Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Rod Maurice

Le Cabaret Vert vous enivre... de musique

Dans la mythologie grecque, Dionysos est le dieu de la fête, de l'ivresse, de la folie décadente et du théâtre. Il n'est pas étonnant de voir le groupe français éponyme s'être affublé d'un tel nom de scène !



Depuis sa création en 1993, la petite bande de Dionysos a acquis une expérience et une réputation inattaquables dans le monde du rock français, grâce à un style polymorphe inimitable et un univers personnel loufoque dans lequel chacune de leurs chansons évolue. Le groupe naît à Valence lorsqu'un groupe d'amis se connaissant depuis le lycée décide de se lancer dans une grande odyssée artistique et scénique. Aux quatre membres de départ se rajoute un cinquième larron, en la personne d'Elisabeth "Babet" Maistre. Après sept albums studio, auxquels s'ajoutent deux DVD live et deux compilations, il semble que les mythologiques bêtes de scène n'aient pas pris une seule ride... Si l'on en croit du moins leur énergie folle et électrique lorsqu'ils sont sur scène.

Dionysos : plus qu'un groupe, un univers, une mythologie

Il est devenu très facile de reconnaître le groupe à l'oreille. L'on doit tout d'abord cela au caractère si unique de la personnalité du chanteur Mathias Malzieu, sorte de faune survolté à la voix grandiose, qui réussit l'exploit de jouer du ukulele tout en bondissant de sa propre hauteur en concert. La voix haut perchée de sorcière-fée de Babet, que l'on reconnaît parfaitement depuis "La métamorphose de Mister chat", est également devenue une des marques de fabrique du groupe. Mais ce qui fait surtout leur originalité, c'est l'univers romanesque entier qu'il invente au travers de ses albums. Les trois derniers albums sont d'ailleurs liés aux romans que Malzieu écrit en parallèle. Peuplé de créatures fantasques, poétiques et parfois monstrueuses - Giant Jack, la femme végétale Miss Acacia, le célèbre Don Diego 2000-, tenant tantôt du personnage de conte pour enfant, tantôt de la créature mythologique, le (pas si) petit monde de Dionysos est fait d'histoires d'amour naïves et parfois impossibles, de danses burlesques (le tout nouveau phénomène "Bird 'n' roll"), de sortilèges et de phénomènes fantastiques et absurdes.

Pour coller à cette profusion surnaturelle d'idées et créations farfelues et poétiques, le groupe n'hésite pas à fricoter avec tous les styles et à faire feu de tout bois. Des combinaisons loufoques telles que le ukulele, le thérémine, l'harmonica et le violon au beau milieu d'un morceau résolument rock paraissent prodigieusement naturelles. Partager le micro avec Olivia Ruiz, Rossy de Palma, Alain Bashung, Grand Corps Malade et Eric Cantona au sein du même album coule de source.

Cet été, Dionysos se met au vert

Leur dernier album en date, "Bird 'n' roll", plus qu'un album, présentait un nouveau concept de danse, qui consiste à battre des ailes tout en dansant le rock acrobatique pour s'envoler loin des problèmes matériels.
La même logique s'applique à leurs concerts ; vous aurez l'occasion de le découvrir au festival Les Cabarets Verts à Charleville-Mézières, auquel les artistes dionysiaques participent pour cette édition 2012.
Le samedi 25 août 2012 à 17h50, sur la scène Zanzibar, Dionysos vous propose d'alléger vos soucis au rythme délirant de leurs performances scéniques et musicales inoubliables. Il est impossible que vos muscles sortent indemnes d'une telle folie !


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
Dionysos
Dionysos

Par où commencer ? Comment dire ? On pourrait commencer tout simplement par : «Il était une fois…» Mais ensuite, ça se complique. Car en fait, il était plein de fois.

Lire la suite
Site web lié à la news
NEWS DU MÊME THEME
Tags