Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

L'extra-terrestre des musiques festives mobiles sort son premier album

Hip-hop. Ragga. Jazz. Dub. Electroâ¦
La FANFARE EN PÃTARD est une formation atypique.
Un style non-conventionnel, loin des sentiers tracés par les multiples fanfares,
qui confère à la FEP un statut d'enfant unique, sorte d'extra-terrestre
dans l'univers des musiques festives mobiles.


Si les fondations du groupe sont posées en 2001 dans les couloirs du conservatoire de Strasbourg, celui-ci ne trouvera réellement son chemin qu'en 2005, avec l'arrivée de Gaston au chant et au saxophone alto.

Dès lors, la fusion opère et la FEP devient un groupe à part entière. Le style se précise, les connexions se font presque instinctivement entre le flow du chanteur, une instrumentalisation minimale cuivrée (Christophe et Gaston aux saxophones, Paul à la trompette) et une rythmique tenace (Sam à la caisse claire, Nico à la grosse caisse et Guillaume au soubassophone).
Gaston débite un message fort: observateur du quotidien, il pose un regard critique sur la société et les travers du système. Mais la FEP ne se prend pas au sérieux pour autant. Une fois propulsés dans leur spectacle, sur scène ou en rue, les six musiciens donnent littéralement vie à leur musique. Affublés de rouge et de noir, ils incarnent des personnages enragés glissant sans complexe vers l'auto-dérision... En Pétard, certes, mais pas vraiment méchants! Autour d'une mise en scène de Sébastien Bizzotto, la formation tout-terrain joue sur les chorégraphies, les mimiques, en instaurant un rapport singulier avec le public qui, d'abord surpris, se régale et en redemande.

Après trois années passées sur les routes de France et d'Europe, qui l'aura menée du Glastonbury festival (UK) aux scènes de Hongrie (Gödor Klub de Budapest) ou d'Espagne (1er prix du concours international Haizetara), la Fanfare en Pétard a posé sur un nouvel album son univers hors-normes. "Crame la mèche" est un condensé de cette fureur festive. Loin de sonner "fanfare", ce premier opus de quinze titres sombre dans une joyeuse zizanie post-apocalyptique, à l'image de "Rabalkaganoïd" ou "The Sun was Black."
L'électronique vient chatouiller les peaux ("Rise & Shine"), les cuivres virent à l'acide ("Le cas d'Eddy").
Quelques guests bien sentis participent à l'aventure: Papet J de Massilia Sound System sur "Le Vice" et le rappeur américain Mr E sur "Noroc." DJ Nelson, vice-champion du monde DMC 2009, scratche quant à lui les platines sur "Gong-Nimp", sur "We're the Show Men", une reprise habile de Jacques Higelin et enfin sur "Crame la mèche", titre qui a donné son nom à cet album résolument FEP.


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
NEWS DU MÊME THEME
Tags