Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Titus

Sur la longueur d'onde de Radiosofa

Un an après la sortie de leur dernier album "Le souffle court", Radiosofa se produira au Festival La Grenouille Bleue à Neufchâteau. A cette occasion, ils nous ont accordé une sympathique interview.

Comment définiriez-vous votre "rock en français" ?

Cette "appellation spirituelle" résume un peu notre tambouille. Nos racines musicales propres sont purement anglo-saxonne comme l'est le rock par essence, nos aînés en musique sont anglais ou américains, mais notre choix de chanter en français nous conduit à un croisement peu fréquenté où la qualité du texte est importante, loin des sentiers de la variété appelée rock français…

Votre dernier album a été très bien reçu par la critique, comment vous sentez-vous aujourd'hui ?

Nous nous débattons tant que possible dans une conjoncture extrêmement difficile pour les groupes indépendants comme nous, pour lesquels tourner et vendre des disques est souvent lié à un passage télé, ou un matraquage radio plus qu'improbable… Cependant, ce succès critique nous a réchauffé le cœur au moment de monter au front, nous aimons notre disque, et nous aimons le jouer, sans se soucier du lendemain.

Comment s'est passé votre duo avec Da Silva sur "Le souffle court" ?

Manu nous suit depuis le premier album, nous travaillons ensemble sur certains textes. En l'occurrence, c'est lui qui a écrit le texte du morceau "Le souffle court" comme il l'avait déjà fait sur "Devenu pire" extrait du premier album . En ce qui concerne le duo, le hasard a fait qu'il était sur Paris au moment où nous enregistrions les voix du titre "Les portes", il est passé au studio nous saluer, et a posé en 3 minutes cette voix si caractéristique qui donne ce relief au morceau.

Avec Matthieu Forest qui a rejoint le groupe il y a quelques années, pensez-vous avoir trouvé un certain équilibre dans la formation ?

Bien sûr, c'est exactement ça, avant l'arrivée de Matthieu, nous étions une fratrie unie depuis de longues années, nous avons ressentis le besoin d'avoir quelqu'un en plus, d'abord pour assurer les parties écrites pour "Le souffle court" que nous ne pouvions jouer à quatre sur scène, ensuite, et nous ne le savions pas en le recrutant, parce qu'il était notre frère, inconnu, mais qui portait tous les traits génétiques de la famille !

Vous êtes un quintet, le processus d'écriture d'un album est-il long par rapport au nombre de membres du groupe?

©Titus

Le prochain album sera le premier écrit à 10 mains, en ce qui concerne la durée on vous dira ça dans quelques temps, mais nous sommes déjà entrain de travailler dessus, et je sais que ces mains supplémentaire apporteront de la richesse à notre travail.

Pour votre prochain album pensez-vous conserver l'ambiance assez sombre du morceau "Le souffle court" ?

Je pense que nous allons continuer à parler de nous, les hommes, et il est vrai qu'aujourd'hui, la profondeur de nos pensées est plutôt étouffante. Nous ne portons pas de message, mais tendons un texte à l'auditeur où il peut apercevoir ce que nous voyons dans notre propre miroir. Nous n'écrivons que rarement des chansons qui ne nous concernent pas, même indirectement. Il est encore trop tôt pour savoir la teneur de ce prochain album, mais il sera forcément dans une continuité.

Vous rendez-vous souvent en Angleterre ?

Nous n'avons malheureusement pas de contacts avec la perfide Albion, mais nous aimerions beaucoup jouer là-bas, ainsi qu'aux Etats-Unis et partout dans le monde, nous sommes d'ailleurs très ouvert à toute proposition qui nous ferait voir ailleurs.

Comment se passe votre collaboration avec votre label ?

Nous sommes en licence chez un tout petit label indépendant qui se démène pour nous aider, nous avons une totale liberté, c'est l'avantage de l'autoproduction.

Quels groupes conseilleriez-vous à vos auditeurs ?

Les albums qui tournent sur nos platines : Le dernier The Do, les Black Keys, les Black Angels, le dernier Fleet Foxes, Hyphen Hyphen(un groupe de kids de Nice avec qui nous avons partagé la scène récemment), les Waterllillies…

Quels sont vos projets pour les années à venir ?

La création et la réalisation de notre troisième album, suivi des concerts qui vont avec, aller jouer à l'étranger, rencontrer et travailler avec d'autres artistes…


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags