Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Sandrine Sauveur

iLis,
le rock teinté de féminité

A l'occasion de sa prestation lors du festival Rock en Stock qui se déroulera du 29 au 31 juillet 2010 à Brest, le groupe iLis nous s'est confié à Notulus. Régard sur huit annnées de carrière.

iLiS, pourquoi avoir choisi ce nom de scène ?

Le groupe s'appelait Isis à ses débuts, en rapport avec la déesse égyptienne, car nous voulions un nom qui représente le côté feminin de notre musique. Le nom étant déjà utilisé par d'autres groupes, nous avons du changer. Nous avons cherché quelque chose d'assez proche et dont nous aimions la sonorité, et on est tombé sur "ilis". Ca nous a plu et nous avons appris seulement par la suite, que en kabyle, cela signifie "la fille" ... ça tombe donc très bien !

Comment êtes-vous arrivés dans le monde musical ?

J'écris des textes depuis longtemps mais je ne savais pas vraiment quoi en faire. J'ai vu mon frère se mettre à la guitare et il m'a appris à aimer le rock, tout d'abord avec Nirvana. J'ai voulu faire comme mon grand frère, j'ai commencé à gratouiller, mais je n'étais pas très douée, je n'avais jamais fait de musique de ma vie. En 1998, j'ai rencontré un petit groupe de rock anglais que j'ai adoré aussi bien musicalement qu'humainement. J'ai eu l'opportunité de faire plein de dates avec eux. J'étais fans, j'avais plein d'étoiles dans les yeux et j'étais contente de les voir jouer de mini cafés-concerts en Angleterre, jusqu'à des salles de plus en plus grosses en France. A force de les voir depuis le coté de la scène, l'envie de monter dessus à mon tour est devenue lus forte. Leur histoire grandissante, leur motivation, les aventures vécues avec eux sur les routes m'ont donné envie d'écrire ma propre histoire. J'ai essayé d'intégrer des groupes puis j'ai voulu monter mon propre groupe. Je jouais mal, je chantais mal, mais j'avais envie et j'en avais besoin. Par petites annonces, j'ai très vite rencontré Fx, qui y a cru autant que moi et qui avait envie comme moi de tout plaquer pour ne faire que de la musique. Aussi fou que cela puisse paraitre, on l'a fait. Tant pis pour nos études, tant pis pour le boulot, tant pis pour les amis, tant pis pour la route toute tracée et la "vraie vie", nous on a tout laissé tomber. Depuis, on a grandi, vécu plein de bons moments et de galères. On s'est pris la réalité en pleine face mais on continue à garder notre rêve bien ancré dans nos cœurs, et dans nos yeux. Ce petit groupe anglais, avec qui j'ai vécu tant de choses, a aujourd'hui conquis le monde. Il s'appelle Muse...

Que représente la musique pour vous ?

Même si ca peut paraître peu original de le dire, c'est juste viscéral, et vital. Je ne m'imagine pas faire autre chose. J'ai besoin d'écrire, de chanter, de faire mes chansons. Je ne suis moi-même que quand je suis sur scène. Les gens qui me connaissent savent que je suis très différente sur scène et en dehors de la scène. Dans une chanson, je dis "je ne me laisse pas le choix" et oui, c'est ca! Je n'ai pas vraiment le choix et je ne me suis pas donné d'autres options. Je n'ai pas de "plan B". Je fais de la musique. Et qu'il y ait 10 personnes devant moi ou 10 000, je continuerai à la faire.

Quelles sont vos influences musicales ?

Nous avons tous des influences assez différentes. Fx et moi qui sommes à l'origine du groupe, ce qui nous relie, c'est plutôt l'amour pour les musiques américaines. On aime le rock américain, lui un peu plus le métal, moi un peu plus la pop. On aime le côté super produit, super propre, super bien fait, de groupes comme Green Day, Linkin Park ou même des pop-stars comme Pink ou Lady Gaga. On aime leur coté hyper pro, le "show" à l'américaine, ce sont des fous, on adore ca. A coté de ça, moi j'aime beaucoup l'écriture à la française, du coup je suis ultra fan de Noir Désir bien sûr, ou de Deportivo, Louise Attaque, Brel, Saez depuis peu. Ca peut paraître super paradoxal d'aimer deux styles de musique qui ont l'air en permanence de "s'opposer"... Moi je crois qu'on peut dire des choses intelligentes et aimer que la forme y soit aussi...
C'est super mal vu en France de dire qu'on aime les grosses productions américaines, mais moi je le revendique au contraire.

Essayez-vous de faire passer un message particulier dans vos textes ?

Oui, c'est important pour moi. Comme je l'ai dit, j'ai commencé à écrire bien avant de faire de la musique. J'écris avant de composer, mes chansons viennent toutes d'abord de textes et c'est importants pour moi que les arrangements et la réalisation d'un titre soient là pour accompagner, habiller un propos, et non pas que le propos ne soit qu'un habillage à une musique. Je crois profondément au sens, aux messages. Je suis sidérée de voir les textes de nombreux titres qu'on entend actuellement. Faire autant de belles prod pour dire tant de vide, c'est dommage. Je ne suis pas choquée qu'une Lady Gaga fasse des textes en cohérence avec ce qu'elle fait. Par contre, certains groupes de rock nous rabâchent le fait qu'ils font "du rock", avec leur attitude, leur styles, leurs clopes, leur drogue, mais ils ont juste rien à dire, rien à transmettre... Pour moi, le rock à la base, ça se devait d'avoir un sens justement. C'est ce qui différenciait ce style de musique des autres. Je me sens parfois beaucoup plus proche d'artistes rap de nos jours que de certains rockeurs qui se donnent juste une attitude.
Ce que j'aime dans la musique, c'est que c'est un art populaire. J'aurais pu continuer mes études d'arts et faire de l'art contemporain qui ne parlerait pas à grand monde. Je pourrais faire de la poésie ou du théâtre, et ne m'adresser qu'à une catégorie de la population. La musique, c'est peut-être l'art le plus populaire. Et je revendique le fait de faire de la musique populaire, qui parle à tous. On a la chance d'utiliser un vecteur qui touche beaucoup plus de gens que d'autres formes d'art... alors je considère qu'on se doit d'avoir quelque chose à dire.

"Sex, love et rock'n'roll" est le titre de votre 1er album, sorti en septembre dernier. Comment a-t-il été accueilli par le public ? Avez-vous eu des retombées ?

Très bien, on a eu des supers réactions du public ! On a attendu 7 ans avant de pouvoir sortir ce premier album ! On a donc vécu plein de bons (et moins bons) moments... On avait peur de le sortir du coup, et d'avoir des mauvaises réactions. Au lieu de ça, on a vraiment eu un super bon accueil... On a vendu beaucoup d'albums dès la première semaine, alors que l'album n'était dispo que via internet. On a eu beaucoup de commandes beaucoup de gens qui attendaient cet album depuis longtemps. C'était très rassurant pour nous. Depuis, le bouche à oreille fonctionne bien et on vend surtout beaucoup d'albums aux concerts. Il n'est pas distribué pour l'instant, donc il n'est dispo que par ce biais-là ou par internet.

©Sandrine Sauveur

C'est assez rageant d'ailleurs pour nous. Plus ça va, plus nous avons de très bonnes réactions du public, on a atteint plus de 70 000 vues du premier clip, 15 000 vues du 2eme en à peine quelques semaines. Plein plein de messages et de commentaires super rassurants... mais à côté de ça, aucun professionnel de la musique ne nous a vraiment tendu la main. Les singles ne sont diffusés que sur des radios locales, les gros médias ne sont pas ouverts aux découvertes indés et les grosses majors ne sont pas intéressés par notre style de musique... peut-être "trop populaires" ? En tout cas, on a toujours l'impression de faire de la musique presque "vulgaire" quand on entend le discours de certains labels... comme si c'était "trop produit", "trop mélodique" ... Je ne sais pas, je ne l'explique pas. Mais le public est là, grandissant. C'est pour cela que nous continuons.

Quelle est votre chanson coup de cœur dans l'album "Sex, love et rock'n'roll" ? Pourquoi ?

C'est difficile d'avoir un "coup de cœur" pour une chanson qu'on a fait naître !! Je les écris, je les détruis pour les reconstruire en musique, je les arrange avec le groupe, je les habille, je les déshabille, je les triture, le processus est long pour en arriver à une version album. Certains titres de l'album existent depuis 8 ans et ont existé sous plein d'habillages différents. C'est donc difficile d'avoir vraiment du recul et de les percevoir comme quelqu'un d'extérieur. Chaque chanson est un bout de moi, et un morceau de notre aventure iLiS. J'aime le titre on se bat tous les jours parce qu'il parle à beaucoup de gens et qu'on m'écrit souvent par rapport à ce titre. J'aime "Sex, love & rock n'roll" parce qu'elle nous fait vivre des supers moments avec le public en live. J'aime "attendez moi, je me noie" parce que c'est surement le texte le plus personnel que j'ai écrit; j'aime "pardonne" parce qu'elle est dédiée à Virginie Auclair, mon éditrice que nous aimions profondément et qui a disparu. Bref, j'aime surtout cet album parce qu'il a été fait "à la main", à la sueur de nos fronts, avec nos tripes, nos larmes, notre cœur. Il est une fierté et quand je le vois, je me dis que c'est le symbole d'un message que j'ai pour les gens "quand on veut, on peut"... A force de se battre, de travailler, de se donner les moyens.

Qu'est-ce que ça fait d'avoir un album en main et de partir faire un tour à travers la France, la Belgique et prochainement le Royaume Uni ?

Comme je le disais précédemment, c'est une grande fierté d'avoir réussi à faire cet album. On a vraiment galéré, ce ne fut pas un moment facile. On a beaucoup douté, on a perdu juste à ce moment-là la femme qui travaillait pour nous et qui était tellement importante à nos yeux. On a eu beaucoup de soucis avec nos musiciens de l'époque avec qui on ne s'entendait plus ni musicalement ni humainement. On devait tout gérer, organiser, concevoir, diriger, seuls avec les moyens du bord. Mais on l'a fait. C'est comme gagner une coupe du monde, tu vois. Il faut en chier, s'entraîner pendant de heures, garder le mental, même quand plus personne n'y croit. Alors aujourd'hui, oui on est fier et surtout heureux d'avoir repris les concerts. Une année de concerts c'est un peu l'opposé d'une année de réalisation d'album. Là, on est sur les routes, on voit des gens, beaucoup de gens, on reçoit plein d'amour, plein de sourires, plein de messages qui donnent la force de continuer. Aller le présenter en Angleterre, en plus, c'est surtout un rêve. On fait notre clip en Italie aussi, c'est pareil, c'est un rêve. Et nous on se dit que si on a fait tout ca, autant aller jusqu'au bout et se donner le moyens de vivre le rêve jusqu'au bout. Bien sûr, on préférerait faire toute la tournée anglaise dans des grosses salles en première partie de Muse, on préfèrerait faire notre clip en Italie avec des vrais caméras et une équipe de 120 personnes pour réaliser le truc... Mais on fait tout ça avec le système D, avec nos moyens à nous... et alors ? Le plus important, c'est de le faire. Et de pouvoir se retourner sur sa vie dans 40 ans en se disant "ben moi, tout ce que je voulais faire, je l'ai fait. Je suis en paix."

Que ressentez-vous lorsque vous êtes sur scène ?

Je cherche les mots, et je ne trouve pas. En fait, je crois qu'on ne ressent plus. Si on ressent, c'est encore qu'on est là, conscient. Et quand c'est le cas, c'est en général qu'on ne vit pas le meilleur des concerts. Quand on y est vraiment, on "s'abandonne", on n'est plus tellement là. On est ailleurs. On m'a déjà demandé plusieurs fois si je me droguais avant de monter sur scène. Non, ce n'est pas la peine !!

Vous êtes plutôt ambiance festival ? ou ambiance grande et petite salle ?

J'aime jouer partout, du moment que le public réagit car l'interaction est importante pour moi. Bien sûr, j'aimerais beaucoup réussir à jouer sur des scènes plus importantes. Nous avons joué une fois au Bataclan par exemple, et c'était magique. J'aimerais mettre les pieds sur un Zénith, un Olympia. Ce genre de scènes... Par contre, les stades, je trouve ca un peu trop grand, ce n'est pas assez humain. Les gens sont trop loin. Bien sûr, je ne cracherais pas dessus si je pouvais le faire !

A coté de quel(s) artiste(s) aimerais-tu collaborer ?

Ahhh, beaucoup. J'aimerais beaucoup, beaucoup, chanter quelque chose avec Cantat, qui est surement l'artiste que je respecte et que j'aime le plus. J'aimerais chanter avec Aaron Lewis, le chanteur de Staind, dont j'adore la voix mélancolique à mourir. Et avec Dave Grohl, qui est un chanteur génial, mais aussi un batteur et un guitariste génial... rien que ca ! J'aimerais jouer avec Muse, en première partie au moins, juste pour me dire que la boucle est bouclée. J'aimerais qu'ils me voient sur scène, mais pas Muse. Juste Matt, Dom et Chris. Qu'ils se disent que 10 ans après, j'ai fait quelque chose de tout ça. Mais il y a peut être certains rêves, qui ne se réalisent pas...

Quelle a été votre plus belle rencontre artistique ?

On a bossé avec Volodia, un super réalisateur, et j'etais très fière qu'il apprécie et prenne le temps de travailler avec nous. On a joué en première partie de Seether dont on était fan, c'était super d'avoir la chance d'ouvrir pour eux.

Que diriez-vous aux lecteurs Notulus, pour qu'ils viennent vous acclamer sur scène ?

Avant tout, d'être curieux. D'aller découvrir et écouter des nouveaux artistes. Ceux que l'on n'entend pas forcement ni à la radio, ni à la tv, mais qui ont peut être du talent. Et iLiS en fait peut-être partie. En live, on essaie de faire passer un bon moment aux gens. On aime les voir sourire, chanter, sauter. On fait pareil. On veut les voir repartir avec des étoiles dans les yeux. Quand c'est le cas, je me dis que je ne fais pas tout ca pour rien.


Retrouvez iLis en concert à Gérardmer lors du festival Rock O Lac le 7 août 2010.


2 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?


Alerter un message
Ecrit le 2010-08-04 à 13:17:42 par aurore :
Pour les étoiles pleins les étoiles votre objectif est carrément rempli, ce que tu as ressenti lors des tournées effectuées avec Muse "l'envie de monter sur scène", on l'a ressenti avec vous lors de votre prestation à Montreuil sur Mer et c'est envie s'est amplifié à Lefaux, Rock en stock et avec toutes vos vidéos live que l'on peut voir de vos concerts, votre complicité donne envie aussi d'ailleurs, en passant, votre série "Sex & Sun" est excellente, elle nous fait beaucoup rire, ça arrive même qu'on ressorte vos blagues. On aime vraiment ce que vous faîtes, votre musique parle à chacuns, une fois votre concert fini on en redemande ! Je fais allusion à Rock en stock qui ne vous ont laissé que 30 minutes mais c'est toujours mieux que rien. Bon sur ce très bonne continuation et en espérant que vous lisiez ce long mess qui vient vraiment du coeur, vous êtes supers !

Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags