Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©MelchiorLamy

Dick Annegarn et son "Folk talk"

Dick Annegarn revient avec un album de reprises de grands classiques du folk-blues américain (Fever, Saint James Infirmary, Down In The Valley, The Rising Sun, Black Girl, Georgia, Love Me Tender...) dans une version très personnelle.


Benedictus Albertus, alias Dick, Annegarn connaît intimement ces grands standards du blues. Il a grandi en les écoutant et les fredonnant tellement, qu'il les porte en lui. "A 16-17 ans, la blue note m'a explosé la tête. Ces chansons, je les chantais à 16 ans, à 24 ans, à 35 ans. Je les chante dans la salle de bains, en traversant le Maroc ou la Cambodge. Je ne suis pas un bluesman dans le style, mais dans la vie : la terre, les douleurs, les odeurs, l'argent, la santé, l'amour. Mes moments de bonheur sont gagnés, arrachés à la terre."

"Talk Folk" est chronologiquement la suite de l'album "Soleil noir" mais ce projet est né d'une prise de conscience par l'artiste alors qu'il écoute le concert d'investiture du Président Obama. Pour lui, ce fut un instant symbolique et historique, voire révolutionnaire : entendre Springsteen et Seeger reprendre "This Land is your Land" de Woody Guthrie. L'envie lui prend de revisiter ces chansons transmises de générations en générations, d'interpréter "des chansons d'hier pour un monde d'aujourd'hui, et des rêves à transmettre, des chansons à croquer". "Folk Talk" est une histoire d'Hommes, qu'il a envie d'écrire avec la complicité de son ami Freddy Koella et de sa vieille Gibson.

C'est ainsi que Fever, Saint James Infirmary, Down In The Valley, The Rising Sun, Black Girl, Georgia, Love Me Tender... des chansons jadis interprétées par Louis Armstrong, Woody Guthrie, la Carter Family, Leadbelly, Big Bill Broonzy, les Staples Singers, Ray Charles, les Animals, Elvis Presley ou Kurt Cobain... se retrouvent sur la même galette. Des chansons magiques, universelles, écrites entre le XIVe siècle (ou peut-être avant) et 1962 par Bob Dylan, auxquelles Dick Annegarn offre une version proche de la pureté de leur origine. Instrumentalisation minimaliste pour une authenticité efficace : la voix rocailleuse de Dick quasi a capella, deux choristes de La Nouvelle-Orléans, un harmonica, une guitare.

Avec "Talk Folk", Dick Annegarn a réussi le tour de force de restituer à travers son interprétation la "vieille magie black & white qui transforme le plomb de l'expérience humaine en transcendance spirituelle".

"Talk Folk", dans les bacs le 7 février 2011 (Tôt ou Tard)


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
Dick Annegarn
Dick Annegarn

Des années 70 qui ont vu ses débuts, Benedictus Albertus Annegarn, dit Dick, réinvente le meilleur : les musiques qui font l'amour pas la guerre, les mots-sésames, les frontières ouvertes aux esprits assortis. C'est tout lui - voix nomade, éclusier européen, citoyen libertaire du monde. Pendant que les enfants d'hier apprennent aux enfants de demain Ubu et Bébé éléphant, lui poursuit ses voyages de port gascon en oasis marocaine, balisant son parcours de chansons magiciennes. Sorcier, sourcier.

Lire la suite
Site web lié à la news
NEWS DU MÊME THEME
Tags