Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Lili Cros

Membre du groupe : LILI CROS : chant, guitare / BRUNO CONSOLO : basse / DAMIEN ALLARD : Guitare / PASCAL ZANETTI : batterie

Diva espiègle et véritable petite tornade brune, Lili Cros nous raconte des histoires de tous les jours avec des mots simples et directs, sur des mélodies pimpantes habillées de guitares acérées.

Cacher la suite

Lili Cros,
Par Philippe Barbot
Il était une voix. A la fois suave et fruitée, sensuelle et impérieuse. Une voix pour scander le jazz, faire rouler le rock et pétiller la pop. Une voix pour chuchoter, caresser, gronder, héler ou émouvoir. Une voix « libérée, épanouie comme une fleur », qui chante pour ceux qui croisent son chemin. Cette voix, c'est celle de Lili Cros, la fille aux papillons. Tornade brune, diva espiègle, fée butineuse, amante exigeante. Capable de rougir et de rugir, de rire et de pleurer, d'offrir et de reprendre. Mais, toujours, de donner de la voix.
+ Une petite voix intérieure qui parlerait à tout le monde
Dans le deuxième album de Lili Cros, il y a des fleurs et des papillons. Mais aussi des déserts amoureux et des impasses sentimentales, des portes qui claquent et des couples qui craquent, des souvenirs, des rêves et des espoirs. On y croise des machos et des roméos, des princes charmants et des mâles méchants, des anges de plastique et des squaws magnétiques. Une collection de billets doux-amers et frissonnants, écrits à l'encre de Chine sur des carnets à spirales, au fond d'un appart dévasté ou à l'ombre d'un square paisible. Le journal intime d'une jeune fille avec la tête dans les nuages et les pieds sur terre. Comme une petite voix intérieure qui parlerait à tout le monde.
+ 400 fois sur scène
Sa voix, Lili Cros l'a trouvée au gré de ses pérégrinations, de sa naissance à Agen, à l'orée des années 70, à sa petite enfance sous le ciel d'Afrique, en passant par son retour en France, entre Lot et Garonne et Bretagne. Dès l'âge de six ans, elle étudie le piano, le solfège et le chant choral. Onze ans après, elle suit une formation de jazz vocal à l'ENM, puis au CIAM de Bordeaux, rencontre des musiciens, collabore avec des groupes divers et variés, jazz, rock, burlesque ou gothique, grimpe plus de 400 fois sur scène. La petite chanteuse fan de Marilyn, James Brown, Rickie Lee Jones ou The Cure, devient peu à peu une professionnelle intrépide et aguerrie, une irrésistible charmeuse de public, jupe virevoltante et guitare en bandoulière. En 1999, elle participe aux Rencontres d'Astaffort parrainées par Francis Cabrel, signe même un contrat avec une major du disque. Le projet n'aboutira pas, mais Lili, désormais bardée de prix (Sacem, OARA, Radio France, etc...) et rompue aux premières parties (Clarika, Bazbaz, Jeanne Cherhal, Aldebert...), sait ce qu'elle veut : être elle même, tout simplement.
+ Les lignes de la main
Son premier album éponyme, en 2005, produit et réalisé par son compagnon Thierry Chazelle sur le label Sofia, qu'ils ont créé ensemble, bénéficiera d'une diffusion sur les ondes, grâce à deux titres, «Les Lignes de la main» et « Le fiancé ». Deux chansons aériennes et mutines, qui font toujours partie des incontournables de son répertoire. Déjà, Lili y développe sa griffe sonore, aisément reconnaissable : une pop-rock à la gravité malicieuse, aux aigus élégants et à la plénitude fragile.
+ La fille aux papillons
Le nouvel album, « La fille aux papillons », également réalisé par Thierry Chazelle, affine encore ce registre : des histoires de tous les jours avec des mots simples et directs, sur des mélodies pimpantes habillées de guitares acérées. Qu'elle évoque des amours ennemies («Poisson rouge» «J'ai plus peur») ou des blessures intimes («Loulou»), fustige les clichés masculin-féminin («Tu ne dis rien», «Comme elle»), égrène un agenda amoureux («Sur ma liste») croque une scène de la vie ordinaire («Les années folles») ou oscille entre désir («Fais moi plaisir») et désespoir («Le désert»), c'est avec la même ferveur résolue, la même urgence pugnace. Le même grain, de voix, de sel, et pourquoi pas, de folie aussi. Comme elle dit, dans la chanson titre, «J'ai voulu toucher le ciel, j'ai sauté dans le vide, je me voyais déjà sortir de ma chrysalide». Cette fois, c'est fait, et à tired'ailes.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?