Musique
pub
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.

Les Etrangers Familiers,
un salut à Georges Brassens

Ensemble, ils revisitent Brassens, entre imaginaire, respect et émotion. Et l'on se surprend à redécouvrir dans leurs interprétations fulgurantes, des textes et des musiques qui nous sont si familiers et étranges, qu'ils semblent nous rhabiller d'une peau nouvelle.


Brassens... Un nom qui charrie son flot d'icônes muséifiées... Une pipe, une moustache... Papoum papoum papoum... Des conversations à l'intimité illusoire, piégées dans la boîte à tuer les idées, à rendre le libertaire aussi fréquentable qu'un gendre idéal (...)
Mortifère, n'est-il pas ? Et bien non, Georges B. "is alive, and well, and living in Normandy"! Car voilà que la folle tribu de la Compagnie des Musiques à Ouïr éveille la bête, fait remonter à la vie la colère, la tripe, le désir, la tendresse du rebel statufié.
Entre étrangeté et familiarité, les arrangements musicaux font voler la poussière du temps et révèlent le relief et l'impertinence de textes. Bien choisis les comparses chanteurs, premiers surpris parfois d'avoir sauté à mots joints dans cette mémoire et d'y avoir trouvé avec nous un "ici et maintenant" auquel ne sied nulle nostalgie. Partons de cette vérité : la chanson de Brassens est universelle; elle est une ritournelle où chacun et chacune se retrouve chaviré, ému, enfant, aïeul, aimant, passant, aimé, fleur, arbre, oiseau...
"Les Etrangers Familiers" explorent maintenant depuis plus d'un an, sur scène et devant des salles combles et conquises, l'univers de Georges Brassens.

Le répertoire est articulé autour de l'oeuvre de l'artiste, écrite et interprétée entre 1955 et 1972. Choix délibéré, parole donnée par Brassens à lui-même mais aussi à François Villon, Victor Hugo, Paul Fort, Jean Richepin, Antoine Pol, Francis Jammes. Les chansons sont réinterprétées dans un souci de liberté. Une liberté d'écriture propre à l'univers des Musiques à Ouïr, avec la volonté d'en faire surgir du neuf, du présent, de l'intemporel. Les interprètes sont pris au jeu, oui, il s'agit bien de jouer, se jouer de cette époque à travers une oeuvre de tous les temps.

"Les Etrangers Familiers", dans les bacs le 1er février.


0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?