Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Vincha,
quand le rap rime avec la chanson

Vincha, auteur compositeur français de chansons aux rimes qui interpellent, nous présente son premier album "Si si la Famille", teinté d'un réalisme ironique.

À quel moment clef, ton amour pour la musique s'est révélé ?

Il n'y a pas un moment clef où il s'est révélé, mais il y avait beaucoup de musiques déjà chez moi, mes parents écoutaient beaucoup de musique. Ils m'ont mis au piano lorsque j'avais 5/6 ans et ça m'a donné envie de créer mes propres chansons. En cinquième j'ai découvert le rap, je ne chantais pas super bien, j'avais envie de m'exprimer avec peu de moyens, ce style me correspondait bien, donc j'ai foncé!

Pourquoi ton album "Si si la famille" est considéré comme un album de chansons, alors qu'on te retrouve rapper sur grand nombre de tes titres?

Je ne sais pas... mais c'est en quelques sorte le paradoxe de ce que je fais. Je passe 90% de mon temps à rapper. Mais quand tu sors d'un de mes concerts ou que t'écoutes mon album, tu vas dire que c'est de la chanson parce que je pense que la manière d'appréhender les thèmes et de considérer mes titres est plus proche de la chanson que du rap. Après pour mille raisons c'est un peu compliqué, mais les frontières restent floues en fait. De la même manière on peut se demander si Renaud n'était pas un rappeur et si Oxmo Puccino ne faisait pas de la chanson. Je pense que beaucoup de personnes sont entre ces deux styles.

Tes compositions sont le fruit de ton imagination ou de tes propres expériences ?

Ben les deux mon capitaine ! (Rires) Mes compositions reflètent ce que je vis, ce que j'entends, ce qui me plaît, ce qui m'inspire.

Donc ton titre "C'est toi" c'est bien une de tes déclarations d'amour ?

"C'est toi" c'est complément une déclaration d'amour à ma manière ! Le thème a rien d'inédit ou d'original, ce qui m'intéressait c'était de dire à quelqu'un qu'on l'aime, pourquoi et comment. Simplement comme plein de gens qui s'y sont risqué avant moi. J'avais envie de me frotter à cet exercice-là de la déclaration d'amour, donc je l'ai fait avec mes mots, mon vocabulaire, ma façon de l'exprimer.

Comment es-tu arrivé à collaborer avec Sanseverino et Stéphane Belmondo ?

Alors Sanseverino et Stéphane Belmondo étaient amis avec Sébastien Zamora, mon producteur de spectacle et le coproducteur de l'album. Il leur a proposé de passer et leur a fait écouter ce que je faisais et ils ont bien accroché.

Donc tu ne les connaissais pas avant cela ?

Non non, on s'est rencontré au studio de Camille Ballon, le réalisateur et le mixeur de l'album.

Tu as mis combien de temps à construire cet album ?

Je ne sais pas depuis combien de temps exactement j'ai commencé cet album, je dirais 4 ans environ. En fait ça s'est fait vraiment petit à petit parce que j'ai fait un premier titre qui s'appelle "Demain promis j'arrête" avec Camille. Mais directement à la suite de ça on a enchainé sur d'autres titres qui sont "Paris", "Les p'tits seins", "Royal" et d'autres. Mais en fait c';est à ce moment-là qu'on a commencé l'album, mais je ne savais pas que ça en était un. Au début on faisait des chansons les unes après les autres, on montrait au fur et à mesure aux autres ce qu'on faisait, puis à un moment donné on s'est retrouvé avec 20 titres et on en a choisi 12 pour faire un album.

Fan de "Petit con", peux-tu me dire qu'est ce qui t'as amené à composer ce titre plein d'humour ?

Je crois que c'était une manière de réagir à plein d'anciens petits cons qui devenaient des vieux cons et qui commençaient à trouver les ados un peu "Oh vraiment, vous avez vu comment ils sont violents aujourd'hui, qu'est-ce qu'ils font ?". Après je ne suis pas sociologue, mais je trouvais que c'était une question d'adolescence. Nous avons fait exactement les mêmes conneries et l'idée de ce morceau c'est de dire que "C'est un petit con, rien qu'un petit con". Il n'a pas violé des enfants, n'a pas agressé des dames. La plupart du temps, ceux que l'on considère comme des délinquants sont quelques types qui fument un "pet" ou qui volent une tablette de chocolat dans un supermarché. Mais ça ne va pas plus loin que ça en fait. C'est pour ça que j'ai écrit ce titre pour dire qu'on est tous passé par là. Moi, j'envoyais de la terre par les fenêtres de la maison par exemple. Ce n'est pas terrible hein ? (Rires) Mais je n'aimerais pas être aujourd'hui à la place du type qui ouvre sa fenêtre et qui reçoit de la vieille terre pourrie chez lui. Mais bon au final, ce n'était pas très grave. C'est ça que je veux dire.

Tu parles beaucoup de Paris dans tes morceaux. Qu'est-ce que cette ville représente pour toi ?

Elle représente la ville où j'ai fait mes études. Elle représente pour moi comme tout le monde, la ville où est concentré le plus grand taux de bars, de culture, de stress, de restaurants et tout ça à la fois. Je pense qu'on dit tous que c'est à la fois "mortel" d'habiter là, et en même temps que l'on a envie de se "casser". Elle représente plein d'autres choses aussi, parce que c'est une ville hyper poétique, par moment violente, c'est mille sensations mêlées.

Raconte-nous un peu comment les femmes réagissent lorsque tu chantes "Les p'tits seins" ?

Alors ça dépend des salles et ça dépend comment j'amène le titre. Ce morceau fait marrer les gens d'une manière générale. Je m'amuse beaucoup avec le public sur ce titre-là. Parfois il y a des filles qui viennent me voir à la fin des concerts en me disant "Ah ben vraiment, c'est sympa d'avoir parlé de moi". Je me dis tant mieux, si j'ai pu les décomplexer. Je ne pense pas que ça change grand chose à la manière dont sont perçus les seins en France, mais en tout cas ça peut faire marrer quelques personnes car c'est un morceau auquel on peut s'identifier.

Quels sont tes projets ?

Mes projets ? C'est de ne rien faire (Rires). L'album est sorti, ça y est j'ai l'impression d'avoir été au bout de quelque chose. Maintenant, on va partir en tournée à partir de Novembre, mais là je vais m'accorder un break pour retrouver un peu d'inspiration et me remettre à composer de nouvelles chansons. En fait j'ai déjà commencé à composer mon deuxième album, j'ai envie de passer à la suite, de continuer tranquillement avec toutes mes idées et mes textes en cours.

Quels concerts restent ancrés dans ta mémoire ?

Il y a pleins de concerts qui sont ancrés dans ma mémoire pour des raisons différentes, ça va être compliqué de t'en dégager un. Je me rappelle par exemple d'avoir fêté un soir d'anniversaire, la sortie d'un des EP aux Trois Baudets. Il y avait tous mes potes, toute ma famille, c'était la première fois vraiment que j'avais fait la tête d'affiche à Paris. Le "Solidays" aussi reste un très bon souvenir. Il y avait plus de mille personnes. J'arrivais de Cuba le matin même, donc j'étais en tongs, avec un short sale et un peu déphasé et je n'avais jamais joué devant autant de monde. Il y avait aussi les "Jeunes Talents" et plein d'autres.


2 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags