Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©www.richardstorchi.com

Laurent Voulzy,
l'interview

"Quand on donne de l'émotion, on donne ce qu'il y a de plus précieux au monde"


Laurent Voulzy, grand monsieur de la chanson française, a accepté de répondre à nos questions à l'occasion du festival Pause Guitare et de la sortie récente de son dernier album, "Lys and Love". Auteur du célèbre refrain "on a tous dans le cœur", il offre avec son dernier opus quelque chose de bien différent, un voyage temporel entre le moyen-âge et le XXIème siècle, une traversée des temps baignée d'amour, de belles langues et d'un certain psychédélisme qui n'est pas sans rappeler les envolées expérimentales des sixties.

Votre dernier album était une ressortie pour les trente ans de "Reckollection" mais avec "Lys and Love", vous vous écartez de cet univers rock qui vous a beaucoup influencé, qu'est ce qui vous a donné envie de changer un peu de style ?

Je ne sais pas si j'ai changé de style, je fais toujours de la musique avec ce que j'ai appris, plus éventuellement un peu de ma personnalité, comme tous les gens qui font de la musique certainement. Simplement, cet album est influencé par le moyen-âge, qui est une période qui m'attire, et par la France et l'Angleterre, qui sont ma vie en ce moment. Donc l'idée était de me laisser guider par cet univers du moyen âge en faisant quand même de la musique du XXIème siècle, puisque je suis un chanteur du XXIème siècle ! Mais avec en toile de fond, tout le temps, cette période avec ses poètes, dont Charles D'Orléans notamment, dont j'ai repris un poème sur l'album, qui m'a influencé et qui m'a insufflé une autre chanson, qui s'appelle « En regardant vers le pays de France », qui est la première phrase d'un de ses poèmes. Mais je n'ai pas l'impression d'avoir fondamentalement changé, il y a une direction, je vais vers quelque chose qui est plus profond chez moi. Depuis pratiquement vingt ans, la seule musique que j'écoute le soir quand je rentre chez moi, c'est des chorales et des chœurs du 12, 13, 14ème Siècle. Le soir et le matin j'écoute ce type de musique, qui me ramène à quelque chose de très profond que je n'explique pas et qui est mon "moi" profond. Pour le poème de Charles d'Orléans, "Ma seule amour", on a vraiment composé la musique, dont l'accompagnement par les chœurs "à la façon de" Jocelyn des Prés. Celui-ci sonne vraiment comme un chant médiéval, avec en plus un texte original du XVème. Pour les autres titres, c'est de la musique pop mais influencée, avec toujours cette toile de fond. Le studio était décoré avec des personnages en armures, des tapisseries... Pareil quand je rentrais chez moi, j'étais toujours dans cet univers, pendant deux ans j'ai été baigné là-dedans. Même si on travaillait sur ordinateur, avec des musiciens qui jouaient sur des samplers et des machines comme ça, j'étais quand même tout à fait là dedans, j'étais au XIVème siècle.

Deux thèmes reviennent dans les chansons de cet album, l'amour et les voyages, est ce que ce sont des thèmes qui vous influencent particulièrement lors de l'écriture et la composition ?

L'amour c'est sûr ! D'abord, cet album s'appelle "Lys and Love", toutes les chansons parlent d'amour. Mais je dirais plus un amour courtois, l'amour des troubadours, un peu désincarné, être au service de l'amour mais pas esclave, déclarer sa flamme, même si on sait que ça n'arrivera nulle part... il y a aussi quelque chose qui est profondément moi, où je me retrouve parce que quand j'étais adolescent, il y avait des filles qui me faisaient battre le cœur un peu plus vite que les autres mais jamais elles l'ont su... On peut parler de voyage dans le temps pour cet album, les voyages ont influencés d'autres chansons que j'ai faites mais pour cet album, c'est principalement l'amour, l'amour inconditionnel, comme la dernière chanson de l'album, "J'aime l'amour", c'est en hommage à l'amour universel, l'amour avec un grand A.

Vous avez beaucoup travaillé avec Alain Souchon au cours de votre carrière, est ce qu'il en a été de même pour cet album, il était présent à vos côtés ?

©www.richardstorchi.com

Pour l'écriture et la composition, nous sommes très souvent ensemble. Pour l'enregistrement, il n'est pas souvent là, il ne supporterait pas d'ailleurs, j'ai mis deux ans à l'enregistrer celui-là ! Mais il n'est jamais bien loin et son avis m'est important. Une fois que j'ai fini d'enregistrer une partie de chansons, j'aime bien avoir son avis, que je trouve très pertinent. Il ne se gêne pas pour me dire qu'il aime ou qu'il n'aime pas. Parfois il me dit "je m'attendais à mieux" ou bien "je trouve ça formidable", en tout cas son avis m'est important. L'un et l'autre, on a la même franchise, c'est pas un service à rendre aux gens de penser, alors qu'ils n'ont pas fini leur disque, qu'il y a quelque chose de raté mais de ne pas le leur dire. Tant que le disque n'est pas fait on peut le refaire.

Vous avez enregistré cet album aux studios mythiques d'Abbey Road, est ce que vous pouvez décrire ce que vous avez ressenti en arrivant là-bas ?

Je rêvais d'y aller depuis que j'étais adolescent ! Depuis que je fais de la guitare, depuis que j'achète des disques et des magazines sur lesquels on voyait que les Beatles enregistraient à Abbey Road, je rêve d'y aller. J'y suis passé devant plusieurs fois, sans oser y rentrer mais là quand j'y suis allé, c'était formidable, les musiciens sont venus jouer mes chansons quoi ! Abbey Road c'est un endroit qui s'est élevé au rang de "mythique", de sacré même. Avec tout ce qu'il y a été fait dedans, il en émane quelque chose de très fort, ça devient un calice, ne serait ce que les Beatles qui ont enregistrés presque tous leurs albums là-bas et qui ont bouleversés tant de gens dans le monde... Quand on donne l'émotion, on donne ce qu'il y a de plus précieux au monde.

Vous avez enregistré une chanson avec Roger Daltrey, le chanteur de "The Who", comment vous êtes vous rencontrés et comment s'est passé cette collaboration ?

Je l'ai rencontré il y a plusieurs années. J'ai un ami qui s'appelle Sacha Reims, qui est journaliste spécialisé dans la "rock music", il connait Roger Daltrey qui lui a dit un jour qu'il aimerait bien chanter des ballades. Sacha lui a dit "ce serait bien que tu écoutes un chanteur français qui s'appelle Laurent Voulzy". On s'est rencontrés après un concert des Who pour la première fois, puis une deuxième fois après un autre concert des Who, auquel je n'ai pas pu assister, mais on a dîné ensemble et là il m'a dit "est ce que ça te dirait qu'on chante ensemble ?" Sur le coup j'ai pas compris, j'ai rien répondu alors il me dit "ça te plait pas peut-être", alors je lui dit "c'est pas ça non, c'est juste que j'ai mal compris !", on a vite sympathisé comme ça. On s'est appelé rarement, deux ou trois fois et pour l'album, j'ai voulu le contacter mais il était en tournée aux Etats-Unis et le numéro que j'avais, qui paraît il était le bon, ne répondait jamais. En fait, à peine une semaine avant la fin de l'album, il m'a répondu, il m'a dit oui. Juste il voulait l'écouter un peu avant puis il a dit "j'adore cette chanson, ok". En tout cas lui, c'est un type d'une grande simplicité, humainement formidable.

Et il ne vous a pas parlé par hasard d'une nouvelle tournée des Who ?

Ha, je n'oserais pas vous le dire, je lui ai demandé et il me disait un coup oui, un coup non... Je ne suis pas sûr que lui-même le sache encore !

Retrouvez toute les photos du festival Pause Guitare 2012, réalisées par le photographe Richard Storchi en cliquant sur le lien suivant : www.richardstorchi.com

Paul Keller


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags