Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Yves Jamait en interview sur Notulus

A l'occasion de son passage dans l'Est, la rédaction de Notulus a eu l'opportunité de rencontrer Yves Jamait, chanteur, auteur-compositeur et interprète, qui depuis quelques mois, parcourt les routes de France avec Daniel Fernandez. Sur une trentaine de dates leur spectacle affichait complet. L'artiste nous livre alors, ses impressions sur cette tournée qu'il qualifie de "très agréable".

Qu'est ce qui vous a conduit dans le monde musical ?

Le goût, l'attirance pour la chanson depuis tout petit.

Vous adorez la poésie, vos textes en sont d'ailleurs la preuve. Où puisez-vous votre inspiration lorsque vous écrivez ?

J'aime la poésie mais je n'en fais pas. Je poétise pour qu'en chanson ça passe mieux. Je suis très classique dans ma façon d'écrire puisque je suis plus attiré par le XIXe siècle que par ce que je vis aujourd'hui, d'un point de vue écriture en tout cas. Je puise ça dans tous ce que j'ai pu écouter. Je suis plutôt un "Verlaine" (rires). C'est une histoire de goût. Duchamp disait "Le goût n'est jamais qu'une habitude, mauvaise ou bonne ça reste un goût".
Quand j'écris, je démarre vraiment de n'importe quoi. Ca peut-être le fond, la forme musicale, ça peut être une phrase, un mot. Par exemple, pour la chanson "Coquelicot", j'avais envie de dire ce mot donc je suis partie la dessus. Je trouve que c'est beau en bouche.

Parlez-moi un peu de votre rencontre avec Daniel Fernandez ?

Ca fait 10 ans que l'on se connaît, il est Dijonnais comme moi. Ca faisait un moment que l'on se croisait pour des soutiens, des choses diverses puis on s'est dit l'an dernier que l'on ferait bien une petite tournée comme ça. Comme je suis entre deux tournées, nous étions partis sur une dizaine de dates, et puis finalement ça en fait 35 ! Ca fait 4 mois et demi que nous sommes sur la route. Daniel c'est mon opposé, c'est un mec qui voyage tout le temps, qui parle plusieurs langues. Moi je suis un sédentaire, franchouillard.

J'ai pu comprendre à travers votre biographie que Daniel Fernandez et vous aviez des inspirations musicales différentes. Cela a-t-il été compliqué de travailler ce spectacle?

Non, car on s'est souvent rejoint l'un et l'autre sur les chansons. Il m'a invité dans son deuxième album à chanter une chanson avec lui, la chanson d'ailleurs avec laquelle on démarre ce spectacle. C'est d'ailleurs Daniel qui ouvre le spectacle avec une de ses chansons et qui le ferme avec une de ses chansons, j'y tenais absolument. Ca n'a pas été trop compliqué.
On a commencé ce spectacle avec 4 chansons de plus, on tenait 2 heures trois quarts et ça faisait un peu beaucoup. On ne voulait pas jouer les Francis Lalanne du moment non plus (rires). On a donc été obligé de réduire et la difficulté était justement là, dans le choix des chansons et dans celles qui fallait qu'on enlève. Sachant que j'en ai 40 sur mes trois albums en tout et que Daniel doit en avoir une trentaine. Et puis la formation que l'on a, car nous ne sommes pas seuls sur scène, nous a aussi dirigé sur l'idée du choix. Avec nous, il y a un percussionniste qui est mon manager, réalisateur d'album qui s'appelle Olivier Rambaud et un autre homme arrangé qui s'appelle Samuel Garcia, qui joue de l'accordéon.


Qu'apporte chacun de vous dans ce spectacle ?

Sa personnalité. Le talent. Il y a trois musiciens hors pair, je ne suis pas musicien je suis un imposteur la dessus. Quatre personnalités qui sont mises en valeurs. Je vais présenter le spectacle en disant "Je fais un duo à quatre" et on part un peu sur ces délires-là. Beaucoup nous ont dit sur cette tournée que c'était un spectacle humoristique ! On joue de ça et sachant aussi que lorsque l'on joue des chansons on est bien dedans, les gens atteignent l'émotion de la chanson. Je sais que je fais déjà des chansons plombantes donc j'essai d'avoir la politesse que les gens ne s'emmerdent pas.

Vous arrivez maintenant à la fin de votre tournée. Comment s'est-elle déroulée ? Quel est votre sentiment ?

Toutes les salles ont été pleines. Ce qui est une jolie récompense pour moi et ça veut dire que les gens me font confiances. Donc, sur les autres spectacles les gens ont adoré! Ils reviennent et me font confiance même s'ils savent qu'ils ne vont pas entendre que du Jamait, je joue dessus aussi en général. Toutes les salles ont fini debout avec des applaudissements dignes de la télé et sans qu'il y est des animateurs qui les aient chauffés avant. On a aussi des gens de tous les âges ce qui est ma grande fierté, c'est con car j'ai horreur de ce mot-là mais je suis très heureux de ça. Ca me ferait chier d'avoir que des jeunes devant ou que des vieux, je trouve ça très élitiste et con et tout ce qui flatte la jeunesse me paraît très soupçonneux. Je suis content que les gens viennent en famille, il y a un vrai engouement, un vrai plaisir. Je ne suis pas dans la fortune aujourd'hui mais je suis plutôt à l'aise par rapport à ce que j'ai été, et je suis content que les gens quand ils paient un spectacle, ils ne vont pas regretter l'argent qu'ils y ont mis. C'est pour ça que je dis que je ne fais pas de l'art mais du divertissement et que cela réponde à l'appel des gens qui désirent passer un bon moment, qui soit triste ou drôle. Je veux que les gens soient émerveillés et qui ressortent avec le sourire.
Nous avons eu ça sur toutes les dates, je suis très flatté avec ça. C'est une tournée que l'on fini sous les chapeaux de roues, en beauté avec une date parisienne à l'Alhambra. J'espère que les gens se souviendront de Daniel, des producteurs de salles comme le public, qu'ils s'apercevront de son talent. Nous avons plusieurs premières parties d'amis que j'ai essayé de faire passer sur notre tournée.

Quelle première partie vous a le plus marquée ?

Celle qui nous a le plus marqué forcément, c'est Zaz. Elle a fait deux fois notre première partie. Il y a un an et demi on est venu me voir en me disant "Tiens il y a une nana qui commence, tiens je te passe un 5 titres" J'ai écouté et j'ai toute suite rappelée, j'ai dit "Banco, qu'elles viennent faire des dates". Elle est venue me voir au Casino de Paris, on avait encore jamais entendu parler de Zaz, elle était toute petite, toute timide et impressionnée. On lui a proposé 3 premières parties, elle s'est tenue aussi à ce qu'on avait demandé, c'est-à-dire peu de musiciens et ils n'étaient que 3 sur scène. Elle a adoré, on s'est super bien entendu et on projette peut-être de faire quelques projets artistiques ensembles. Ca c'est forcément marquant.
Ensuite il y a d'autres personnes qui sont venues et que j'aime beaucoup comme Agnès Bihl ou Flo. J'ai goût à ça, je suis content de cette tournée. Il y a toute une chanson qui n'est pas spécialement médiatisée, j'en fais partie. J'ai la chance en revanche d'être soutenu par Patrick Sébastien, qui m'a fait connaître au public. J'aurais aimé avoir une ou deux chansons qui passent en radio pour pouvoir entrer dans la mémoire populaire, car il y a des gens qui m'ont atteint grâce à ça, comme Trenet. Et ce qui arrive à Zaz c'est un peu ça. Mais pour moi, je suis déjà comblé.

Avez-vous immortalisé cette tournée en enregistrant un live ?

On a fait quelques enregistrements et on verra au bout du compte ce que cela va donner. Je ne sais pas encore si l'on fera un live mais on l'envisage.

Qu'est ce que cette tournée vous a apporté à tous les 2 ?

Ca a consolidé notre amitié mais ça va surtout nous laisser de beaux souvenirs. On a vraiment passé une tournée très agréable, on c'est vraiment bien marré. On a l'habitude de dire que les artistes vivent des trucs supers et bien pour le coup oui ! Car ce n'est pas tout le temps super ou toujours agréable.
Je ne suis pas voyageur, donc faire des bagages me faisait chier et maintenant j'en fais tous les 3 jours. On ne s'est pas mis la pression. On a fait une belle résidence à Toulouse aussi. Tout y était. Il n'y avait pas de recette mais finalement c'était bon.

Quels sont vos projets artistiques ?

Je finis cette tournée avec Daniel le 9 mars àl'Alhambra. Le 11 on va jouer à Le Quesnoy faire un hommage à Boris Vian. Le 18 et 19 mars je pars avec Jean Félix Lalanne à l'Olympia… puis j'arrêterais pour enregistrer le prochain album qui devrait sortir cet automne. Je suis en train de finaliser les chansons. Cette année ça va être les 10 ans du premier album, ça va être mes 50 ans aussi (rires). Et à la fin de l'année on fera un zénith avec un orchestre symphonique, en espérant pouvoir tourner sur 4/5 dates.

Yves Jamait et Daniel Fernandez seront à l'Alhambra le 09 mars prochain, dès 20h00.


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
Yves Jamait
Yves Jamait

Yves Jamait est un chanteur, auteur-compositeur français né en 1961 à Dijon.

Lire la suite
Site web lié à la news
NEWS DU MÊME THEME
Tags