Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Clap Oxydes / Festival Pause Guitare 2012

1995, l'interview

"On ne fera pas de textes engagés comme IAM". C'est lors du festival Pause Guitare que nous avons rencontré les membres de 1995. En quelques mois le groupe a rencontré un succès incroyable et se retrouve ainsi programmé dans de nombreux festivals.

Vous aviez déjà une carrière rap avant 1995 mais en vous mettant ensemble, ça a tout de suite explosé, comment expliquez-vous cela ?

Fonky Flav' : En fait ça s'est pas fait tout de suite quand même, on a pas mal taffé "dans l'ombre" avant.
Darryl Zeuja : Et puis on ne peut pas dire qu'on avait une "carrière rap" avant 1995. On flirtait vaguement avec le rap dans notre vie et après, le hasard a fait qu'on s'est tous rencontré en assez peu de temps, en même pas six mois, puis ça a fait un groupe. Il n'y avait rien d'important avant 1995.

Vous aviez créé un label perso et maintenant vous avez signé avec Polydor, est-ce que ça change quelque chose dans votre manière de travailler?

Fonky Flav' : En fait, on a créé notre label comme tu dis et c'est notre label qui a un deal de distribution avec Polydor, donc c'est juste un confort pour nous ! Aujourd'hui, on décide de produire ce qu'on veut, pour l'instant ça reste uniquement nos musiques, nos clips, etc, mais on pourrait produire quelqu'un d'autre aussi ! Le délire, c'est que Polydor nous fait confiance, ils sortent nos disques et Universal, c'est quand même la patate en terme de distribution donc comme on a réussi à négocier un bon contrat, c'est un avantage de ouf pour nous ! Comme on continue à produire nos disques, à produire nos clips, à coéditer nos morceaux, notre tournée et qu'on gère le merchandising, on est toujours maîtres de ce qu'on fait, il y a rien qui nous échappe.
Hologramme'Lo : Au-delà du rap, t'apprends carrément un métier.

Et au niveau de la liberté artistique ...

Fonky Flav' : Pareil, y'a que nous qui pouvons nous imposer des limites !
Darryl Zeuja : On est nos propres DA.
F.F : J'vais te donner un exemple, pour le Zénith qu'on a fait à Paris là, Polydor ils nous disaient "non, faites pas le zénith, c'est trop tôt, vous allez jamais réussir à le remplir, si ça foire, c'est la merde" et tout... On s'est dit c'est comme le bataclan, nous on se lance des défis, on l'a rempli le Zénith et tout le monde a fermé sa gueule ! Même Pascal Nègre est venu nous féliciter à la fin donc...

Et ça veut dire que si Polydor vous emmerde vous pourrez même faire une chanson là-dessus ?

FF : Bien sûr, on pourra le dire où on veut !
Hologramme'Lo : Ils seront les premiers ravis qu'on le fasse parce que ça marche toujours ce genre de truc...
F.F : Après, si on a choisi Polydor c'est pas pour rien, c'est qu'on a vu qu'il y avait des gens qui savaient bosser là-bas et qu'on s'entend bien avec eux, sinon on serait jamais allé avec eux ! Nous on a eu la chance d'avoir le choix, on a choisi ceux qui nous mettaient à l'aise et qui nous laissaient la plus grande liberté ! Aujourd'hui, vu l'état actuel des choses, ça ne risque pas d'arriver !
Darryl : Si on veut, ils mettent pas les pieds dans le studio, ils savent même pas où c'est, il y a pas de bâtons dans les roues... C'est juste pour la distrib' et c'est cool de bosser avec eux.

Vous n'arrêtez pas les dates de concert, vous êtes à l'affiche de plein de festival, vous arrivez à garder votre vie personnelle en même temps que votre vie artistique ?

F.F : Franchement, là on a décidé de s'engager à fond dans le développement et dans le business, c'est du 24/24...
H.L : En ce moment spécialement, on est sur notre premier album en plus, le seul moment ou tu penses pas rap, c'est quand tu pionces, quoi !
D.Z : Surtout que notre vie personnelle, c'est nos projets solos à côté d'1995
F.F : En plus, le soir à 21h on peut nous appeler nous dire "demain il faut faire tel truc", bim on se passe le mot entre nous, il y a pas de pauses, c'est non stop, on est toujours réactifs.
D.Z : Voilà, c'est du H24, après, chacun s'arrange pour gérer sa petite vie à côté, y'en a qui s'en sortent mieux que d'autres, tant mieux !
F.F : Après, on sait que c'est un moment où on doit être speed parce qu'on est au début, on a pas du tout accompli tout ce qu'on a à faire. Une mission si t'abandonnes dès le début ou que tu la mets de côté, c'est mort, si t'es pas à fond, c'est foutu, personne va se mettre à fond pour toi.

D.Z : Pour l'instant c'est ça le principal, le reste, on gère comme on peut mais le principal, c'est que ça se passe bien. Après, le reste c'est tranquille.
F.F : Et puis c'est cool, dans la majeure partie je pense que nos proches voient et ils comprennent, qu'on a plein de trucs à faire.
D.Z : Même si c'est pas de la promo, de la télé ou quoi, y'a plein de trucs pour lesquels personne ne sait qu'on est en train de taffer mais on taffe quand même, je leur dis "là je sors pas, j'écris mon truc", mais y'en a qui ne comprennent pas.

Est-ce que vous envisagez de sortir des textes un peu plus engagés, je pense au rap de la Rumeur, d'IAM ou plus récemment Orelsan, qui a partagé la scène avec vous au festival Pause Guitare...

D.Z : Moi j'ai déjà donné mis tout l'engagement au max, je suis terriblement engagé, ça me vaut des menaces de mort régulières, des écureuils morts dans ma boîte aux lettres, ce genre de trucs et du coup je continue mon combat, je m'en fous qu'on me mette des pressions, je continue à être engagé jusqu'au bout.
F.F : En fait, on va pas se comparer aux autres, on va pas se dire "ha ouais, La Rumeur ils font des textes engagés donc..."
D.Z : Hé mais j'étais sérieux dans ce que j'ai dit, hein !
Hologramme Lo : Nous dans notre action on est déjà engagés, tu vois la plupart des mecs qui se plaignent de pas réussir leur truc, c'est qu'ils ne se sortent pas forcément les doigts du cul, ou alors pas de la bonne manière... Nous notre engagement il est dans la manière, dans l'esprit "fais tes choses tout seul" et ça on peut pas nous targuer de pas le dire, sur des morceaux comme "comme un grand" ou "faut pas dire"
D.Z : C'est plus dans notre attitude et notre façon de faire et ça se répercute forcément sur nos morceaux, après, c'est plus ou moins caché parce que comme c'est au quotidien, c'est caché dans plein de nos mots, plein de nos phrases et nos tournures de phrase, mais si on écoute attentivement, on peut remarquer qu'on est des gens pas si naïfs que ça...
H.L : On l'est pas au contraire !
C'est pas ce que j'ai dit !
F.F : Après, Big up à La Rumeur, quoi !
D.Z : Bien sûr,big up à eux, mais si on avait que des groupes comme La Rumeur ça serait pas intéressant, si on avait que des groupes comme IAM, ça serait pas intéressant non plus ou que des groupes comme nous, ça serait pas intéressant non plus, c'est pour ça qu'il y a des groupes différents, avec des noms différents et des rappeurs différents donc non, on ne fera pas de textes engagés comme IAM.
H.L : Enfin si demain on est pris de...
D.Z : Oui mais je ne le ferai pas comme IAM ni comme La Rumeur
H.L : Voilà

Vous avez fait un concert à Montréal y'a pas si longtemps, y'a une bonne scène rap là-bas, le public vous a semblé réceptif à ce que vous faisiez ?

F.F : Pour Montréal, c'est un peu particulier parce que déjà c'est francophone...
D.Z : Ha ouais ? Il t'a appelé tout à l'heure ? Et il va bien Franck ? Parce que moi je l'ai appelé ils répond jamais...
F.F : Après, on peut pas généraliser par rapport au reste du Canada, mais on a eu un bête d'accueil, on a fait une scène ouverte, en extérieur, y'avait plus de trois mille personnes c'était un bon délire...
D.Z : Mais bon, ce n'est pas grave, j'ai eu Franck au fil aussi, il va bien....
F.F : ... Après on a commencé la tournée en Angleterre, après en Belgique et en Suisse on a un bon public aussi et là on va faire nos premières dates en Allemagne pour cette tournée...
D.Z : Germain au fil aussi !


Retrouvez toute les photos du festival Pause Guitare 2012, réalisées par la société Oxydes en cliquant sur le lien suivant : http://clap.oxydes.net/gal2/?q=album/95-pause-guitare-2012

Paul Keller


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags