Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Jif

L'interview de Fabien Duclerc

A l'occasion de la sortie de son premier album éponyme le 4 avril 2011, Fabien Duclerc a accordé une interview à Notulus.

Pourriez-vous vous présenter aux lecteurs de Notulus ?

En succin, et pour ne pas entrer dans une psychanalyse à mon insu ;-)
Je suis de ceux que l'on nomme auteur compositeur interprète, accompagné de musiciens et d'amis comme Romain Luzet à la guitare, Jean-Michel Martineau à la basse, Olivier Vernhères à la batterie, et longuement soutenu par Valérie Gonzales au management !

Parlez nous un peu de votre musique et de ce qu'elle représente pour vous ?

Jouer de la musique est avant tout une manière de parcourir l'éventail de mes émotions. J'aime particulièrement m'éprouver dans le chant, sondant l'inconnu que je perçois alors peu à peu. C'est une thérapie inconsciente et le véritable moyen de partager avec les autres.

A travers ce premier album, qui porte votre nom, qu'avez-vous voulu dire ou transmettre ?

Je crois que ce disque s'oppose à la logique toute contemporaine du single, c'est à dire à l'écoute indigente d'une musique ou chanson hors de son contexte. Cet album raconte une histoire. Il dépose l'auditeur sur une toile féconde et lui laisse affiner sa propre perception des ambiances et des personnages.

Qu'est-ce qui fait "prendre la sauce" entre Romain Luzet et vous ?

Je crois que nous avons tous deux cette obsession du respect des compositions originales. Comment habiller, étoffer une ossature voix-guitare sans en altérer l'essence ? Certaines chansons gagnent à s'enrichir, tandis que d'autres se résument à leur plus simple expression. C'est cette recherche jubilatoire qui nous stimule toujours autant, même après dix années de collaboration (Rires)

Vous sortez votre premier album alors que vous avez déjà un long parcours musical derrière vous. Y avez-vous toujours cru sans jamais vous décourager ?

Je n'y crois pas plus aujourd'hui que dans le passé (Rires)
Ces chansons sont très personnelles et je suis toujours aussi surpris de constater leur écho ! Sortir un disque avec un gros label ne signifie pas pour autant que nous ferons l'Olympia un de ces jours. Qui sait (Rires)

Pourquoi avoir choisi My Major Company plutôt qu'un label dit classique ?

Réaliser cet album avec MMC s'est révélé être une fantastique expérience. Au delà de la rencontre avec les "encourageurs" qui ont co-produit ce disque, nous avons bénéficié d'une incroyable liberté de création !
Le label m'a beaucoup encouragé et poussé à enregistrer comme à mixer ce disque moi-même, et je crois que cela lui confère un caractère très personnel.

Pensez-vous que sans l'existence des labels participatifs, vous n'auriez pas réussi à produire votre album ?

©Jif

Le principe des Labels participatifs permet à de nombreux groupes et artistes d'enregistrer des disques indépendamment du bon vouloir des maisons de disques. Les co-producteurs légitimisent la sortie d'un album, qu'il soit ou non défini comme étant dans l'air du temps ! Ce disque aurait pu ne jamais voir le jour...

Celui-ci sort dans six semaines, n'êtes-vous pas trop fébrile ? Que ressentez-vous ?

J'ai pris le temps, beaucoup de temps, trop de temps vous diront certains pour réaliser cet album. Mais lorsque je l'écoute avec quelques mois de recul, je suis toujours autant chaviré. Alors finalement, je suis serein d'avoir ainsi figé mes chansons. (Rires).

Quel est selon vous l'artiste ou le groupe injustement oublié des médias ?

Je ne suis pas certain de vouloir occuper ainsi vos quatre prochaines heures de lecture (Rires). Car il y en a trop à mon goût, parmi tous mes amis artistes comme Mathieu Pesqué, David Cairol, Dounshaq etc. Mais si je devais n'en citer qu'un seul, ce serait Thomas Fersen, qui manque assurément à la Chanson française médiatisée !

Qu'y a-t-il dans votre MP3 actuellement ?

Je vais vous surprendre car je n'ai pas de baladeur MP3, ni même de téléphone portable ! Pour la simple raison que je n'apprécie pleinement la musique que lorsqu'elle n'est pas compressée.
Mes écoutes récentes : Al Green, Pears Faccini et Thomas Dybdahl.

Un petit mot pour les lecteurs de Notulus SVP ?

Chers lecteurs, merci de votre lecture, de votre attention et de votre sens de la découverte ;-)
Bien à vous,
Fabien

Retrouvez Fabien Duclerc en concert :
- le 18 mars à Mamisele, Saubrigues
- le 27 avril aux Trois Baudets, Paris
- le 1er mai à La Gare du Midi, Biarritz
- le 14 mai au Caveau des Augustins, Bayonne


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
Fabien Duclerc
Fabien Duclerc

Il est de ces musiques qui coulent d'elles mêmes, à la fois limpides et sombres, graciles et profondes, énigmatiques et pourtant immédiatement familières.

Lire la suite
Site web lié à la news
NEWS DU MÊME THEME
Tags