Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Merce Cunningham,
disparition d'un génie de la danse

Surnommé "le Einstein de la danse", le célèbre chorégraphe américain, qui a renouvelé les codes de la danse contemporaine, est décédé.


Selon un communiqué de la Cunningham Dance Foundation et la Merce Cunningham Dance Company, Merce Cunningham, 90 ans, est mort paisiblement chez lui, dans la nuit de dimanche à lundi, de mort naturelle.

Une autre vision de la danse

Surnommé l'"Einstein" de la danse, Cunningham a révolutionné dès 1950 les codes du ballet : contrairement à la danse classique, le danseur ne se déplace plus en fonction du centre de la scène, il est le centre lui-même. «Au contraire du danseur classique, j'estime tous les mouvements possibles et ne compose pas en me repérant sur le centre de la scène», expliquait-il.
Il permet ainsi l'exploration de nouvelles voies et donne une nouvelle dimension à la danse. Il créée des pièces où celle-ci est libérée de la musique, du décor, de la narration, ne s'appuyant que sur elle-même si bien qu'«il n'y a plus de domination d'un art sur l'autre. Leurs rapports sont totalement libres».

«J'aime le stress du hasard»

Très imaginatif, Cunningham invente en 1964 le concept des «Events», concept basé sur l'improvisation. Le hasard du lancé de dés détermine si les spectacles existants sont présentés tout ou partie ainsi que l'ordre, la durée des séquences, le nombre et le rôle des danseurs, permettant au danseur de découvrir ce qu'il ne connait pas encore (selon Cunningham).
Avec les «Events», le chorégraphe a longtemps affronté les sifflets et l'incompréhension du public

Une vie passionnée

Né le 16 avril 1919 à Centralia, dans l'Etat de Washington (nord-ouest des Etats-Unis), Mercier Philip Cunningham, fils d'un avocat, étudie le théâtre et la danse de 1937 à 1939 à la Cornish School à Seattle. Il y rencontre le musicien d'avant-garde John Cage, de sept ans son aîné, qui accompagne au piano les cours de danse. C'est le début de 50 ans de collaboration entre les deux artistes, qui partageront leurs vies personnelles et professionnelles jusqu'à la mort de Cage, en 1992.

En 1939, Cunningham, doté d'une exceptionnelle détente, est engagé comme soliste dans la compagnie de Martha Graham, pionnière de la «modern dance». Mais pour lui, qui affirmait que «le mouvement n'a pas à traduire l'émotion, il doit en être la source», le travail de Graham est trop centré sur l'émotion. Il présente alors sa première chorégraphie en 1944.

Des rencontres prestigieuses

Après deux ans d'enseignement à l'American Ballet (1949-1950), il fonde en 1953 la Merce Cunningham Dance Company, au Black Mountain College, une communauté d'artistes de Caroline du Nord. A partir de ce moment, il va travailler avec des peintres hors pair comme Robert Rauschenberg, qui signera le décor de «Summerspace» (1958), Jasper Johns celui de «Walkaround time» (1968), ainsi que Andy Warhol et ses coussins volants pour «Rainforest» en 1968 également. Frank Stella et le musicien David Tudor ont également collaboré avec Cunningham.

A la pointe de la technologie

Perpétuel novateur, à l'affût des nouvelles technologies, Cunningham collabore dès les années 70 avec des vidéastes comme Charles Atlas et Eliott Kaplan.
En 1973, il créé Un jour ou deux à Garnier, avec 26 danseurs de l'Opéra de Paris.

Dans les années 90, Cunningham va encore plus loin en utilisant «Lifeforms», un logiciel de simulations de mouvements. Avec ce procédé, il compose la chorégraphie de «Biped» en 1999.

«Septet» (1953), «Rainforest» (1968), «Un jour ou deux» (1973), «Duets» (1980) sont les pièces majeures d'une oeuvre de près de 200 chorégraphies de cet artiste visionnaire.

Cunningham s'est souvent produit en France, où il a été promu Officier de la Légion d'Honneur en 2004. Il a continué à diriger sa troupe jusqu'à sa mort, depuis son fauteuil roulant. Il avait annoncé en juin dernier le lancement d'une tournée mondiale de deux ans.


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags