Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

"Mademoiselle" Evie

Mélodies limpides, piano, violoncelle, guitare et percus, une ballade nostalgique, poétique et subtile entre pop et chanson française.


Parisienne d'origine bourguignonne et corse, des initiales de son nom (AV) prononcées à l'anglaise, elle a gardé le surnom « Evie ». Passionnée de chevaux, malgré une maîtrise d'anglais en poche, c'est plutôt à une carrière de cavalière professionnelle qu'elle se destinait au départ. C'est finalement la musique qui l'emporte et un premier album voit le jour en 2006 au sein du duo electro pop Time Factory (« No Borders » FNow/Prod.Spé) ce qui lui vaudra d'ouvrir pour Feist (Calvi on the Rocks) et Rachid Taha (Elysées Montmartre). Retour au piano. Retour au français et quelques années et concerts plus tard, EVIE est à présent solo. Bien entourée, avec notamment à la console STEVE PRESTAGE (Peter Gabriel, Echo & the Bunnymen, de Palmas), elle vient porter d'une voix qu'on dit white soul, sensuelle et habitée, un nouveau projet lumineux et intimiste qui laisse la part belle à l'acoustique, dont elle est auteur compositeur et interprète. Emmené par des mélodies limpides, un piano, un violoncelle, une guitare et quelques touches d'électro mêlées aux percussions acoustiques, l'album « La Route » ouvre la voie d'une ballade nostalgique, poétique et subtile entre pop et chanson française. Des textes justes et inspirés qui au fil des titres traversent l'absence (« L'étranger »), la rencontre (« Des lendemains »), l'introspection et l'errance (« Ailleurs », « j'erre »)… Mais aussi l'ironie et la dérision à l'évocation des réseaux sociaux (j'irai chasser des noms, d'autres

visages, votre espace c'est aussi le mien, puisqu'on a le monde « Au bout des doigts »…) Et quand Paris devient « Mademoiselle… entre les flaques regarde ses murs, et comme des gouttes grises sur nos visages pâles»…

Mélange d'émotions diverses touché par la grâce et bercé d'ambiances mélancoliques, Evie livre un premier opus élégant et profond qui entre par la grande porte dans le paysage de la nouvelle scène française.


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags