Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Antoine Rozes

Sporto Kantes,
immersion dans l'électro rock

Si vous venez d'atterrir pour la première fois sur la planète bleue, ou si vous avez été déconnecté de tous moyens de communication depuis des années alors forcément vous n'avez pas pu entendre un des terribles EP de Sporto Kantes comme "Lee", "Impressed", "Whistle", "Fuckin'Country" pour n'en citer que quelques uns.

Ces électriques rockeurs connaissent la chanson. Dotés d'une sérieuse culture musicale, ils ont l'art de trouver de nouveaux sons à la sauce vintage. Sons enregistrés à la volée, dans la rue, ou samples de vinyl oubliés, ils créent une musique personnelle et pourtant terriblement ouverte au monde. En live, ils sont armés de deux musiciens supplémentaires qui ajoutent du corps et donnent la fièvre au public par un groove éclectique, un flow entêtant et une énergie folle. Notulus a rencontré cette sympathique bande de musiciens pas prétentieuse malgré leur talent, un après-midi d'hiver...

Comment ça se passe avec votre label ?

Sporto Kantes sur 14 ans, c'est plus de bénéfices que de pertes. Et ce bénéfice là a permis au label d'évoluer, d'ouvrir un pôle dédié à la musique de pub, construire des studios d'enregistrements...

Vous bénéficiez d'un fort support médiatique, on vous retrouve sur les ondes comme sur Radio Nova et sur les ondes de Radio France comme France Culture, France Inter qui sont des radios généralistes, cela vous fait quoi?

On est très privilégié par rapport à cela, c'est clair !
Nova depuis le début, depuis le premier maxi en 1998, ils nous ont soutenu. Depuis le début, ils ont passé nos albums, nos maxis et même lorsque nous n'avions pas d'actualités nous étions chaque semaine à l'antenne. France Inter c'est récent, c'est depuis le dernier album. Ils ont passé 2 singles, cet été ils ont choisi "Holiday" qui a fait partie de leur playlist de l'été. C'était génial, pour des morceaux chantés en anglais !! C'est de leur propre fait, c'est eux qui ont choisi de le passer. Cela n'a rien à voir avec un partenariat. Par exemple avec Nova, lors de notre concert à la Cigale, nous avons demandé un partenariat, mais ça faut payer !

Écoutez-vous toujours du rock ?

Oh oui, carrément !

Et qu'est-ce que vous écoutez en ce moment ?

Un petit mec qui s'appelle Jack BUG, il a 16-17 ans. Il a directement été pris par Noël Gallagher pour faire ses premières parties. C'est un peu comme les Arctic Monkeys, c'est très anglais. Cette vague là un peu néo sixties, un peu rock...

Cette tendance Rock revient à grand bruit chez les jeunes de 15-16 ans, alors que dans les années 90 on pensait que le Rock était mort, qu'en pensez-vous ?

Et ils ont une culture musicale, à vingt balais, ils connaissent tout, c'est incroyable et ça fait du bien. En même temps c'est normal toutes ces choses, comme les Beattles les gens écoute encore, ça s'achète encore, et pourtant il y a eu des milliards et des milliards de trucs qui ont été fait depuis, de mieux ou de moins bien. Mais c'était la base, ce sont des choses d'une telle qualité qu'on ne pourra jamais passer outre. Bownie on ne pourra passer outre, tous ces groupes là avaient le son, on a jamais réussi à égaler ce son. On a réussi à faire un nouveau son, à créer un nouveau son avec le hip hop et l'électro mais jamais à égaler le son rock tel qu'il a été fait à l'époque. Donc pourquoi ce serait démodé? je crois pas. Peut être parce que tu as un nouveau courant musical qui vient, c'est plus frais... Mais finalement quand tu réécoutes Elvis Presley, contrebasse guitare et la voix, et la patate qu'il a, c'est incroyable! Et on reste des humains malgré tout, c'est une histoire de vibrations qui ne partira jamais.

Encore des concerts ?

Elvis, non il a arrêté !!

Allez-vous encore en concert ?

Oui carrément! Dernièrement j'ai été voir le groupe de Reims les Bewitched avec qui on avait joué à Nantes. D'ailleurs je trouve que le concert de Nantes était beaucoup mieux que celui de Paris. Je vais voir Jon Spencer Blues Explosion qui joue à Paris le 5 décembre. J'ai vu les Pogues, le 11 septembre à l'Olympia. J'ai halluciné, je vois l'affiche et je me dis "c'est pas possible!!" Je les ai vu en 84 quand ils sont passés à Paris, je les ai vu plein de fois en Angleterre. Je suis un grand fan mais j'ai vu des concerts vraiment nazes où ils étaient vraiment trop défoncés ! Mais là j'ai dit à ma copine, "je vais prendre deux billets car c'est sans doute les derniers concerts qu'ils vont donner, ce sera peut-être pas bien..." En fait c'était énorme ! L'Olympia était en liesse, les gens slammaient, ils jetaient leurs blousons, balançaient leurs chaussures, c'était n'importe quoi. Ca sautait de partout dans une salle comme l'Olympia qui est une salle dure assez froide, monolithique... Et je n'ai jamais entendu Shane MacGowan chanter aussi bien depuis longtemps, c'était étonnant. Musicalement c'est très basique, c'est du celtique, du traditionnel avec une impulsion punk et ils sont quand même vieux, hé bien malgré tout il y a vraiment un truc qui est passé, c'était impressionnant. Lorsque tu écoutes les Dublinners, c'est pareil sauf que les mecs ils ont une voix de vieux mais derrière ça joue pareil.
Shane Mac Gowan avait sa voix de gouaille anglaise, ça twiste le truc! C'était vraiment impressionnant ! Il y encore ces mecs là, plus jeunes, usés par la vie, qui sont encore capables de retourner une scène. C'est là où on voit qu'il y a des choses qui le feront toujours et des choses qui seront simplement passagères, à la mode.
C'est rassurant parce que l'humain derrière la machine sera toujours plus fort.

Cela fait donc du bien d'avoir quelques années derrière soit ?

Oui c'est vrai! Tu vois ma copine, elle est jeune, je me suis dit que cela n'allait pas lui parler. Elle est rentrée là dedans et m'a dit "qu'est-ce que c'est que ce truc" ! Après elle a écouté l'album, enfin un des albums Rums (Rum, Sodomy and the Lash) avec Elvis Costello, c'est juste un summum de tous les albums Rock. Alors qu'avant de les voir sur scène elle n'aimait pas trop, elle a compris en fait qui était derrière cela !

Qu'est ce qui vous reste alors à écouter, de quels horizons?

Oh encore plein de trucs, peut-être pour choisir au Brésil, ou au Mexique. Il y a du garage Mexicain pas mal !
C'est génial avec internet. On découvre des choses qu'on aurait jamais pu écouter à l 'époque des musiques des années 70. De tout, du rock garage, du Rockabilly, des trucs de ouf ! Des mecs du fin fond des États-Unis qui n'ont fait qu'un seul disque en 77, en un seul clic tu peux les retrouver. La scène Norvégienne dans ces années là était aussi super forte. On n'y avait pas accès !
Maintenant avec "you tube" tu tapes Rock Norvégien et tu as des centaines de morceaux !
Même en France le Rock style psyché, expérimental, des groupes qui n'avaient sorti qu'un album parce qu'à ce moment là c'était le punk qu'on écoutait, et bien on peut les redécouvrir aujourd'hui car c'était des albums vachement bien !
Le fils de Boris Vian, Patrick Vian sortait des albums dans le label EX comme musique expérimentale. J'ai un copain qui vient de racheter les droits des morceaux de Boris Vian qui n'ont jamais été mis en musique. Il était en contact avec son fils qui jouait dans un groupe qui s'appelait Barricade. Red Noise avant il faisait des trucs de communauté il s'en foutait. Dans les années 70, il y avait tellement de tunes qu'il n'y avait pas ce côté business.
Mais il vendait des disques même si c'était l'underground de l'underground. C'est marrant les groupes de cette époque là je suis sûr qu'ils vont ressortir dans 20 ans, et on sera étonné de ce que l'on faisait à ce moment là...

SPORTO KANTES sera en concert au Trianon à Paris le 15 février 2013


1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?