Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Interview :
Mat Bastard, l'âme punk de Skip the Use

Skip the Use n'ont pas besoin de remporter une victoire de la musique pour qu'on soit convaincus que la révélation scénique de l'année, c'est bien eux ! On ne va pas relancer le débat, d'accord, Brigitte c'est bien, mais Skip the Use en concert, c'est une expérience forte en émotions et en courbatures, un live qui reste dans les mémoires. Rencontre avec Mat Bastard avant son arrivée sur la scène de la Laiterie de Strasbourg, aussi calme et détendu en loge qu'excité et dévergondé sur scène.

Vous aviez une formation punk avant, comment êtes-vous passé de Carving à Skip the Use, expliquez-moi un peu la métamorphose.

Mat Bastard : En fait c'est très simple, on a enregistré un troisième album et dans cet album, il y avait trois chansons qui étaient vraiment différentes, beaucoup moins punk. On s'est rendus compte qu'on aimait bien les jouer, les interpréter et du coup on s'est dit qu'il était peut-être temps de faire autre chose. On s'est amusé à travailler ces titres-là, on a bien aimé le faire et on s'est dit qu'on allait partir là dedans alors on a changé le nom du groupe et on est partis dans autre chose. Redémarrer un projet à zéro câétait quelque chose qui nous faisait bien triper, ça c'était fin 2008.

Vous jouez beaucoup sur ce coté Punk justement, alors pour vous, c'est quoi être punk ?

Je pense avant tout que c'est un état d'esprit plutôt qu'une coupe de cheveux ou une musique... Nous je pense qu'on a gardé une certaine énergie, une certaine irrévérence et une façon d'aborder les gens tels qu'ils sont, s'enrichir de leur différence et faire des concerts différents à chaque fois. S'appuyer sur un public qu'on ne connait pas, en le prenant tel qu'il est et qu'il nous prenne tels qu'on est et qu'ensemble on fasse quelque chose. Ce côté « together », ensemble pour faire quelque chose, ça on l'a vraiment gardé.

Justement vous vous êtes fait une grosse réputation sur scène, comment vous vous préparez avant un concert ?

Je fume plein de clopes ! Non, pas de préparation spéciale, j'ai jamais été trop stréssé, c'est une fête un concert ! Ce n'est pas ça qui est stressant, le concert c'est le moment le plus cool, ce qu'on veut c'est vraiment passer du temps avec des gens, en partant de là, c'est du live, on se lâche ! On fait des trucs cool, des trucs moins cool, mais je pense que les gens se sentent libres, c'est un vrai moment de liberté, il ne doit pas y avoir de pression.

Le fait de chanter en anglais, est-ce que ça a porté ses fruits, vous tournez à l'international ?

On a quand même déjà pas mal bougé, il y a deux ans on est partis au Canada, en Allemagne, dans les pays de l'Est, au Portugal, en Grèce... Là on va repartir en Allemagne, en Belgique et aux Etats-Unis en deuxième partie d'année. On va essayer d'aller en Asie, en Angleterre, essayer d'aller encore plus loin et c'est cool ! C'est super enrichissant de bouger comme ça !

Vous avez l'impression que votre musique est particulièrement bien reçue dans certains pays ?

Et bien jusqu'ici tout s'est bien passé donc je vais rester optimiste !

Comment vous avez vécu le fait de jouer en première partie de RATM ?

En fait, on s'est retrouvés là-bas un peu du jour au lendemain, on avait fait une sorte de concours international, un truc bizarre... Ils nous ont dit qu'on allait jouer quatre jours avant de partir alors on a même pas eu le temps de se stresser. Mais une fois là-bas, quand même, on s'est rendus compte du truc parce qu'il n'y avait pas que Rage, il y avait The Hives, MGMT, Bob Dylan... C'était un gros truc ! C'était au tout début du projet ce truc-là, en 2008, et c'était hyper motivant, ça s'est super bien passé, super souvenir !

Avec ce dernier album, Vous avez atteint une popularité assez impressionnante, est-ce que vous avez une explication à ça ?

Matt : On a fait ce disque avec notre cœur et nos tripes, en étant sincères et authentiques. Alors malgré tout ce qu'on pourrait croire, peut-être que les gens sont encore sensibles à ça ! Il y a trop de paramètres qui rentrent en compte dans la réussite d'un disque, ce n'est pas forcément des disques qui sont bons qui marchent, enfin il y a une part de mystère... Tout ce que je sais c'est qu'on a un projet basé sur l'échange, et le fait que les médias s'intéressent à nous, que le public est toujours plus nombreux, ça sert le projet. Alors même si on est ultra conscients qu'on a encore énormément de chemin à faire, de choses à apprendre, on est déjà très heureux que ça se passe comme ça, on est très touchés de cet accueil ! Il faut juste prendre ça tranquillement, se dire que c'est cool et voilà.

La première fois que j'ai écouté ce que vous faisiez, jamais j'aurais cru entendre un groupe français, quelles sont vos grosses sources d'inspirations musicalement parlant ?

On a tous beaucoup d'influences, on est fans de musique, quoi ! Moi j'écoute beaucoup de punk, d'électro, je suis fan de Justice, de Birdy Nam Nam, j'aime beaucoup The Shoes ! On est aussi fans de hip-hop, de métal, de death... Nos influences, c'est les bonnes chansons, d'où qu'elles viennent !

Est-ce que vous avez tiré un trait sur Carving ou vous n'excluez pas de ressortir quelque chose avec cette formation ?

C'est pas exclu, non. Là, notre date à Lille on a fait cinq-six titres de Carving... Moi je suis en train de bosser sur un petit album avec Olive, le guitariste...

Un truc plus punk ?

Ha ça sera plus hardcore même ! Ca va être dégueulasse, ouais !

Des projets déjà en place ou vous vous concentrez sur la tournée ?

On est à fond sur la tournée mais on commence déjà à préparer d'autres titres pour l'album d'après, préparer les sorties à l'étranger, on continue à travailler notre son, les instruments... C'est un truc super cool en tout cas, c'est des bonnes vibrations !


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags