Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Lez'arts Scéniques dernier live report

C'est parti pour le dernier jour du festival alsacien Lez'arts Scéniques.
Loin de la violence musicale des jours précédents, ce dimanche s'annonçait sous le signes du roots, du soleil, de l´herbe... de la festivité tranquille quoi. Tranquille ? Pas tant que cela.


Tout d'abord, une fois n'est pas coutume, nous prenons la route avec une estimation du temps erronée. Cela nous fait louper le premier groupe. Bon. La pression commence à monter sous le soleil de Sélestat. Puis, dans cette jolie petite ville alsacienne, nous arrivons à nous perdre (pour ceux qui connaissent : si, si, c'est possible !). La pression passe en mode "Terror alarm" ! On ne peut pas rater l'excellent groupe californien The Aggrolites. Du bon reggae rock avec un son a l'ancienne. Là, on apprend que le parking officiel du "festoch'" est à l'exterieur de la ville. "Et il y aura un temps de trajet avant d'accéder au site..."
Ha bah si... on peut rater The Aggrolites. On espère pouvoir vous en parler sur Notulus dans un futur proche.

Une fois le précieux Pass en main, on a juste le temps d'écouter le Hip-hop décomplexe de Gérard Baste (excellent), que Babylone Circus démarre. Pas très chaud au départ, je dois dire que ce groupe m'a bien aidé à entrer dans l'ambiance du festival. On sent que le groupe est un habitué de la scène. Le public est de plus en plus nombreux à danser.
Le groupe suivant, Elmer Food Beat, réussi lui aussi à entraîner les foules. Les plus anciens et les plus jeunes adorent mais je pense que ma génération a décroché, lassée d'entendre "Daniela" à l'exces dans les mariages et autres "Discothèques Macumba"...
Retour à la grande scène avec Sinsemilia qu'on ne présente plus. Même si certains diront qu'ils ont pris un virage trop pop, le groupe bénéficie d'une réputation d'excellent groupe de scène. Cela se vérifie encore ce soir. Plus le concert se déroule, plus il est difficile de tenir dans la "fosse". Et après avoir eu le plaisir de goûter plus d'une dizaine de transpirations de festivaliers différentes, je renonce. Je m'écarte me poser sur l'herbe profitant que "Sinse" joue quelques morceaux plus calmes.
Car il faut que je garde mes forces pour les légendaires Toots and the Maytals qui s'apprêtent à entrer sur scène. Ces pionniers du reggae, rois du Rocksteady. Le concert est imcroyable. Même quand arrive la pluie, le public redemande. Sur la fin, tout cela prend des allures de "negro-spirituels". Un vrai bonheur.

On enchaîne direct avec IAM. Les Marseillais jouent hits sur hits dans un show ultra-rodé qui ne laisse aucune pause. La plupart sont tirés de l'album "L'école du micro d'argent". Et pour ceux qui ont ecouté plus jeunes l'album en boucle jusqu'à en connaître les textes par coeur, bah ça fait "zi-zir" ! (comme on dit!).
Après, difficile de trouver l'énergie pour les Naive New Beaters, mais assis dans l'herbe a déguster une bière, on se dit que le son est bon, qui vient de la petit scène...
Pour finir, voici l'heure des Chinese Man. D'une technique incroyable, ils mixent et scratchent de leurs morceaux avec ceux des autres. On peut ainsi entendre des Doors en passant par des chansons tirées du dessin-animé Astérix et Cléopatre. Excellent !
C'est la fin, retour au camping tout cabossés, mais avec encore une étincelle qui nous fera tenir jusqu'à la fin du set du sympatique DJ de la mini-discothèque. Il nous couchera à coups de génériques de dessins-animés 80's. De quoi faire de beaux rêves...


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags