Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Official Photo

Billy Hornett,
l'interview

Moins d'un an après leur formation, les Billy Hornett envoient un rock'n'roll complètement fifties parfaitement maîtrisé, chargé de l'esprit festif et dansant propre à cette musique, trop souvent relayée au rang de relique du passé. Rencontre avec le trio à l'occasion de leur passage au festival Pause Guitare.

Votre groupe est assez récent mais vous avez tous un parcours musical bien chargé, comment vous en êtes arrivés à former Billy Hornett ?

Polo (guitare et chant) : Tchak et moi faisions partie de la rotule 50's, un groupe de Rock'n'roll. Dadé officie depuis une dizaine d'année avec les Dirty Fonzy et en Septembre 2011, on s'est retrouvés pour monter ce projet.

Du coup, La Rotule et Dirty Fonzy, c'est en suspens ou vous avez les deux projets en même temps ?

Polo : Pour nous, La Rotule c'est fini donc on est à fond sur Billy Hornett, après chacun a des projets de son côté, Dadé continue avec les Dirty Fonzy...

Dadé (batterie) : Oui !

Tchak (contrebasse et chant) : après moi j'ai un truc avec les Hot Dogz, "Scarecrow", ancien Syncopera, un groupe Toulousain qui marche bien...

Alors "Billy Hornett" c'est une référence à quelque chose ou c'est que ça sonne bien rock'n'roll ?

Polo : C'est ça, ça sonne rock'n'roll !

Dadé : Ca claque, et quand tu penses à ça, tu penses à... plein de choses quoi !

Polo : En fait c'est venu un peu au hasard, on n'a pas trop réfléchi...

Dadé : Ha non ! C'était pas au pif, on a fait une bonne bourrache !

Polo : Une bonne réunion bourrache, puis on n'a pas trouvé...

Dadé : Alors le lendemain, quand on avait les idées plus claires, on a trouvé ! Non, c'est vraiment que ça... Bam, ça sonne, quoi !

Tchak : On aurait pu s'appeler Frédéric François aussi.

Polo : Mais c'était déjà pris !

Dadé : Les Daddy Cool On The Kitchen aussi…

Ce que j'ai entendu de vous m'a tout de suite fait penser au rockabilly voire psychobilly, c'est quoi vos influences musicales majeures ?

Dadé : Alors en fait c'est pas vraiment psycho ni rockab', c'est des grilles de blues des années 50, sauf que c'est un peu plus... Moi je joue quand même punk donc... C'est pas non plus comme le psycho, ou c'est souvent à burne tu vois, nous c'est plus tranquille, moins soutenu, on peut pas dire que c'est du rockabilly... Ni du psycho, c'est vraiment pas du psycho !

Polo : C'est du rock'n'roll quoi !

Pour l'instant, j'ai entendu ce que vous avez posté sur le net...

Dadé : C'était les morceaux les plus rapides, les plus péchus.

Tchak : Après, c'est vrai que la contrebasse jouée en slap, ça fait tout de suite rockabilly alors les gens se figent un peu là-dessus... Ouais mais les riffs quand même...

Dadé : Oui bien sûr, mais si tu regardes les riffs, c'est des grilles de blues des années 50 !

Polo : Voilà, nous on prend la base du rock'n roll et on met un peu toutes nos influences là-dedans.

Dadé : Moi j'écoute du punk rock, j'écoute... du punk rock et Mozart aussi ! Parce qu'il était rock !

Polo : C'était un punk !

Et là vous avez un EP de disponible ou en préparation ?

Dadé : Alors figure-toi que l'EP, avant qu'on joue on l'avait sorti parce que j'ai très bien travaillé dans mon ordinateur ! Non, en fait on n'a pas fait l'EP tout de suite. On a bossé pendant huit mois pour faire tout bien pour la scène, avoir des morceaux et tout ça, donc du coup on bossait des trucs sur l'ordinateur, on s'enregistrait, mais juste pour bosser. Puis on s'est dit "Putain, pour notre premier concert, ça serait bien d'avoir un petit truc !" Alors du coup j'ai pris tout ce qu'on avait enregistré sur l'ordi, j'ai mixé, masterisé et vite fait on a sorti un petit CD de cinq titres avec ça !

Polo : Sinon là on a pas mal travaillé le booking donc on a réussi à se caler une bonne petite tournée pour l'été et la fin de l'année, avant de sortir l'album si tout va bien !

Et c'est vous qui gérez tout, la composition, l'enregistrement, les tournées...

Tchak : Ca s'appelle être autonome !

Polo : Pour l'album on risque de faire appel à un technicien pour le studio, l'enregistrement, un professionnel quoi...

Dadé : Mais c'est un pote...

Polo : Ouais mais on le paye quand même !

Dadé : Ouais mais c'est un pote !

Polo : Après tout le reste, communication, management, booking, c'est nous qui le faisons. Comme ça on est sûr d'être maîtres de ce qu'on fait, on décide de ce qu'on veut faire. On peut se permettre de choisir ce qu'on veut... En attendant d'avoir mieux !

Dadé : D'avoir des gens, surtout, qui veulent bien bosser sur le projet.

Polo : Ouais mais c'est un projet jeune encore !

Qu'est ce que vous aimeriez que les gens ressentent en écoutant votre musique ?

Dadé : Qu'ils se régalent, quoi ! Qu'ils s'amusent et qu'ils twistent !

Polo : Qu'ils s'éclatent, on veut faire danser les gens, qu'ils passent un bon moment !

Et vos projets pour Billy Hornett, c'est quoi ?

Dadé : On a commencé à réfléchir, à bloquer des dates pour faire un album en janvier, qui devrait sortir du coup en mars. On a six mois de préparation et un budget à trouver pour l'enregistrer, on est parti sur dix mille euros donc on a six mois pour trouver dix mille euros.

Tchak : Et préparer en même temps la tournée qui va avec !

Polo : C'est ça ! La tournée pour soutenir la sortie de cet album ! Beaucoup de travail encore pour cette année, mais c'est cool !

Dadé : Oui mais ça fait partie du... comment on appelle ça... le jeu ?

Polo : Le métier !

Tchak : Ho, c'est un jeu, on se régale ! Ou alors c'est le plus beau métier du monde !

Dadé : Je dirais pas ça, mais on n'est pas loin !

Polo : On n'est pas loin, on n'est pas loin !

Tchak : Bon, après tu flirtes avec l'alcoolisme...

Dadé : Mais tu fais que flirter donc c'est cool ! Non, moi j'aimerais bien avoir un orchestre philarmonique là...

Polo : Avec des danseuses à moitié nues....

Dadé : Non, complètement nues ! Avec des sections cuivre, des pianos, nana... On sait jamais ! Et peut-être que dans deux ans on sera sur la grande scène à côté ! Non, mais on essaie de faire ce qu'on aime, et de le faire sérieusement.

Polo : Et puis que ça nous fasse bouffer aussi...

Tchak : Parce que manger des pâtes, ça va bien un moment !


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags