Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Le Maximum Kouette

Membre du groupe : Moon : chant / Paka : guitare / Gen : guitare / Coxs : basse / David : batterie / Ben : trompette, chant / Jean-Marc : sax, keyboard

Le Maximum Kouette, c'est une fille orange ou rouge, traînant parmi les cœurs avec un air cruel en disant « Moi j'aime ça » ?

Cacher la suite

Une Elmira avec les cheveux en couettes et un chat étouffé, l'œil tourneboulant et la langue de deux mètres qui donne à la fillette des allures de bouteille secouée, méchante et armée d'une tronçonneuse ? Pourquoi pas. Mais c'est surtout quatre filles et quatre garçons dans le grand lit du Rock'n'Roll. La couette XXL est un patchwork de sons et de textes farfelus. Dans la trompette, le trombone, le saxo, la basse, les guitares et la batterie, le chant de Sister Moon emmène dans des rêveries françaises (4), espagnoles (3) et anglaises (2, 1), où règnent « des gens louches », une personne « qui rit quand on la touche ». L'univers étrange se partage entre joie et moments sombres, entre « celle qui pue des pieds » et celle qui oscille et danse dans les extrêmes, brûle la bougie par les deux bouts et endort ses angoisses avec « Sister morphine ».

L'histoire de Maximum Kouette débute dans l'Est de Panam. Gen, entre le pain et les croissants, découvre la petite-annonce de Coxs. La guitare, purement virtuelle, part rejoindre la basse, et une batteuse, du nom de Virginie. Le groupe de rock, qui se veut 100% féminin, va prendre différentes formes. A la fête de la musique de 1993, la formation est baptisée Maximum Kouette. Peut-être à cause de sa coiffure et de son air effronté. Peut-être. Peut-être pas. A Ménilmontant, cette année-là, Moon, pleine de punch, remplace Delph au micro. En novembre, les filles voient Paka se produire dans un bar, avec sa formation 100% girls, 100% rock : Jezebel. Paka, qui assiste à la reprise de « I don't wanna be your dog » des Stooges, voudrait bien faire partie du Maximum Kouette et propose ses services. Sister Moon, Coxs, Gen et Paka sont là. Il ne manque plus que les mecs. David, le batteur, Ben, le trompettiste, Marc, au saxo, et T.Bone, au trombone, apporteront une touche mixte et paritaire.

Le nouveau-né part à l'assaut de l'asso « liFe liVe » et à la quête de matériel. Il se lance aussi sur les routes, en 1994. Maximum Kouette croise en chemin Louise Attaque, Miossec, Zebda, Silmarils, etc. L'aventure commence dans le seul but de se faire plaisir. Mais la picole, la vessie pleine qui danse sur un pied devant les toilettes occupées, les sandwichs de station-service et la dévotion des groupies peuvent mener aux studios. En Belgique, et en 2000, Maximum Kouette enregistre son premier album, mélange de « musique douce pour faire pleurer les méchants » et de « musique brusque pour énerver les gentils ». « Lundi, je m'y mets » est un pied de nez à la société de consommation et le reflet d'un état d'esprit. Le groupe veut prendre son temps, loin du produit jetable, à l'écoute rapide. En 2002, les fans de The Clash, Iggy Pop ou Bob Marley, sortent « Moi j'aime ça ! », à l'humeur noire, avec le « Petit homme » S.D.F et sa cirrhose, et à l'humour noir, avec « Moi je t'aime pas ». « One Two Très Fort ! » sort en 2004. Le live joue encore avec les mots, le son et les langues.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?