions à apprendre à jouer d'un instrument. Nous avons tout de suite aimé apprendre ensemble.

Parlez-moi un peu de votre groupe

Il n'y a pas de méthode figée dans l'élaboration de notre musique. Des morceaux peuvent naître sur une base guitare-voix, piano-voix, et dès lors chaque membre développe des idées jusqu'à ce que nous trouvions une harmonie commune. Parfois cela peut partir de rien, et naître comme cela de but en blanc.
Lionnel écrit les textes. Les répétitions sont des plus démocratiques. Chacun s'exprime librement et diffuse ses influences dans la composition.

Pourquoi avoir choisi d'écrire et de chanter des textes en anglais ?

Depuis notre plus jeune âge nous avons toujours baigné dans la musique anglo-saxonne, comme beaucoup de gens de notre génération. Nos parents en sont responsables en grande partie!! Cependant, nous n'avons pas choisi d'écrire en anglais simplement parce que le rock sonne mieux dans cette langue. Lionnel a vécu pas mal d'expériences aux états-unis ou en irlande, d'autres ont aussi eu l'occasion de séjourner dans des pays où la langue anglaise est universelle. Raconter des expériences de vie reste pour nous aussi tangibles que de les exprimer dans notre langue maternelle. C'est intéressant d'en faire part à des personnes qui ne les comprendrait pas en Français. Nous sommes très pointilleux sur le sens de nos textes. Et bien sûr cela vient naturellement.
Une bonne chanson est une bonne chanson, peu importe la langue utilisée.

Qu'est ce qui vous a donné envie de vous lancer dans le domaine de la musique?

La passion, bien évidemment. L'adrénaline de la scène et l'excitation qu'elle nous procure dans la vie de tous les jours.

Comment percevez-vous le monde musical ?

Il est à la fois vaste et restreint. Il faut savoir s'entourer des bonnes personnes et surtout s'armer d'une grande patience.
La persévérance est le maître mot pour se lancer dans une carrière musicale.

Quels sont les artistes qui vous ont inspiré ?

Au départ nous étions partagés entre les groupes rock incisifs et les groupes de brit-pop. Nous n'avons jamais voulu nous séparer de ces deux influences. Dans le fond nous aimions la démarche des Smashing Pumpkins pour cela. Mais nous avons tous les 4 des influences diverses, en définitive les groupes qui nous ont inspirés seraient entre autres les Supergrass, Oasis ou encore Jet, The Killers ...

Comment qualifiez-vous votre style musical ?

Entre mélodies pop et agression salvatrice du rock.

Vous avez travaillé au côté de Dave Sardy, producteur de nombreux artistes tels qu'Oasis. Quel sentiment avez-vous ?

Un immense plaisir et de la fierté bien sur. Cette idée au départ relevait du fantasme jusqu'à ce qu'elle devienne réalité. Nous sommes heureux d'avoir pu travailler avec cette pointure du rock mondial.

Parlez nous un peu de votre album.

On y retrouve des morceaux rock faisant aussi la part belle aux mélodies pop, parfois dans le même titre. Cet album a été réalisé par Antoine Gaillet, avec qui nous avons passé de très bons moments au studio Blackbox d'Angers. Au départ nous avions une liste de titres pré-choisis et ce qui a été fort, c'est que nous avons composé 4 titres de l'album dans l'urgence, c'est à dire quelques semaines avant la fin de l'enregistrement. Cet état de fait nous a beaucoup plu et lorsque nous avons donné naissance à « Jewel and the orchestra », le titre, nous avons voulu graver cette expérience en lui donnant le nom de l'album. Le thème qui revient beaucoup dans cet album est celui de la ville, du voyage mais aussi de la nostalgie. Par exemple, imaginez vous adolescent en train de découvrir le monde et vous rendant compte que la vie vous rattrape ...trop vite. C'était une manière pour nous de sceller sur disque notre aventure commune dès notre plus jeune age. D'autre textes font aussi référence à la Beat generation.

Vous jouez durant 3 soirs au festival du Printemps de Bourges, comment imaginez-vous l'ambiance là-bas ?

Ce sera une découverte pour nous mais nous imaginons que cela ne sera pas de tout
repos !

Cela fait maintenant un peu plus d'un mois que vous avez démarré votre tournée, comment avez-vous été accueilli par le public ?

La tournée à très bien démarré, l'accueil du public est vraiment chaleureux nous sommes très heureux chaque soir de constater qu'il est au rendez-vous. Ce qui est nouveau pour nous c'est qu'il vient vraiment pour nous voir jouer ...(rires)

Le clip « Get Down » est un peu « provoc' », non ? Quel message souhaitiez-vous faire passer dans ce clip ?

Ce n'était pas volontaire la provoc de ce clip. Au départ nous avons voulu nous marrer ensemble, comme de coutume, et faire un clip ou la fiction prenait le pas. Etant fans du cinéma de Tarantino c'était évident que certaines scènes pourraient choquer. Cependant le fond du message n'est pas si provocant que cela. Il propose à des jeunes en débauche de rejoindre un groupe de musique pour sortir de cet état, et pour que cela fonctionne évidemment, il faut un peu de force ...mais dans le fond, les 4 membres sont sauvés par la musique ...

Ce clip a d'ailleurs été censuré. Qu'en pensez-vous ?

Il a été censuré par des utilisateurs qui n'ont pas saisi à première vue le second degré du clip. Lorsque nous surfons tous sur le net nous voyons des tas de choses beaucoup plus choquantes que ce clip, a priori.

Pour clôturer cette interview, pourriez-vous me dire quelle a été votre plus belle rencontre ?

La rencontre de notre Directeur artistique lors d'une première partie de Pleymo à Toulouse. Complètement inattendue et surtout elle à marqué un tournant dans notre carrière musicale.



Soma jouera les 14, 15 et 16 avril à minuit au festival du Printemps de Bourges






0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
Soma
Soma

L'histoire commence de manière classique : quatre potes sur les bancs d'un lycée au milieu des années 90 se retrouvent autour d'une passion commune pour le rock, et notamment les Smashing Pumpkins qui font l'unanimité au sein du groupe.

Lire la suite
Site web lié à la news
NEWS DU MÊME THEME
Tags