Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Chapelier Fou mais pas tant que ça...

Le soleil n'est pas encore couché, mais ce n'est pas grave car Chapelier Fou sait comment nous plonger dans l'ambiance. Il nous embobine avec son violon sur la grande scène des Décibulles et nous épate pendant notre RDV à la chapelle cachée, dans l'espace VIP du festival. L'endroit est calme et serein, Chapelier Fou se confesse...

Pourquoi "Chapelier Fou"?

Ce n'est pas moi qui ai décidé de m'appeler comme ça, j'ai commencé à faire de la musique en faisant plein de samples, de musique classique, musique du monde, je chantais aussi beaucoup de trucs enregistrés. J'ai chopé sur des brocantes des vinyles d'Alice au Pays des Merveilles qui étaient adaptés et récités par des espèces d'acteurs avec des voix de dingo et le Chapelier était déjà un personnage incroyable dans le livre avec tout le temps des voix de maboul alors je l'ai samplé à outrance. Je faisais des interludes dans mes disques où le chapelier racontait des conneries, je m'amusais à mélanger les mots alors que c'était déjà pas très logique à l'origine. Je filais mes disques à mes potes, et chez l'un d'eux, j'ai retrouvé un disque où il avait marqué Chapelier Fou dessus. Voilà c'est resté... ça remonte à longtemps !


Tu pratiques entre autre le violon, le clavier, la guitare, t'es issu d'une école de musique, quelle est ta formation?

J'ai une formation classique, j'ai commencé le violon au conservatoire à l'âge de 5 ans. J'ai fait aussi du clavecin, et du violon durant plus de 10 ans. Après j'ai arrêté parce que ça me plaisais pas ce qu'on faisait au conservatoire et puis j'arrivais à jouer avec des potes et je ne voyais plus l'intérêt de passer des examens etc... Et puis j'ai préféré jouer dans des bars, faire des jams sessions des trucs comme ça. Pendant un moment ça m'a vachement amusé. Et oui, sinon j'ai vraiment une formation classique assez "solide" entre guillemets parce que c'est mon métier car je suis prof de formation musicale. J'ai fait des études d'analyse, de formation musicale, de composition et puis la fac de musicologie,... et j'ai un diplôme d'état de prof de formation musicale, donc mon métier normalement c'est enseignant. Mais la vie a fait que â¦.

Alors là tu t'es consacré qu'à la scène?

Ouais ! Bah en fait ce n'est presque pas un choix, c'est juste que la musique a marché et à partir du moment où ça a marché, là, j'ai dû faire un choix. Je ne pouvais pas faire les deux et je préfère parcourir le monde, faire des concerts et boire des bières que préparer des cours, même si j'adore vraiment l'enseignement mais voilà...ça s'est passé comme ça et si ça se trouve l'année prochaine j'arrêterai la musique et je redonnerai des cours. J'en sais rien, j'ai de moins en moins de facilités à me dire ça. Pendant quelques années je me disais "c'est juste le hasard ça va pas durer" mais finalement ça fait quand même 4 ou 5 ans que je tourne...On verra !

Qu'est ce qui t'attires dans cet univers musical?

Ce projet c'est vraiment un mix de tout ce que j'ai pu apprendre, pratiquer, je suis très très ouvert sur tout les styles musicaux, sur toutes les pratiques, sur toute la technologie, autant que le jeu musical ou la composition. Et c'est un peu le projet où je fourre tout, aussi bien les expérimentations que ce que j'ai pu apprendre à la fac, ce que j'ai pu découvrir comme compositeur contemporain et c'est aussi un lieu de réflexion sur le live électronique parce que comme je le disais tout à l'heure, au départ je faisais de la musique qui était vraiment faite à base de samples, de la musique derrière son ordinateur, de la production quoi ! Et à coté de ça, j'ai quand même un passé de musicien classique.
Pour moi le concert c'est vraiment un espace de jeu avec tout ce que ça implique, le risque, la possibilité de changer, ne pas être enfermé et pour moi voilà ça a été vraiment mon espace de réflexion sur comment faire de la musique électronique live. C'est pour ça que je sample tous mes instruments, que je mets plein d'aléatoires dans mes programmations pour être surpris et puis que ce soit vivant. Je ne veux pas être derrière le laptop (ordinateur portable) et que ce soit complètement opaque pour le public. Voilà, j'espère et je vise vraiment à lier les yeux avec le son et avec le temps parce qu'au final le fait de faire des boucles et de les rappeler c'est jouer un peu avec la mémoires courte des gens. Et tout déclencher à la main, d'être un maximum sans filet, j'ai vraiment un large éventail de conneries possibles à faire, pour moi c'est une histoire de sincérité, c'est d'avoir la possibilité de se planter sinon ça sert à rien de monter sur scène si on sait que tout va se dérouler parfaitement.

Tu as déjà collaboré avec quelques artistes, quelle expérience en as tu tiré ?

En fait pas tant d'artistes que ça mais....y'a plusieurs aspects.
J'ai bossé un peu avec des chanteurs et surtout des potes. C'est sur que j'ai un projet où je suis tout seul. C'est aussi très agréable de bosser avec des gens mais à partir du moment où c'est des amis quoi. Le travail sur le chant c'est vraiment parce que se sont des rencontres et des voix que j'adore et parce que je sais qu'on bosse super bien ensemble. C'est pas juste on va faire un morceau parce que je sors un disque et blablabla. C'est parce qu'on va passer une semaine chez moi à boire des coups, à discuter, à faire du ping pong et enregistrer de la musique, un morceau.

Sinon j'ai fait appel à des amis avec qui j'ai fait mes études par exemple la violoncelliste, Claire Moret et avec qui j'ai collaboré sur mes disques, Thomas Poli, guitariste qui joue avec Lætitia Sheriff, Montgomery, Dominique A... Voilà je déteste le coté artificiel de certaines collaboration et je ne collaborerai jamais avec quelqu'un avec qui je ne m'entends pas profondément.

Quelle est ta plus grande ambition ?

En tant que musicien, c'est même presque un code, c'est de ne jamais faire de morceau inutile, c'est de toujours proposé un truc nouveau, il faut qu'un morceau ait une raison d'exister. Le nombre de morceaux que j'ai abandonné... même si ça sonnait bien, juste parce que je trouvais que je n'avançais pas ou j'expérimentais pas un truc nouveau, ou il n'y avait pas d'instruments nouveaux. J'essaie d'être perpétuellement dans la nouveauté. Ãa peut passer par 1000 chemins que ce soit les instruments, les manières de composer, les collaborations, ou n'importe quoi...Heureusement que la musique est ultra vaste. Par exemple, je ne pourrais pas jouer dans un groupe qui a un style défini, je me ferais chier. Je ne dénigre pas du tout le style ou quoi mais par exemple, pour moi le truc le pire au monde ce serait de jouer dans un groupe de reggae où les règles sont complètement définies, après le rock, c'est quand même assez ouvert, je suis jamais déçu par un album de Sonic Youth par exemple. Mais jouer dans un style... tu me demandais mon ambition, mais ma pire crainte ce serait d'être dans un style.

Est ce que tu as déjà pensé à composer pour un film?

Oui oui complètement, je l'ai déjà fait d'ailleurs. J'ai des projets qui ont été avortés et donc que j'ai gardés pour moi. J'ai fait une BO sur un documentaire sur le photographe JR, mais ça ne s'est pas déroulé comme prévu, ça prend une autre forme...on verra bien.
Puis en ce moment je fais la musique pour une pièce de théâtre, une adaptation de "La machine à explorer le temps" et j'adore ça ! Ca rejoint mes problèmes existentiels de savoir pourquoi faire un morceau. Et très souvent, quand je vais expérimenter, ça relève du principe de la contrainte, quelle direction et quelle contrainte on se fixe. Et ce que j'adore dans la musique de commande c'est que justement on t'impose des contraintes de durée, d'ambiance, de type de son, de densité de son, de vitesse....et du coup ça t'ouvre des portes car tu es obligé d'aller dans une direction dans laquelle tu serais pas forcément allée tout seul.

Comment as-tu ressenti ton passage au Décibulles?

Bah c'est cool il fait juste un peu trop jour pour moi, mais c'est cool! Je reviens tout juste de Montréal donc je suis un peu déconnecté. C'est très chouette, le cadre est magnifique, il fait beau, je ne connaissais pas cette région précise des Vosges Alsaciennes et les gens étaient sympa. Moi ça me dérange pas, à toute heure ça me va, même si, c'est vrai que j'aurais préféré jouer tard mais en même temps j'ai des trucs à faire demain.

Tu tournes beaucoup à l'international?

Ouais à mort, j'ai tourné en Chine, en Australie, en Nouvelle Zélande y'a pas longtemps, au Mexique, là je pars en Colombie et je reviens de Turquie, je tourne beaucoup à l'étranger en fait.

Et est ce que tu ressens le public différemment?

Bah en fait le problème c'est que quand tu tournes, t'es pas là longtemps donc tu ressens pas forcement la culture. J'aimerais bien pouvoir te dire que oui je connais d'autres cultures mais c'est pas en restant 4 jours en Turquie que je vais te parler de leur culture ! Ce qui est intéressant c'est que ce sont des expériences qui sont complètement surnaturelles, t'es là dans un contexte que tu connais pas du tout avec des gens que t'as jamais vu, des langues dont t'as jamais entendu parler, dans des endroits complètement improbables, tu te retrouves propulsé, et c'est comme un espèce de rêve c'est extrêmement étrange. J'ai énormément voyagé, c'est vraiment classe mais c'est pas la même chose que voyager "de ton plein gré", y'a quand même beaucoup de défauts à voyager en tant qu'artiste, t'es catapulté quoi ! Des fois j'ai le temps de goûter aux pays mais le cas général c'est plutôt : tu arrives et tu repars.

Quels sont les noms d'artistes qui t'ont le plus marqué?

Debussy, Ravel, Bartok, Schtokausen, Luciano Berio, Ligeti pour ce qui est classique et puis sinon j'écoute Autechre, j'écoute plein de trucs, beaucoup de rock, j'ai parlé de Sonic Youth tout à l'heure, pour moi c'est l'un des plus grands groupe de rock qui ai jamais existé ça c'est clair. Radiohead, Meredith Monk, Rock'n roll Vengeance, les premiers Pink Floyd, du hip hop etc...Y'a peu de choses que j'écoute pas ! Qu'est ce que j'aime pas? Euh...pas trop le reggae en fait je crois que je peux le dire (rires) et certains solo de punk rock, en général ils servent à rien !


2 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?