Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Chinese Man Au fil du Son

Ce collectif français de trip-hop, va enflammer la grande scène du festival "Au fil du Son" le 31 juillet prochain. Influencé par tous les styles de musique, du dub au jazz en passant par le reggae "l'Homme Chinois" a accepté de répondre aux questions de la rédaction Notulus afin d'en connaître un peu plus sur ces origines.

Pouvez-vous me présenter votre groupe en quelques mots ?

Le projet a initialement débuté avec la création du label Chinese Man Records en 2004. L'idée était de monter un collectif plutôt qu'un simple groupe afin de pouvoir être notre propre producteur et d'intégrer les DJ et vidéastes qui nous entouraient.

Pourquoi "Chinese Man" ?

Chinese Man est le nom du premier morceau que nous avons composé et dans lequel nous avons repris une voix d'Ocean's Eleven, où il est question d'un chinese man enfermé dans une banque...

Pourquoi avoir choisi de créer votre propre label ?

Dés le début, nous avons souhaité produire nos propres maxi vinyles afin de toucher le public des DJ et plus généralement des adeptes du vinyl. Après avoir participé chacun de son côté à différents projets, il nous paraissait essentiel de pouvoir contrôler notre production de A à Z.

Quel plaisir avez-vous à mélanger de l'electro, du hip-hop et même du jazz ?

C'est toujours agréable de ressortir des vieux sons que la plupart des gens ont oubliés et de les remettre au goût du jour. Notre méthode de production, basée sur le sample, est intimement liée à l'histoire du hip-hop et cela fait des années que le hip-hop intègre des influences comme la soul ou le jazz pour nourrir ses compositions.

Quel(s) sentiment(s) éprouvez-vous lorsque vous mixez ?

C'est un mélange d'excitation et de concentration, la plupart du temps on est tellement dans le truc, qu'on a du mal à appréhender les réactions du public. Mais au fil des concerts, on prend de plus en plus de plaisir car on fonctionne beaucoup plus au feeling.

Avez-vous déjà essayé de mixer de la chanson française des années 30, 60 et/ou 70 ?

Jusqu'ici non, peut-être parce que c'est trop proche de nous. C'est donc plus dur de trouver des choses inconnues dont on pourrait se servir.

Lorsque vous mixez, recherchez-vous un morceau précis ou prenez-vous le premier vinyle qui vient ?

Le premier vinyle qui vient étant rarement très bon, on est quand même un peu obligé de chercher...

Quelle est votre plus belle collaboration ?

C'est dur à dire, on a été très content de remixer Femi Kuti parce qu'on a une réelle admiration pour l'artiste. Après, la plupart de nos collaborations sont parties de rencontres, ce qui fait que ça reste toujours des supers souvenirs.

Vos pochettes d'albums sont illustrées par des photographies où se trouvent des asiatiques, pourquoi ce choix ? Pourquoi ne pas avoir souhaité vous présentez dessus ? Cela peut porter à confusion pour ceux qui ne vous connaissent pas. Vous ne pensez pas ?

Bah... en fait, on aime bien la confusion... En plus, on n'avait aucune envie de s'afficher vu que l'important dans ce projet c'est la musique. Après, concernant la question des asiatiques, on s'est dit que vu qu'on s'apelle Chinese Man, ça serait mieux que des suédois, après chacun son style...

Etre artiste, était-ce un métier que vous avez souhaité réaliser depuis votre plus jeune âge ? Si, non quel métier auriez-vous souhaité exercer ?

Je pense qu'on fait partie de cette grande majorité de gens qui n'avaient aucune idée de ce qu'ils voulaient faire plus tard. On savait juste qu'on voulait pas se lever tôt et qu'on aurait du mal à avoir un patron, un bureau, des horaires ce qui réduit forcément les choix... Donc après avoir hésité entre cascadeur, funambule ou voyant on a choisi musiciens...

Vous avez fait de nombreux festivals, pour le moment, quel est celui qui reste votre plus beau souvenir ?

Le Sakifo à la réunion avec la plage pour loge nous a laissé un souvenir ému...

Pouvez-vous décrire à nos lecteurs l'ambiance que vous créez lors de vos passages dans divers concerts ?

C'est beaucoup à base de cris, de sauts, de slams et autres prouesses athlétiques... Chaud en résumé.


Retrouvez Chinese Man au festival Au Fil du Son le Vendredi 30 juillet sur la grande Scène.
Tous les renseignements sur www.lachmiseverte.com


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?