Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

©Gérald Valentin

Sliimy,
un artiste touchant et déterminé

Sliimy, petite comète qui parcourt l'espace musical mondial en s'arrêtant un instant au NJP à Nancy. Rencontre avec ce jeune homme filiforme très attachant qui a beaucoup d'histoires à nous raconter.

On te compare souvent à Mika ou à Prince ? Est-ce que cela t'énerve ?

Oui cela m'énerve un peu, même si je les adore tout les deux. Pour se rendre compte, il faut venir me voir en live pour voir vraiment qui je suis. Je ne trouve pas que je leur ressemble, mais bon... J'aimerais que l'on creuse mes compos, pourquoi ces chansons...

Tu as eu un succès très rapidement, est-ce difficile ?

C'est vrai que cela a été vite, il y a deux ans je me suis lancé sur myspace, et puis il y a eu l'invitation au Grand Journal et puis les tournées... Je n'ai pas eu encore le temps de m'en rendre compte...

Comment es-tu venu à la chanson ?

Je chante depuis que je suis petit. A la mort de ma mère, la musique, la création de chansons deviennent mes meilleurs amis. J'ai mis du temps avant de pouvoir le partager, tout cela restait dans ma chambre. La musique m'a permis de m'épanouir.

Peux-tu nous parler de ton public ?

Il est différent suivant les endroits où je joue mais il y a un véritable point commun, c'est beau, les gens sont là pour la musique. On est allé à Tokyo cet été, à Chicago, à Minneapolis, ils sont là pour la musique. J'essaie de leur amener ma personnalité et mon passé.

Pour les personnes qui ne te connaissent pas, comment te définirais-tu ?

Laissez-vous porter ! Si l'on veut me connaître vraiment, il faut venir me voir, ce soir au NJP !!!

Y a-t-il d'autres Arts auxquels tu t'intéresses ?

J'adore l'Art mais c'est quelque chose que j'admire un peu de loin. Le milieu de la mode, j'admire les gens qui le font et ça m'inspire aussi. Ca m'inspire pour les musiques. Mais voilà c'est beau. C'est bien d'avoir des gens qui le font. Je serais incapable de faire une collection de vêtements...

Tu es toi-même un fashion, non ? On t'a vu à la Fashion Weeks à Paris ?

Non, pas du tout, je ne suis pas fashion, j'y étais car j'adore la mode. Et si j'ai des bracelets de toutes les couleurs, c'est parce que ce sont des souvenirs des autres festivals. La mode c'est un art comme les autres.

Te places-tu comme un porte-drapeau, depuis ton coming out ?

Pas du tout, c'est pas que ça m'énerve mais en fait c'est très révélateur de la société dans laquelle on vit. J'ai l'impression que les gens comprennent vraiment ce qu'ils veulent... C'est comme les gens qui me reprochent d'avoir des manières, de parler d'une façon bizarre parce que je suis gay, je ne sais pas... C'est un truc qui m'énerve parce que c'est mettre les gens dans un moule et puis à la fin personne n'est différent. Hétéro ou gay, on s'en fou !!
Pour moi, je ne suis pas un porte drapeau, je parle juste de ma vie, donc effectivement c'est quelque chose qui m'a touché, qui fait partie de ma vie. Je ne vois pas pourquoi je n'en parlerais pas. Et donc, je parle de plein de choses différentes mais je remarque que tout le monde reprend cela. Je m'assume complètement, il y a plein de personnes comme moi, après ce qui est triste aujourd'hui, c'est ce que je disais, c'est que les gens font des amalgames, pour la sexualité, mais aussi quand on a un physique différent, une couleur de peau différente. D'un côté, on a des gens qui sont plus ouverts d'esprit mais j'ai l'impression que parfois cela va dans le côté violent. Je pense qu'internet a changé les choses par rapport à cela, on a plus de facilité à pouvoir cracher sur les autres sans avoir de remord.

Ta maison de disque t'a accepté comme tu étais ?

Ah oui, ils ne m'ont pas demandé de changer ce que j'étais. C'était super important pour moi aussi parce que je partais de l'idée que je faisais de la musique pour cela, pour m'épanouir. Si j'étais en train de me cacher, d'essayer d'être un autre personne, je n'aurais aucun intérêt à faire de la musique. Je préfère rester chez moi et trouver d'autres choses à faire ! Si on essaie de camoufler mes manières, ou me changer, me couper les cheveux pour ne pas que je ressemble à un autre, ça ne sert à rien et je reste chez moi.

©Gérald Valentin
©Gérald Valentin

Pour toi le visuel de l'album est-il aussi important que son contenu ?

Oui, c'est important, mais cela on le retrouve beaucoup dans la culture pop. J'ai écouté énormément d'artistes qui avaient cette relation avec le visuel comme Prince ou David Bowie. Ils avaient vraiment compris cela et pas avec un côté marketing justement. C'est quelque chose de naturel. Lady Gaga le fait aussi très bien, enfin je ne la connais pas personnellement mais je pense qu'elle prend part au niveau de la réa des clips, elle fait ce qu'elle veut et ça c'est important. Aujourd'hui on a besoin de cette liberté.

Te considères-tu comme un perfectionniste ?

Je suis quelqu'un de très perfectionniste et à la fois, je parais brouillon... C'est un vrai problème. Pour les visuels par exemple, ça pose problème à mon équipe car 3 mois après en avoir choisi un, je leur demande de l'enlever car «ce n'est pas possible !!! Arrêtez ça !!!» Mais lorsque tu as lancé la machine, tu ne peux plus l'arrêter !

Est-ce que tu es content de comment cela se passe en ce moment ?

Oui, oui, je suis très content, on est sur le troisième single, on a tourné le clip. Je suis content de la manière dont cela a été fait, on a fini ça avec la réalisatrice qui a fait "Wake Up", ça a été une super expérience lorsque l'on a travaillé sur le scénario...

Ton album est sorti à travers le monde, est-ce que tu as des retours ?

Ben pour l'instant, j'ai quelques retours. J'ai fait quelques interviews aux Etats-Unis, j'ai aussi des retours sur Internet, c'est d'ailleurs bien pratique Internet ! Cela se passe plutôt bien, après je ne me base pas sur les ventes, je me base surtout sur ce que les gens vont me dire. C'est une belle aventure que de partager sa musique avec de plus en plus de monde. Tu rencontres des gens vraiment incroyables, qui te donnent de l'énergie pour continuer.

Cela fait quoi de traverser l'océan ?

C'était un rêve et en plus la première fois où je suis allé à New York, c'était pour mixer l'album. On y est retourné pour y faire des concerts à Chicago, New York... ça fait rencontrer plein de gens différents.

Est-ce qu'il y a quelque chose qui t'as le plus marqué lorsque tu étais là bas ?

Ben justement oui... J'étais à Minneapolis, c'est la ville de Prince en fait. J'étais à l'aéroport pour prendre l'avion et au moment de me contrôler, un black bien baraqué, m'a chopé quand je suis passé. Il m'a demandé de venir et il s'est mis à chanter «Purple Rain». J'étais un peu surpris.

Tu étais au concert de Prince au Grand Palais ?

Ah oui, c'était une aventure. Je n'avais pas de place alors j'ai envoyé des messages sur internet pour en chercher, je n'ai pas eu d'invitation. Ma manageuse avait une place, je débarque chez RTL2 avec elle. Là il y avait des vendeurs au black, j'en ai acheté une... Il y avait le Petit Journal de Canal devant qui m'a calé. Le plus drôle c'est que je suis rentré avec une place au black par l'entrée VIP... Donc je rentre et là, les organisateurs me disent "on vous donne deux places". Ah mais c'est trop tard !
C'était vraiment super génial. Je l'ai découvert grâce à mon guitariste qui est un grand fan, il adore Prince. Pendant le concert, j'ai vraiment adoré, il a quelque chose que personne n'a. Ca donne envie de continuer ! Tu vois qu'il aime vraiment la musique qu'il fait ça avec plaisir. Il dégage quelque chose de..., il a vraiment une présence !


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction
Sliimy
Sliimy

Faites tomber vos barrières, bannissez les préjugés et les idées préconçues sur l'hédonisme, la musique et les rêves de gloire qui vont avec.

Lire la suite
NEWS DU MÊME THEME
Tags