Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


U2

Membre du groupe : Bono : vocals / the Edge : guitars, piano / Adam Clayton : bass / Larry Mullen, Jr. : drums

Dès ses débuts, U2 se distingua par son dynamisme. "C'était un groupe avant que nous sachions jouer" concédait Bono dans ses premières interviews.

Cacher la suite

Un groupe formé en 1978 après que Larry Mullen eut punaisé une petite annonce "recherche musiciens" sur le tableau d'affichage de l'école Temple Mount à Dublin. Inspirés par le punk, mais isolés des codes branchés et distanciés du mouvement par la Mer d'Irlande, Bono, Edge, Larry Mullen et Adam Clayton se forgèrent d'entrée de jeu une solide réputation locale grâce à la passion dégagée lors de leurs concerts. Mais malgré cela, un premier disque publié en Irlande, le EP U23 sur CBS en 1979, resta sans suite, et ils durent attendre jusqu'à l'année suivante pour signer un contrat à long terme avec le label de Chris Blackwell, Island Records, et publier leur premier single largement distribué, l'angoissant titre post-punk "11 O'Clock Tick-Tock", en mai 1980.
Réalisé en collaboration avec le producteur Steve Lillywhite, un trio d'albums suivit. Boy (1980), October (1981) et War (1983) présentaient un groupe à la confiance et au savoir-faire dans la confection de chansons grandissant, et tandis que U2 se débattait pour concilier politique libérale de gauche, christianisme évangélique et esprit rock'n'roll, tendances qui faisaient rage conjointement au sein du groupe, les résultats étaient superbes. Quand le premier single extrait de War, "New Year's Day", devint son premier numéro un britannique en mars 1983, il sembla que U2 avait finalement trouvé une scène assez vaste pour sa musique épique. Même son album live, Under A Blood Red Sky, publié en novembre de la même année, entra dans le Top 30 du Billboard.
Mais U2 allait devenir encore plus grand, et le son du groupe aussi. Enrôlant Brian Eno, le gourou de l'ambient, ainsi que son protégé et partenaire de production Daniel Lanois, et installant leur campement dans l'imposante salle de bal du Slane Castle, à Dublin, les musiciens enveloppèrent une nouvelle fournée de chansons d'atmosphères somptueuses. L'album The Unforgettable Fire (1984) contenait un autre énorme hit, "Pride (In The Name Of Love)" et fut suivi d'une gigantesque tournée de neuf mois, dont 54 dates aux Etats-Unis, qui atteignit son apogée avec une apparition enthousiasmante lors du concert Live Aid à Wembley en juillet 1985.
U2 fut hypnotisé par l'Amérique, et l'Amérique allait lui retourner le compliment. Nommé d'après le Parc National aride et évocateur situé à la sortie de Los Angeles qui s'avéra être la dernière demeure de la légende du country-rock Gram Parsons, l'album The Joshua Tree de 1987 appliquait la palette sonore de The Unforgettable Fire à des chansons encore meilleures et les récompenses furent immédiates. "With Or Without You" et "I Still Haven't Found What I'm Looking For", au parfum de gospel, atteignirent la première place des classements de singles aux Etats-Unis. Remportant les Grammy Awards de l'Album de l'Année et de la Meilleure Performance Rock, l'album atteignit les 20 millions d'exemplaires vendus.
U2 changeait, grandissait et se trouvait plus à l'aise face à son nouveau prestige, Bono écrivait avec Dylan et s'engageait en faveur d'Amnesty International, Edge composait la bande originale du film Captive (avec Oliver Reed), tandis que la majestueuse tournée Joshua Tree (qui comportait cette fois-ci 89 dates américaines) donnait naissance au film Rattle & Hum. L'album du film de la tournée comprenait des morceaux enregistrés au vol, parmi lesquels trois titres mis en boîte dans le légendaire studio Sun de Memphis, sous les photographies de précédents locataires des lieux tels Elvis et Johnny Cash. "Desire", un boogie dépouillé, exécuté sur un beat volcanique à la Bo Diddley, précéda l'album en septembre 1988 et devint le premier single du groupe classé numéro un en Grande-Bretagne.
Convaincus qu'ils étaient allés aussi loin que possible dans cette voie, les membres de U2 abordèrent les années 1990 avec des envies de changement perpétuel. Bono et Adam venaient d'avoir 30 ans et les tournées incessantes de la décennie précédente avaient mis à vif les nerfs de tout le monde.

AU MILIEU DU MONDE, AU CENTRE DE TOUTES CHOSES
S'exilant aux Hansa Studios de Berlin pour "tout réinventer à nouveau", le groupe se scinda en deux camps ¿ "les chapeaux" (Bono, The Edge) contre "les coupes de cheveux" (Adam, Larry) ¿ qui s'affrontèrent au sujet d'influences diverses parmi lesquelles l'acid house, le rock industriel et My Bloody Valentine. De ce désarroi naquit Achtung Baby ¿ un disque tout à la fois sombre et enjoué qui revigora le groupe tout en testant la souplesse de ses fans. C'était, déclara Bono (à moitié seulement au deuxième degré), "le son de quatre hommes abattant l'arbre de Joshua (The Joshua Tree)".
L'enthousiasme pour cet album grandit, on sortit les déguisements et le groupe s'attela à la tâche de réinventer le concept de tournée rock. Avec un mur de vidéos de quarante mètres de haut où se juxtaposaient images des dernières informations les plus violentes, parodies de télé-achat et slogans composés sur mesure ("Chatte", "Raciste", "Tout ce que vous savez est faux"), la tournée Zoo TV s'amusait des absurdités de l'âge médiatique. Depuis la scène, par liaison satellite, Bono visitait la ville de Sarajevo ravagée par la guerre, le living d'un fan à Nottingham et, alors que la tension montait avant l'élection présidentielle américaine de 1992, déposait des messages pour Bush à la Maison Blanche. Entre février 1992 et décembre 1993, le concept Zoo TV allait se décliner en 162 shows étourdissants, et, alors qu'Helena Christensen et Christy Turlington faisaient des cabrioles en coulisse, conférer à U2 un parfum de glamour sans précédent.
Au milieu de la partie européenne de la tournée Zoo TV, le groupe enregistra l'obsédant Zooropa (1993). Les quatre hommes persuadèrent Johnny Cash de chanter une chanson sur cet album, "The Wanderer". Passengers: Original Soundtracks I ¿ une collection de morceaux inspirés par 14 films d'art ¿ voyait la participation exceptionnelle de la star Luciano Pavarotti. Couronnant cette période grisante, Pop (1997) enrobait des textes explosifs de rythmes dance ultramodernes produits en connivence avec le DJ Howie B. À peine avait-il terminé cet album que U2 était de nouveau sur la route, emmenant la tournée haute en couleur PopMart en Amérique du Sud et à Sarajevo, où le rock dance festif et lancinant de "Mofo" et "Discotheque" enchanta toute une nouvelle génération de fans de U2.
À ce stade, 20 ans après leurs débuts, on aurait pardonné aux membres de U2 s'ils avaient recherché une vie plus tranquille, tirant peut-être avantage de leur statut récemment acquis de Citoyens d'Honneur de Dublin pour faire paître des moutons dans les prés verdoyant des environs. Mais partout ailleurs, la dance music, le hip hop et le R&B avaient coupé l'herbe sous le pied du rock. Même si U2 avait envie de relever le défi, il n'allait pas être facile de renverser la tendance.
C'est au milieu de tout ceci, en 2000, qu'arriva All That You Can't Leave Behind, un disque qui parlait de fidélité et d'espoir poussés jusqu'à l'extrême. Il intégrait les nouvelles règles du jeu pop (avec la participation de Biff Stannard, producteur des Spice Girls), mais faisait revivre les guitares épiques et retentissantes de l'époque War (Steve Lillywhite était lui aussi de retour). La récompense allait se chiffrer par sept Grammy Awards et plus de 10 millions d'exemplaires vendus, tandis que la tournée Elevation de 113 dates, chargée d'émotion, qui suivit dans la foulée allait rapporter 110 millions de livres sterling ¿ le troisième plus gros revenu de tous les temps.
En 2004, Bono fait du lobbying auprès du G8 et de la Maison Blanche au sujet de la crise du sida en Afrique et prend la parole lors de conférences de partis politiques au sujet de la plaie que constitue la pauvreté dans le monde. De façon encore plus remarquable, après 26 années, U2 est toujours en un seul morceau et produit sa meilleure musique à ce jour. How To Dismantle An Atomic Bomb le place résolument au milieu du monde, au centre de toutes choses. Mais si vous êtes U2, c'est la seule place où vous puissiez être.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?