Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Merlot

Membre du groupe : Merlot: guitare, chant, ... / Crazy Keupon: guitare, ukulélé, kazou, ...

Merlot part pour une escapade en solo-hiphopo-folko-reggae-bluesy avec un album ovni appelé « Chansons d'amour… et de haine ».

Cacher la suite

Manu devient Merlot le temps de quelques chansons d'humeurs et révèle une plume noire et drôle entre NTM et Boby Lapointe, entre 50 Cent et Jean Ferrat. Loin des formats reggae ou chanson, Merlot crée son truc avec des bouts de ficelles, des p'tites cuillères et des guitares à trois cordes. Ce n'est pas de la nouvelle chanson française, ni du ragga old school, ni du arrènebi, c'est de la poésie de comptoir, de la prose de trottoir, des rimes de banlieusard… à voir. Dandy déglingué, lover déprimé, chansons à fumer… à ne pas rater ! En 1974, Merlot naît a Ivry (94). Prénommé Manuel en hommage à la révolution socialiste au Chili, il vivra une enfance heureuse dans cette petite bourgade de la banlieue rouge. Premiers poèmes à l'âge de 10-12 ans, il découvre le plaisir d'écrire bien avant la musique. Puis viennent Renaud, Pierre Perret, Dutronc, Mickael Jackson, NTM et enfin, en 88, une cassette de Bob Marley. En 1989, premiers studios de répétition, premiers joints, premières dreadlocks et première nuit d'amour avec la belle Sandrine… c'est au lycée que débute le groupe Baobab et que fini la scolarité de ce bon élève turbulent...
De 1995 à 2005, Manu vit pleinement l'aventure Baobab avec quatre albums et de nombreuses tournées en France et à l'étranger. Il forge alors sa voix dans un registre hérité des grands classiques jamaïcains et révèle une plume qui sait faire groover la langue de Voltaire.
En 2005, Manu déprime, lâche Baobab, s'ouvre à d'autres styles musicaux comme le blues, la soul 70's, le jazz. Il redécouvre Boby Lapointe, Brel mais aussi Tom Waits, écoute The streets et Cody Chestnutt en boucle, compose dans son couloir avec un PC et une guitare. Il retrouve aussi sa bande d'amis d'Ivry avec qui il fait la bringue la nuit, compose le jour et joue au foot le dimanche.
C'est là qu'il rencontre Cedryck Santens, guitariste/arrangeur de génie, pote de pote, avec qui il réarrange ses compositions dans la cave d'un loft. Louée à un bobo d'Ivry et dans l'atelier d'un ami peintre. Studio improvisé, bouts de scotch, bouts de ficelles, petites cuillères et guitare à trois cordes suffiront à créer une complicité joyeuse entre ces deux bricoleurs de mots et de sons.
C'est dans cette ambiance virile et décontractée que Merlot et Cedryck bidouilleront des chansons oscillants entre fous rires et larmes, tendresse et désespoir, lutte des classes et cuites pas très classes en puisant dans le quotidien d'une année quelque peu chaotique mais au final riche et créative. Ne s'interdisant aucune fantaisie, ces deux « losers » passeront sans complexes d'un hip hop dépressif (l'amour est fini) à un jazz alcoolisé (Madmoiselle) en passant par une reprise de la plus belle chanson de Boby Lapointe (ça va ça vient). On visitera le « Neuf Quatre » sur une cadence New Orléans strictement vocale, on fainéantera sur « Sexe et Marijuana », on retrouvera les préoccupations sociales du chanteur de reggae dans un « A louer » puissant ou dans un « CDI » carrément drôle et naïf. On partagera les larmes de Merlot pour « un ami », on trouvera un Merlot en chacun de nous, un Merlot qui nous ressemble dans la chanson intro « Mon flingue », chanson d'amour ? Chanson de haine ? Déclaration d'amour ? Déclaration de guerre ? Tube interplanétaire.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?