Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

CATS ON TREES :
Le nouveau phénomène pop/électro

Après un passage remarqué au Printemps de Bourges 2010, Cats on Trees a été un véritable coup de cœur pour la rédaction de Notulus. Leur musique fraîche et colorée est née d'une démarche musicale sincère. Nous avons souhaité en découvrir davantage sur le groupe et leurs idées. Yohan, batteur des Cats' mais aussi de MOPA, s'est alors prêté au jeu des questions/réponses. Une interview plus que convaincante !

Pouvez-vous me présenter votre groupe ?

Cats on Trees est un duo piano batterie, avec deux chants. Ca fait un peu plus de deux ans que l'on joue ensemble. On a sorti un premier EP qui s'appelle "Uli" et qui nous a permis de tourner un peu partout en France. Récemment, on a fait un deuxième EP "Tiki Tiki Boy". Nous avons à nouveau joué en France mais cette fois-ci dans des salles un peu plus grosses. On a aussi tourné un petit peu en Espagne. Là, on prépare encore un nouveau disque avec en vue l'enregistrement d'un nouvel album en 2011.

Parlez-moi de votre rencontre avec Nina Goern, chanteuse du groupe ?

On se connaît depuis pas mal de temps. On avait un autre groupe ensemble, où nous étions plus nombreux et qui avait une formation un peu plus rock. On s'est vite aperçu que nous étions très complices et que l'on se comprenait bien, dans la vie et musicalement. Du coup on a essayé de faire un groupe juste tous les deux, on s'est rendu compte que ça suffisait amplement par rapport à ce que l'on voulait donner dans notre musique. On a des univers très proches, ça a marché directement. Quand on compose, ça se fait de manière très naturelle et très rapide. Ca se passe super bien en fait !

Pourquoi "Cats on Trees" ?

On cherchait un nom qui nous représente un peu. (Rires) Il y a le côté félin dans les chats, un côté très libre. Il y a aussi le côté chat perché, un peu perché dans ses rêves et un peu détaché du monde réel, presque spectateur.

Quelles sont vos influences musicales ?

Elles sont très variées. Moi ce qui me touche, ce sont les artistes qui ont une démarche sincère avant tout. Nous, c'est ce que l'on essaye de faire. C'est vraiment quand on se sent humain derrière un musicien, un peintre, un danseur, qui nous touche et qui nous inspire plus que des styles musicaux en particulier. Il y a plein d'artistes qui font ça, Nosfell qui a un univers qui lui est vraiment propre et qui a l'air un peu barré dans la vie comme sur scène.

Votre album sortira début 2011...

On travaille sur notre premier album mais ça dépend de notre signature. Pour le moment nous sommes entre de bonnes mains, on est bien managés. On travaille avec un producteur qui s'appelle Pierre Rougean. On compose cet album-là et en même temps on cherche une belle maison de disque.

Pourriez-vous me décrire l'univers du nouvel album ? Comment a-t-il été travaillé ? Y a-t-il des collaborations ?

Pour l'instant, on travaille avec Pierre Rougean qui a bossé avec le groupe les Dodoz. On compose à deux ou trois. En matière de collaboration, on a fait pas mal de rencontres artistiques mais on n'a pas encore songé à faire des featurings. C'est toujours difficile de faire des feats avec des artistes qui nous plaisent sur un premier album car c'est quand même celui qui défini l'identité du groupe. Donc si l'on commence déjà a noyer ce premier projet dans des collaborations, des trucs qui vont un peu manger notre art, je ne sais pas si c'est une bonne idée pour un premier disque. Mais c'est quelque chose qui vient au fur et à mesure des rencontres et puis sur un premier album il vaut mieux créer quelque chose déjà seul.

Quels sont, pour le moment, les retours de "Tiki Tiki Boy" ?

Ca a très bien marché, ça plaît beaucoup dans le milieu pro' et au public. On a fait une tournée française d'une quinzaine de dates dans de nombreuses salles et on a été super bien accueillis. Je pense que se sont des morceaux plus efficaces et immédiats. Si on ne passe pas encore en playlist sur les radios, on se rend compte tout de même de l'impact des morceaux. Les gens réagissent de suite, surtout avec "Tiki Tiki Boy", je pense que c'est le morceau phare.

A deux et avec simplement un piano et une batterie vous transmettez une musique poignante et émouvante. Qu'est ce qui vous inspire pour composer vos morceaux ?

On essaye de faire quelque chose qui nous ressemble vraiment. Il faut que ce soit très spontané dans la composition. On a des mélodies, on brode dessus. C'est très immédiat ! Ca nous arrive de faire 3 nouveaux morceaux sur une seule répétition donc c'est vraiment très spontané et très frais. On essaye de garder un côté enfantin mais pas naïf. On cherche des mélodies qui nous plaisent simplement et qui nous parlent de manière immédiate et ensuite, on trouve le meilleur moyen pour les arranger. On veut garder le côté un peu fou de la musique.

De quoi parlent vos textes ?

Nos textes sont inspirés de nos vies, d'expériences de l'enfance. On essaye de retrouver cette fraîcheur-là. Même si on parle d'expériences un peu négatives de temps en temps, on transforme ça en quelque chose de positif pour nous même mais aussi pour les gens. Je pense que le but premier de la musique est de s'aider soit même et d'aider les autres. C'est quelque chose qui passe à travers toi, qui suscite des émotions et qui t'aide à mieux vivre comme tout art.
Si on avait un message à faire passer se serait l'amour de la vie et le côté positif !

Comment arrivez-vous à gérer le fait de jouer à la fois dans Cats on Trees et dans Mopa ?

©Nicolas Fleuré

Pour l'instant, ça reste assez facile ! En terme d'organisation, ce sont deux groupes qui sont chez le même tourneur et la même boîte de management donc ils s'arrangent pour faire coïncider les périodes de concerts. Pendant que les autres rentrent chez eux avec leur famille, je repars en tournée avec l'autre groupe. Je suis heureux et épanoui dans ce que je fais.

Outre le style musical, quelle différence ressentez-vous à jouer avec ces deux groupes ?

Dans la sincérité, ce sont deux groupes qui ont une démarche similaire. On essaye d'aborder l'art de la même manière, mais en même temps c'est différent de ma personnalité. C'est une alchimie tout autre que de jouer dans Cats On Trees où il y a un côté plus frais, plus simple dans les émotions exprimées et en matière de musique. La démarche de Mopa n'est pas négative en elle-même, mais on part d'expériences beaucoup plus extrêmes et on les exprime à fleur de peau sur scène. Du coup, c'est très éprouvant mentalement et physiquement.
Artistiquement, la différence est que dans mopa, ça crie et il y a une certaine violence dans l'art exprimé.

Comment réagissent les professionnels et le public en vous retrouvant dans deux groupes, musicalement opposés?

Ils sont plutôt agréablement surpris. Ca m'est arrivé de faire des salles avec mes deux groupes dans des périodes assez restreintes. Les gens sont heureux de me retrouver dans des projets différents, qui leurs plaisent quand même. De toute façon que ce soit les pros ou le public, on n'est pas limité à une émotion ou à un goût unique. Je pense au contraire que c'est enrichissant de pouvoir toucher des gens de manière différente avec des formes d'arts différents. Je fais de la peinture aussi à côté. Je commence à en vendre pas mal, à plein de gens. C'est bien aussi de pouvoir s'exprimer comme ça et de pouvoir les toucher avec plein de facettes de son art. Je trouve ça riche.

Etes-vous plutôt scène ou plutôt studio ?

On s'éclate dans les deux. Moi j'ai toujours eu des expériences magnifiques en studio. Avec Cats on Trees, j'ai fini d'enregistrer le nouvel EP le 21 décembre. Ca c'est bien passé, c'était très enrichissant, on est très complice et on travaille avec une équipe qui nous suit déjà depuis un petit moment donc c'est toujours agréable.
Après la scène, c'est toujours très différent. Il y a des moments de grâce et de communion. C'est très plaisant de pouvoir jouer la totalité de son répertoire tout de suite, sans tricher et en étant vraiment à nu devant le public. Ce sont deux choses très agréables et très différentes d'un côté comme de l'autre.

Que feriez-vous si un festival sollicitait vos deux groupes ? Avec lequel choisiriez-vous de vous produire ?

(Rires) C'est déjà arrivé que je fasse deux concerts d'affilé ! En fait ça m'est arrivé pour "Toulouse l'été". Ils ont sollicité Mopa et Cats on Trees pour jouer à la Halle aux Grains, salle de musique classique de toulouse. Alors j'ai fait deux concerts d'affilé avec 10 minutes de pause entre les deux. Et puis voilà !

Cela a-t-il été difficile pour vous de passer d'un groupe à un autre en seulement 10 minutes ?

Effectivement, là c'était dans le bon ordre, on a commencé par Cats et on a fini par Mopa. Ca allait crescendo, mais l'inverse ne serait pas gênant. C'est quand même mon jeu, c'est quand même moi. Ce n'est pas comme ci je passais "du coq à l'âne" en faisant un set de reprises ou un feat après un concert. Le challenge est plutôt physique, ça fait des concerts très longs et ça ne fait pas beaucoup d'interruption entre les périodes de tournée. Je sais que cette année, j'ai du faire une centaine de dates quand tu comptes les jours que tu mets à y aller, c'est vrai que t'es pas souvent chez toi mais en même temps j'ai rencontré tellement de gens, j'ai tellement voyagé... C'est super riche ! Je ne lâcherais pas un pour l'autre.

Si un jour vous devez faire un choix entre les 2 groupes...

(Rires) Je ne le ferais pas ! Je me reconnais tellement dans les deux. J'espère ne jamais avoir ce choix à faire mais je pense que ce n'est pas parti pour. C'est aussi l'avantage d'être dans la même boite de booking. Si je prends l'exemple de Nina : c'est la compagne de Matthieu, chanteur de Mopa, ils ont eu un enfant tous les deux dont je suis le parrain et ils aiment bien, à tour de rôle, profiter de leur enfant. Ils trouveront toujours le temps de se reposer entre deux tournées. Ils s'épanouissent énormément dans le fait de pratiquer de la zik dans ces deux groupes. Il leur faut les deux et moi aussi.

Qu'espérez-vous le plus pour Cats on Trees ?

Que le premier album soit bon, mais c'est plutôt bien parti. On est content des morceaux que l'on met en place. Maintenant reste à voir comment se sera accueilli en France et au moment où il sera mis en lumière.

Pour Cats on Trees, comment va se passer 2011?

A partir de janvier, on va refaire une petite tournée. Le 18 janvier on a participé à l'émission de Stéphane Bern, "Le fou du roi", ensuite on a enchaîné avec RFI. On fera une petite pause, on continuera à composer puis on aura aussi quelques dates jusqu'à l'enregistrement et la sortie de l'album.

Le groupe sera en concert le 18 février au Cri Art à Auch (32) et le 19 mars au Victoire 2 à Montpellier (34)


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?