Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Borgia,
la nouvelle série évènement de Canal Plus

Notulus a voulu en savoir plus sur cette nouvelle série à succès mais plus particulièrement sur celui qui se cache derrière ses musiques, Cyril Morin. Ce compositeur a déjà à son actif de nombreuses séries télévisées et quelques longs métrages. Il nous parle de sa collaboration sur la série Borgia et nous raconte l'univers dans lequel il s'est plongé pour créer le Bande Originale de la série.


Synopsis :
C'était l'époque de Léonard de Vinci et de Michel-Ange, une époque de créativité éclairée et de
foisonnement intellectuel sans précédent. Mais c'était aussi l'époque de Machiavel, d'une anarchie
endémique, de guerres incessantes et d'une dépravation insensée. Au cœur de l'ordre mondial il y
avait le Vatican, arbitre des conflits entre royaumes et empires. Et au centre du Vatican il y avait un
homme que sa soif de pouvoir poussa à rechercher l'ultime récompense, le Saint-Siège. Un homme
dont le nom devait devenir synonyme de cruauté et dont le règne en tant que pape restera dans les
mémoires comme l'un des chapitres les plus tristement célèbres de l'histoire de l'Église catholique :
Rodrigue Borgia.
Ses quatre enfants - Jean, l'aîné, un prédateur sexuel, pétri d'orgueil et paresseux ; César, un jeune
homme déchiré entre une foi qu'il n'a pas choisie et sa nature sombre et violente ; Lucrèce, une
jeune fille découvrant le pouvoir mystérieux de la sexualité féminine ; et Gioffre, un enfant innocent
qui grandit au sein d'une famille ravagée par les conflits - représentaient pour Rodrigue un défi aussi
important que les manœuvres de ses adversaires politiques et religieux.

Comment est née votre collaboration pour la série Borgia ?

J'avais entendu parler de la série depuis assez longtemps et puis j'ai commencé à lire des choses sur les Borgia. J'ai lu 2/3 livres et puis finalement quand le casting a commencé à se faire plus précis j'ai aussi commencé à faire des maquettes pour donner une direction à la série bien avant même de voir les premières images. Quand j'ai eu les 1ères images, j'ai commencé à ajuster un petit peu tout ce que j'avais déjà préparé et vu avec le showrunners qui est Tom Fontana. Donc, on avait déjà établi des règles et quand les images sont arrivées j'ai commencé à travailler pour adapter les premières musiques pour les premiers épisodes.

En général, comment se passe la création d'une BO de série TV et celle d'un long métrage ?

C'est différent entre les unitaires et les séries. Car sur les séries c'est important pour moi, de préparer à l'avance un concept musical qui soit valable pour toute l'histoire et pour plusieurs saisons. C'est pour ça que je prends toujours un temps à l'avance pour commencer à faire des recherches. Comme on le disait avec Tom Fontana " il faut mettre le curseur au bon endroit", c'est-à-dire savoir exactement vers quoi il a envie d'aller pour l'univers qu'il est en train de créer. C'était pareil pour "Mafiosa" dans le passé.

Combien de temps cela vous prend-il ?

Ca prend à peu près 2 mois de recherche et puis la série en elle-même ça a duré 6 mois car il fallait livrer pratiquement un épisode tous les 15 jours. Je dirai que les 4 premiers épisodes ont pris un peu plus de temps parce qu'il fallait ajuster le montage, la musique et trouver le bon rythme. Mais à partir du 5ème épisode c'était vraiment 1 ou 2 épisodes tous les 15 jours ou tous les mois.

Qu'est-ce qui vous a paru le plus compliqué dans la composition de cette BO ?

C'est de faire une musique qui regarde l'époque mais vu d'aujourd'hui et donc d'avoir un coté assez moderne mais tout en gardant l'esprit d'un film. C'est-à-dire de créer des sentiments pour des personnages. C'est ce qui est le plus compliqué. L'autre difficulté c'est de définir si l'on met plutôt une musique sur un personnage ou plutôt sur la situation. Car il y a quand même 350 morceaux au final ! Ca m'est arrivé de composer plusieurs thèmes pour une même scène jusqu'à temps qu'on arrive à créer le morceau qui marche et qui marchait aussi pour Tom Fontana car c'est lui qui décidait de tout.

Quels sont les œuvres et auteurs contemporains qui vous ont inspiré pour composer ces musiques ?

Ca c'est intéressant car je ne suis pas tellement parti d'une vison contemporaine. Je suis plutôt parti de mes recherches sur l'époque. Je dirai qu'il ya des musiciens comme Josquin des Prés qui étaient des musiciens vedettes à l'époque et puis je retransmets ça dans mon propre univers. Mais je n'ai pas vraiment de références modernes, ma référence ici c'était l'histoire. Je suis parti sur l'idée des Borgia. Sur le script, le blason des Borgia représente un taureau et comme les Borgia sont catalans, ils viennent d'Espagne, je suis parti sur cette idée, du côté très sourd du sabot, du taureau dans l'arène. Je ne suis pas parti sur des références musicales existantes mais sur des sonorités qui me venaient comme ça. Sur le côté sourd, dur dès le départ sur lequel on a échafaudé des mélodies et des thèmes plus doux et sophistiqué au fil du temps que la série avançait. Cette recherche correspond aussi au fait que l'on passe du Moyen Age à la Renaissance. On part d'un côté assez dur, car Rome était un côté assez dur à l'époque beaucoup plus que Florence ou Naples, moins riches en faite. Donc la musique suit l'évolution de la famille Borgia.

Combien de musiciens compose l'orchestre ?

Il y a environ une cinquantaine d'instruments différents parfois plus mais quand il y a des chœurs ils étaient en général une vingtaine. L'orchestre de corde une trentaine. Ensuite il y a tous les solistes donc on doit arriver dans certains morceaux à environ 60 musiciens.

Comment s'est passé l'enregistrement ?

La production de la musique s'est fait entre Paris, Los Angeles et Budapest. Je composai à Los Angeles, on mixait et préparait à Paris et puis on faisait l'orchestre à Budapest.

Selon vous, quel est l'instrument inévitable à la composition d'une musique de film ?

Je dirai qu'il y en a 3. Il y a d'abord le cerveau qui permet d'avoir une image musicale qui s'établie au fur et à mesure donc je dirai que c'est le premier instrument de composition. J'utilise également le piano pour faire des recherches harmoniques, mélodiques. Et puis en troisième c'est tous ce qui est ordinateur, sample et qui permettent de faire une palette, comme une palette de peintre très rapidement. Cela permet aussi de donner une direction à la musique, de le montrer au réalisateur, aux showrunners.

Pour vous, quel est celui qui transmet le plus d'émotion ?

Définitivement, les instruments acoustiques et l'orchestre. Mais j'ai souvent utilisé des instruments traditionnels. J'ai utilisé des instruments d'époque comme le viole de gambe, le luth ou la flute un peu comme des instruments traditionnels. Sur Borgia c'est vraiment les cordes qui amènent et soutiennent l'émotion dans la série.

Avez-vous des projets en long métrage ?

Oui, le prochain long métrage qui va sortir c'est un film qui s'appel "Play Off" joué par Eran Riklis avec qui j'avais déjà fait deux films. Il y a également Danny Huston et Amira Casar. L'histoire se passe en Allemagne dans les années 80. Ca sortira début 2012. Sinon, actuellement j'attaque un projet en Chine. Je fais beaucoup de choses différentes. Il y a beaucoup de projets en cours pour l'année prochaine, ça va le plus souvent entre l'Europe et les USA.


2 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?