Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

The Wayfarers,
où la tradition du rock'n roll

Ces cinq nancéens passionnés de musique plongent le festival des Arts en Liberté de Saint-Dié-des-Vosges dans la fureur des origines du rock'n roll. Ils participent sans aucun stress ni complexe au tremplin pour gagner leur place auprès de Ben l'Oncle Soul... Focus !

Vous jouez ensemble depuis 2008, racontez nous vos débuts. Comment vous êtes-vous rencontrés ? Qu'est-ce qui vous a donné envie de monter un groupe ?

Thibault : ce groupe est l'association entre 2 groupes. Martin, Edouard et Romain avaient un groupe de Ska qui s'appelait "Les Histrions", Joffrey et moi on avait un groupe de funk "Les Moolygaïgos". On a arrêté ces groupes et on a fait de la musique tous ensemble et ça a donné Les Wayfarers. C'était en juin 2008.

Dans la même lignée que Mustang, vous jouez du Rock'n Roll typé Rock à Billy. Qu'est-ce qui vous a poussé à jouer cette musique-là ? Est-ce par nostalgie des années 50 / 60 ?

En coeur : ah non pas du tout la même lignée que Mustang ! On a essayé de faire du rock mais eux, ils ont une banane mais nous, on n'a pas de banane (rires).
Si, si on prend ce qui se fait en ce moment, ce qui est à la mode, ça s'en rapproche
Thibaut : Quand les gens décrivent ce qu'on fait en concert, musicalement, ils parlent souvent de l'influence Madness pour le côté ska. C'est sûrement le saxophone qui ajoute cette touche et aussi les ambiances joyeuses et péchues des concerts, qui donnent cette impression.

Et qu'est-ce qui vous a donné envie de jouer du rock a Billy ?

Romain Goudon, notre guitariste (rires). Il avait déjà quelques compos sous la main et puis c'est le seul qui avait la vraie culture et influence du rock'n roll. Et comme il en jouait pas mal à la guitare, on est partis de là pour faire nos compos.

Et c'était par nostalgie des années 50 / 60 ?

La nostalgie, non parce qu'on ne les a pas vécues.

Jouer un rock plus actuel, alternatif, ne correspondait-il pas plus à votre génération ? Pourquoi avoir choisi cette musique ?

C'est une musique qui fait danser, qui peut plaire à beaucoup de gens et c'est à la base d'énormément de sons. Et puis c'est une musique simple à jouer. Mais on ne joue pas non plus un rock'n roll pur, on l'accommode à notre sauce et puis c'est une musique qu'on aime jouer tout simplement.

Pourquoi ce nom The Wayfarers ?

Thibaut : c'est parce qu'Edouard portait des lunettes, des Ray-ban Wayfarers. Comme la musique, elles reviennent à la mode, tous les rockeurs portent ça donc voilà. Bon c'est vrai que ça coûte cher mais nous on en a des fausses (rires).
Edouard : ah non, moi c'est pas des fausses !
Thibaut : non, ce sont des lunettes de rockeurs, les lunettes des Blues Brothers et les lunettes des mecs qui vont plus loin aussi, et comme ont espère toujours aller plus loin... (rires).

Vous avez sorti un EP 5 titres. A quand le premier album ?

On est en plein dedans et c'est pour octobre. C'est pas vraiment un album, c'est un maxi 8 titres parce qu'on n'a pas la prétention de pouvoir faire un album complet, on n'a pas assez de morceaux parfaitement travaillés pour ça. Donc on préfère sortir un maxi huit titres, on est en plein enregistrement, à la maison. En fait, on est trois du groupe à être en colocation, du coup on enregistre à la maison, on a tout le matos qu'il faut.

Quel est votre rêve de musicien ? Vos projets et ambitions ?

Tout péter (rires) ! Jouer, se faire des filles (rires)... Etre un groupe, vivre en groupe, vivre de notre groupe, ça c'est un beau rêve ! Jouer le maximum, rester un groupe avec l'esprit de groupe qui va avec, faire la fête... pas de carrière solo. Pas d'album solo, ça c'est interdit !

Vous vous produisez ce soir aux Arts en Liberté dans le cadre du 2e Tremplin du Festival Drop'n Rock, comment appréhendez-vous cette sélection ?

On est conscient qu'on participe à un tremplin mais on l'aborde comme un concert normal. On ne vient pas pour gagner spécialement, on vient surtout pour faire la fête, pour jouer, faire plaisir au public, rigoler et SE faire plaisir ! On ne fait pas de la musique par compétition, on vient pour se faire plaisir.
Pour dire, on a fait un tremplin il y a un mois, "Musique de Rue" qui nous a amené à Bordeaux et nous a donné 4 dates dans toute la France. Il y avait 150 groupes et on est arrivé premier ! Lors de la finale, on était quatre groupes, les trois autres étaient mode compétition et ils étaient sur les dents. Ca a créé des ambiances bizarres. Nous on voulait juste jouer, on était contents d'être à Bordeaux, on y est allé cool et on a gagné. D'ailleurs après qu'on ait gagné, plus personne nous parlait, c'était drôle (rires) !
Les tremplins sont une occasion supplémentaire de jouer et quand c'est pour faire de beaux plateaux comme ça, ça nous motive.

Est-ce quelque chose que vous faites souvent ?

C'est le quatrième. On a fait celui des "24 heures de Stan", on a gagné et on joué aux 24 heures, on a joué aux "Musiques de Rue", et le tremplin Zikamine du festival Zikametz qui nous fera jouer aux Trinitaires en septembre prochain.

Lors du 1er tremplin, c'est le groupe nancéen Iraeversible qui a été sélectionné. Les connaissez-vous ? Quelques mots sur eux ?

Oui on les connaît, le bassiste est mon ancien prof de basse, qui est le frère de notre chanteuse dans notre ancien groupe de ska. Eh oui, le monde est petit ! Oui, on aime bien, c'est du slam, ça joue vachement bien derrière. Maintenant faut aimer le slam, on n'est pas des grands fans mais même pour un style de musique qu'on n'aime pas particulièrement, on sait reconnaître quand ça joue très bien.

Le fait de vous produire dans un festival tel que celui des Arts en liberté, où il n'y a pas uniquement de la musique, est-ce particulier pour vous ?

Beaucoup de plaisir, c'est une bonne ouverture d'esprit, les marionnettes géantes qu'on a croisées, c'est chouette, y'a du théâtre du rue qui a l'air sympa, "Les Misérables" c'est ça ? Non, ça fait plaisir d'autant plus qu'on est ouvert, on n'est pas que "musique".

Avez-vous jeté un œil sur la programmation de ces cinq jours de spectacle ? Qu'est-ce qui a retenu votre attention ?

Bien sûr, Les Wayfarers, ça a l'air pas mal (rires) ! On aime bien le rock'n roll et tout ça...
On s'est plus concentré sur la programmation du festival Drop'n Rock et on a vu qu'il y avait Ben, l'oncle Soul.
J'ai vu qu'il y avait AµD qui jouait aussi sur le tremplin. Ils étaient hier au "Requiem pour un Jacky" avec les Fils de Teuhpu. Ca a l'air pas mal et ils commencent à bien tourner... On va aller écouter.

Un petit mot pour les lecteurs de Notulus.com ?

Continuez à le lire ! Et venez nombreux nous écouter sur www.myspace.com/thewayfarersmusicshow et surtout bougez-vous sur les concerts on a une quinzaine de dates de programmées!


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags