Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Ska-P au Jardin du Michel

Cette année, le festival du Jardin du Michel a eu l'honneur d'accueillir les 6 trublions espagnols du groupe SKA-P, véritable référence du Ska-punk dans le monde entier. Pulpul, le chanteur, et Joxemi, le guitariste, nous ont accordés quelques instants pour une conférence de presse quelques minutes à peine avant de monter enflammer la scène du Michel.

Vous êtes des habitués des festivals français, pourquoi avoir choisi le JDM, qui n'est encore qu'un petit festival ?

Joxemi : Parce qu'on nous a appelé (rires) ! Il n'y a pas vraiment de différence entre un grand et un petit festival, on va là où les gens veulent nous voir.

Cela fait 15 ans que vous critiquez en chanson les maux qui gangrènent la société. Vous n'êtes pas fatigués de voir que rien ne change ?

Joxemi : Oui, ça nous fatigue.
Pulpul : Nous, nous mettons notre grain de sel, nous disons les choses. Nous devons être les porte-paroles de ce qu'il se passe dans la rue, dans le monde, pour les peuples. Car les médias de masse nous mentent constamment sur la réalité des choses.

Vous pensez donc que la musique est un moyen efficace pour faire changer la vision que les gens ont de la réalité ?

Pulpul : La musique, c'est la culture. C'est une arme très puissante, car Ska-P par exemple, arrive à toucher l'esprit de nombreux jeunes qui sont entrain de former leur propre personnalité. Nous essayons d'apporter quelque chose de sensé et de positif. Nous ne laissons jamais une chanson vide de sens, il y a toujours un message important.

Dans vos chansons, vous critiquez avec virulence la société de consommation et le capitalisme. Certains pensent qu'en fin de compte, vous n'êtes que des hypocrites...

Pulpul : Viens me dire ça dehors !! (en riant)

En fait certains vous reprochent de faire dans la démagogie et l'hypocrisie puisqu'en définitive, vous vivez de ce système capitaliste...

Pulpul : Il faut garder à l'esprit que l'on vit sous l'influence d'une culture capitaliste, et c'est cela qu'il faut changer. Aujourd'hui, il existe de nombreux mouvements de rébellion, surtout en Amérique Latine et notamment au Vénézuela qui nous montrent qu'il y a une alternative possible à cette folie capitaliste qui affame plus de la moitié de la population mondiale, dans un monde où règne l'analphabétisme et où les guerres ne sont qu'une question d'argent. Oui, nous sommes conscients que nous vivons dans une société capitaliste mais nous voulons la changer.

Vous avez commencé la musique très jeune ?

Pulpul : Oui, depuis mes 15 ans si je me rappelle bien, et que j'ai eu ma première guitare, la musique est le seul aliment de mon esprit.
Joxemi : Moi j'avais 12 ans. Faut dire que je n'aimais pas le foot (rires).

Quelles étaient vos idoles, vos sources d'inspiration ?

Pulpul : Moi c'était les Sex Pistols, les Clash. Quand j'étais jeune, c'était les groupes qui écrivaient des textes qui disaient des choses importantes et qui faisaient de la bonne musique. Ils écrivaient aussi des textes stupides mais franchement marrants.
Joxemi : Moi c'était Johnny Hallyday (rires) !!! Non, je préfère les Wampas ou les Fils de Teuhpu, ils sont spectaculaires sur scène.

Vous vous imaginez encore sur scène à 60 ans ?

Joxemi : Comme les Stones !! (rires)

Pulpul : C'est très optimiste, je ne sais pas ce que je ferai à 60 ans... Le monde de la musique est un monde dépravé... On va d'abord penser au présent !

Qu'est-ce qui vous plait le plus dans la musique ? La création ? La partie studio ? Ou la scène ?

Joxemi : Tout. Enregistrer un disque, trouver de nouvelles idées, c'est un défi. Ensuite, quand on joue sur scène, on voit que les gens répondent. Dans notre cas les gens répondent vraiment et il n'y a rien de mieux. Le seul point négatif de tout ça, ce sont les voyages, toute la journée dans le bus...

Avez-vous des projets ou des envies de collaborations avec d'autres groupes ou artistes ?

Joxemi : On n'a rien de prévu pour l'instant. Si ça se trouve, on croisera un jour quelqu'un qui en aura envie. Pulpul a déjà chanté avec de nombreux petits groupes. On ne cherche pas à collaborer avec un artiste simplement parce qu'il est connu. Il y a des petits groupes auxquels il prête sa voix parce qu'il en a envie.
Pulpul : Parce que j'aime ce qu'ils font. Ça ne doit pas être quelque chose de prémédité, ça arrive, tout simplement.
Joxemi : On va faire un duo avec le Pape !! (Clin d'œil à leur chanson, Crimen sollicitationnis qui dénonce les abus sexuels et la pédophilie au sein de l'Eglise, ndlr)

Quels sont vos projets pour 2010 ?

Pulpul : Cette année, jouer sur scène (le groupe est actuellement en tournée dans toute l'Europe, ndlr) et ensuite s'arrêter un an ou deux. Nous avons une famille... J'ai une fille et je voudrais la voir grandir.


Rédaction et traduction par Notulus.com, avec la collaboration des journalistes présents lors de la conférence de presse.


2 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?