Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Les BB Brunes se confient à Notulus

Félix le guitariste des BB Brunes a accordé une interview à Notulus avant le passage du groupe au festival Aux Zarbs le 18 juillet 2010. Eclairage sur le succès du groupe français.

Nous allons passer la présentation de votre groupe car je ne pense pas que cela soit nécessaire de vous présenter. En revanche, vous pouvez peut-être résumer en quelques mots l'aventure "BB Brunes" de ces 3 dernières années ?

Ah de ces 3 trois dernières années... Ca tombe bien car il y a à peu près trois ans, Berald, le bassiste est arrivé dans le groupe donc voilà ça fait 3 ans qu'il est dans le groupe et qu'on l'a intégré. En fait, on avait eu des galères de bassiste avant ça. Ensuite, ça été l'enregistrement du 2ème album, tournée des festivals tout l'été et tournée de nos propres concerts et puis tournage de clip. La belle vie quoi !

Vous connaissez un succès renversant. Qu'est-ce qui, selon vous, est à l'origine de ce succès ?

Je ne peux pas répondre à cette question. C'est vrai que vous n'êtes pas la première personne à nous la poser... On sait pas, on peut pas savoir.

Oui, mais ça aurait pu être une chanson, une rencontre avec une personne particulière, une maison de disque qui aurait déclenché ce succès.

Oui c'est vrai, il y a la chanson "Dis moi" qui est beaucoup passée à la radio, à la télé donc c'est vrai que ça marque. Mais je ne sais pas vraiment pourquoi, c'est simplement les gens qui se reconnaissent dans les paroles ou qui accrochent les chansons, les mélodies. Ca ne peut être que ça, je ne vois que ça.

Comment le gérez-vous ? Cela ne va-t-il pas un peu vite pour vous ?

Oui ça va vite mais c'est bien ! On arrive à garder les pieds sur terre. On est confiant du succès mais ça va il n'y a rien à gérer de spécial.

Lorsque vous écrivez vos textes, essayez-vous de faire passer un message en particulier ?

Non quand on écrit les textes, on écrit ce que l'on a dans la tête au moment présent, voilà c'est plus histoire d'extérioriser ce que l'on a à l'intérieur. C'est pas forcément dans l'intention de faire passer un message.

Il n'y a donc pas quelque chose en particulier qui vous inspire lorsque vous composez ?

Ben si, les filles, l'amour, la drogue, le sexe, la mort. Tous les trucs de la vie, tous les trucs des gens de notre âge. Enfin pour l'instant c'est vrai qu'on ne parle pas vraiment de politique, on n'est pas engagé, on verra quand même par la suite avec nos idées comment elles se développeront.

Vous jouez dans des festivals, des petites et grandes salles. Dans quel univers vous sentez-vous le plus à l'aise?

Nous ce que l'on aime bien, c'est les tournées dans les clubs, les petites salles. Le public est vachement proche, il n'y a pas forcément des barrières devant. Les gens peuvent monter sur scène s'ils sont chauds. Ca c'est cool parce qu'il y a vraiment une bonne ambiance ce qui peut nous rappeler nos débuts quand on était au "Gibus", au "Back up" et qu'on jouait dans les petites salles comme ça à Paris. Mais c'est vrai que les festivals c'est totalement différent. Mais c'est tout aussi bien parce que ça permet de jouer devant plein de gens, des gens qui ne nous connaissent pas forcément, qui ne nous ont jamais vu sur scène et du coup ça nous permet de leur montrer ce qu'on sait faire. Ca nous permet aussi de rencontrer des artistes parce que quand on fait des festivals, on rencontre des artistes qu'on admire beaucoup. C'est vraiment des univers différents, les petites salles et les festivals, mais je ne pourrais pas dire qu'il y en a un que je préfère. Les deux sont bien et on a besoin des deux.

Et en général, quel rapport vous entretenez avec votre public ?

Euh ben avec notre public... ben on est gentil ! (rires) Non je ne sais pas. On est sympa, ils sont sympas et puis voilà.

Dans des vidéos, des reportages on vous voit prendre le temps de vous retrouvez avec eux après vos concerts...

Ouai ben c'est vrai que des fois il y a des gens qui veulent nous rencontrer après. Nous on est là, on neva pas leur dire non ! On est des gens normaux, ce sont des gens normaux, on est ok pour les rencontrer. Parfois, ils viennent dans les loges, on discute. Après ça dépend, si on est de mauvaise humeur, si on a fait un mauvais concert on va dire "non, on a pas envie" et on va s'enfermer (rires). En général, on est assez "accessible", on va dire ça comme ça.

Avez-vous un rituel particulier avant de rentrer sur scène ?

Non, aucun. Rien du tout. Non avant de rentrer sur scène on est chacun dans notre bulle, on ne se parle même pas. On est un peu stressé et finalement on ne se parle pas.

Actuellement quel est votre plus beau souvenir de scène ?

Mon plus beau souvenir de scène actuellement... Ben à chaque fois je dis la même chose. Mon premier concert car c'est quelque chose que tu n'oublies jamais. Ce concert je pense que je m'en souviendrai toute ma vie. La première fois que je suis monté sur scène, il y avait des gens qui étaient là, qui criaient. Moi j'étais tellement dans l'euphorie de la scène que j'ai râté tous les accords, tous les trucs mais bon c'est pas grave. C'était assez hallucinant comme souvenir.

Selon toi, qu'est-ce qui est le plus compliqué dans le milieu artistique ?

Le plus compliqué... Le plus compliqué... Je ne sais pas... Non il n'y a pas grand-chose de compliqué. Il n'y a rien qui me vient à l'esprit là. Pour nous le rapport est très facile avec la maison de disque, le touneur, on s'entend bien. Voilà ça marche bien quoi, c'est cool, ça roule.

Quelle a été votre plus belle rencontre artistique ?

Ben en faite on a croisé Baby Shambles sur un festival et donc ouai c'était assez impressionnant de les voir. Voir Pete Doherty, voir Drue, le bassiste. Et donc en fait, on a papoté avec eux, c'était assez sympa car le courant est bien passé. Au début on était un peu impressionné mais finalement après ça a été. Mais c'est vrai que c'est assez impressionnant quand même. Il y avait les Hives juste à côté, dans la loge d'à côté. Et puis surtout dernièrement, il y a 2 / 3 jours on a rencontré les Dead Weather sur un festival. On a réussi à parler enfin avec Jack white et comme c'est un peu notre Dieu, on était vraiment super content de le voir ! De voir à quel point il est hyper accessible aussi, il ne se prend pas la tête, il nous a parlé, il s'est présenté, nous a serré la main. Il y avait Jay-Z aussi, il était à côté mais lui je ne sais pas on l'a pas vu, il est pas trop sorti... Je pense qu'il est un peu moins accessible justement. J'aurais bien aimé parlé à Missy Eliott, j'aurais bien aimé lui serrer la main... mais bon une autre fois.

Dans votre plus jeune âge, vous imaginiez-vous être artiste et parcourir les routes de France, de Suisse, du Canada ? Qu'est ce que cela vous fait ?

Quand j'étais plus jeune, j'ai commencé le piano. C'est ma mère qui m'y obligeait et je n'étais pas vraiment content d'en faire. Mais c'est plus tard, vers le collège, quand j'ai commencé à écouter Nirvana, que j'ai commandé une guitare pour Noël que je me suis dit que je voulais vraiment faire un groupe, faire des concerts, je voulais aller loin. Donc j'ai motivé mes potes je disais : "Allez ! Vas-y fait de la basse". J'ai monté un premier groupe avec des potes de collège, je savais que j'étais motivé et c'est là que j'ai rencontré BB Brunes. A l'époque, ça s'appelait Hangover et ils cherchaient un guitariste, enfin un 2ème. Donc je me suis présenté, je leur ai dit que j'avais un autre groupe. Pendant un moment, j'ai joué dans ces deux groupes-là et puis BB Brunes a commencé à prendre beaucoup de temps, on a commencé à enregistrer l'album, à s'envoler un peu et j'ai quitté l'autre groupe en fait.

Ca ne vous a pas fait un peu peur, de partir dans une aventure comme ça ?

Non j'étais assez curieux justement de savoir jusqu'où ça pouvait aller. Parce que tu sais quand tu as 15 ans et que tu vas enregistrer un album, ben je n'y croyais pas vraiment je disais "ok, vas-y, on en parle pour l'instant et puis on verra quand ça se fera".Et puis finalement, ça s'est fait et ça a été loin. J'étais curieux de savoir jusqu'où on pouvait aller.

Et tes parents étaient derrière toi, ils t'ont encouragé à faire de la musique ?

Oui biensûr, ils étaient là. Ce sont eux qui m'ont offert la guitare. Donc ouai carrément ils m'ont poussé.

Envisagez vous de faire de la musique sur du long terme ou aimerais-tu t'entretenir à d'autres corps de métier (par ex. passer devant la caméra et devenir "comédien" ?)

Faire de la musique sur du long terme, ça c'est sûr. Moi je veux continuer à jouer de la guitare de toute façon et après pourquoi ne pas explorer d'autres univers. Moi ça me plairais de jouer dans des films, d'essayer ça. Oui, ça me plairais aussi. Mais bon, ça je verrai plus tard, je dis ça comme ça pour l'instant.

Où en êtes-vous dans vos études : les menez-vous en parallèle ou vous consacrez-vous entièrement à votre carrière musicale?

Non, on a tout arrêté. Il y en a 2 qui ont eu le bac, 2 qui ont arrêté en cours de route parce ce que c'est vrai que le groupe ça prenait beaucoup trop de temps. On avait envie de se dire aussi, qu'il y a un moment il faut se jeter à l'eau. On a mis toutes nos chances du côté du groupe pour le monter le plus haut possible.

Que représente la musique pour toi ?

Une libération ! Vraiment, la liberté et ça fait du bien en fait.

Quels sont vos projets ? Travaillez-vous sur la sortie d'un nouvel album ? Si oui, pourrais-tu nous en dire un peu plus ? Y'a-t-il des collaborations ? des featuring ?

Oui on est sur le projet de rentrer des titres anglais, qui trainent et qu'on avait sous le coude. Et on a vraiment envie de sortir ces titres en anglais aussi. Ce serait un EP... un 5 titres en fait. Je ne crois pas qu'il y aura des collaborations. C'est pas ce qui est prévu en tout cas, après on verra. Donc normalement on enregistre en septembre.

Y a-t-il un artiste particulier avec qui vous aimeriez collaborer ?

Il y en a plein, mais après c'est plus dans nos rêves. Comme je te disais tout à l'heure Jack White ou Arctic Monkeys, Josh Homme.

Que dirais-tu à nos lecteurs pour qu'ils viennent applaudir votre groupe au Festival aux Zarbs ?

S'ils sont chauds pour bouger, s'ils ont envie de voir un concert qui arrache. Ben qu'ils viennent, qu'ils se pointent.


Les BB Brunes se produiront le dimanche 18 juillet au festival Aux Zarbs à Auxerre.


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?