Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Pixie Lott

Membre du groupe : Pixie Lott

Pixie Lott est une chanteuse britannique née en 1991.

Cacher la suite

La qualité de tous les morceaux est au rendez-vous, bien sûr, mais surtout c'est la voix qui vous met une grande claque : cette voix puissante, riche et dont on ne peut plus se passer possède la profondeur et la maturité d'une diva de la soul, associée à l'énergie et la dextérité d'une jeune princesse de la pop, et tout cela sort, et on a peine à le croire, de la bouche d'une chanteuse si jolie que les gens l'appellent Pixie (fée). A 18 ans, cette jeune chanteuse n'en revient toujours pas de pouvoir entrer en boîte de nuit sans la carte d'identité de sa grande sœur.

Pixie Lott a dressé la liste d'une poignée de modestes ambitions à concrétiser avant ses cinquante ans, âge auquel elle se considérera officiellement comme « vieille ». Rencontrer des gens hors du commun. Et d'une. Chanter dans des lieux incroyables ? En voilà une autre. Elle aimerait garder tous les amis qu'elle a maintenant, mais également s'en faire plein de nouveaux, et voudrait continuer d'écrire des chansons, notamment quelques-unes qui changent la vie des gens. Enfin, elle rêverait de pouvoir « chanter encore, et encore, et encore ».

Et lorsque l'on écoute les titres de cette talentueuse nouvelle chanteuse, ses ambitions ne semblent pas prétentieuses. L'enthousiasme de cette chanteuse au style marqué, soutenu par un répertoire de tubes à venir, est totalement contagieux. Avec un style sur lequel on se retourne, une voix qui ne laisse pas indifférent, des talents de danseuse impressionnants et un sens de l'écriture qui fait battre la mesure, Pixie a passé l'année dernière, depuis sa signature avec Mercury Records, à faire sortir le meilleur de chaque personne avec qui elle a travaillé. Son caractère, sa voix riche et son personnage étrangement magnétique hantent l'intégralité de son premier single «Mama Do», conte d'adolescence par excellence qui évoque les sorties en douce pour rejoindre un garçon au cœur de la nuit, écrit en collaboration avec les auteurs-compositeurs Phil Thornalley et Mads Hague.

Ce morceau de Pixie, débordant d'énergie, est le fruit de 18 bons mois de travail tout autour du monde, avec la crème des compositeurs virtuoses de la pop. Outre Phil Thornalley, Pixie a déjà travaillé en studio avec Cutfather et Jonas Jeburg (qui ont collaboré avec toutes les stars, de Kylie Minogue aux Pussycat Dolls), Red One («Just Dance», de Lady Gaga), le collaborateur de Lily et Beck, Greg Kurstin, la véritable machine à tubes Ruth Ann Cunningham, le producteur de New York et auteur de la chanson «If I Were A Boy» et «Big Girls Don't Cry», Toby Gad, et enfin Kara DioGuardi, auteur-compositeur superstar et membre du jury de American Idol.

Pixie est une chanteuse de 18 ans, qui chante comme tel, et ça fait du bien. Son attitude fraîche, expressive, drôle et libre correspond parfaitement à sa voix. Si vous avez suivi les vidéos personnelles vivantes et parfois franchement décalées de Pixie sur YouTube, vous avez eu un assez bon aperçu de la façon dont les deux dernières années ont réussi pour elle, regorgeant de sessions d'écriture, de nuits à sortir et de soirées dans lesquelles elle s'invitait. Mais pour une image complète du personnage, revenons en arrière et observons un moment cette petite fille du Kent, qui s'est donné elle-même le surnom de Pixie (on peut l'appeler par son prénom uniquement si elle n'a pas été sage), et qui a souvent été exposée aux morceaux favoris de sa maman, de Take That et Diana Ross. Pixie a commencé très tôt à repérer ses chanteurs préférés (elle aura une passion précoce pour Mariah Carey), et à l'école, son intérêt pour le chant et la danse l'a menée à passer une audition pour Italia Conti. Elle a alors décroché une bourse très rare pour cette école de théâtre, qui lui a permis de poursuivre ses rêves de chant et de danse, et lui a ouvert les portes sur un nombre extraordinaire de possibilités, depuis des apparitions à West End dans Chitty Chitty Bang Bang à un enregistrement avec Roger Waters des Pink Floyd.

A l'âge de 14 ans, Pixie était en train de feuilleter le magazine The Stage lorsqu'elle a repéré une annonce classée qui a tout déclenché. C'est parfois difficile de parcourir ces annonces et d'imaginer que quelque chose de positif puisse réellement sortir de ces demandes destinées à des adolescents, étrangement formulées et parfois carrément suspectes, mais cette annonce a emmené très rapidement Pixie à New York, où elle a commencé à écrire et à enregistrer des démos. Dès lors, elle a assisté à un réel phénomène de boule-de-neige. « Je me souviens que j'étais à l'école », raconte Pixie, « et j'ai reçu un message me disant que LA Reid allait prendre l'avion pour me voir le lendemain dans une chambre d'hôtel. Je ne savais même pas qui il était, et je n'étais jamais allée à aucun entretien de ma vie. » Comme elle l'a découvert par la suite, LA Reid est un brillant auteur-compositeur et producteur, qui a remporté plusieurs Grammy Awards. Elle a prétexté un rendez-vous chez le dentiste, a manqué l'école le jour suivant, a chanté un morceau de Mariah Carey pour LA, est retournée à l'école et n'en a parlé à personne.

A mesure que le temps passait et que de plus en plus de démos étaient déposées sur son site MySpace, une véritable guerre aux enchères s'est déclarée, et s'est finalement soldée par la signature de Pixie avec Mercury au Royaume-Uni et Interscope en Amérique du Nord. Les résultats sont aujourd'hui des chansons qui dépeignent le monde de l'adolescence, avec des titres sur les cœurs qui s'emballent et qui se brisent, sur les rêves foudroyés et les coups de foudre. «Turn It Up» raconte l'histoire d'un couple d'adolescents qui se séparent mais qui restent amis, et à l'autre bout d'une relation, au moment où l'on jette sans ménagement les affaires de l'autre par la fenêtre, on trouve une ballade épique rappelant Alicia Keys : «Cry Me Out». « Le message de cette chanson est «il est grand temps que tu t'en remettes» », sourit Pixie. « On pourrait la ranger à côté de «Cry Me A River», de Justin Timberlake, où l'on dit à quelqu'un qu'il faut qu'il accepte les reproches qu'on lui fait, et que «the tears are fallin' mean nothing at all» » («les larmes qui coulent, ça ne veut rien dire»). Elément intéressant : «Cry Me Out» comporte également la phrase « I got your emails, you just don't get females » (j'ai reçu tes e-mails, mais toi tu ne comprends rien aux femmes), un couplet qui, quelque part, en dit long sur l'état d'esprit plutôt libéré qui règne sur les relations amoureuses des adolescents de ce début de millénaire. Quant à «Gravity», c'est un véritable morceau à voix, rappelant le titre «No Air» évoquant la facilité avec laquelle on se perd de vue, la difficulté d'être séparé, la rapidité à laquelle nous sommes attirés vers les gens puis prenons notre chemin dans des directions opposées. C'est une chanson sur l'amour et ses changements incessants.

Comme de nombreux fans de musique actuelle, l'approche de Pixie est de faire son marché parmi les différents styles existants. Elle admire le style de Gwen Stefani et de Rihanna, par exemple, et est fascinée par la force des textes d'Alicia Keys. Elle adore se déchaîner sur la musique des Strokes et des Kooks. Si sur scène, elle aime Mariah Carey pour la voix et Britney Spears pour les chorégraphies et le sens du show, en dehors de la scène, elle admire plutôt l'esprit indépendant de Lauryn Hill et l'attachement de Christina Aguilera à la qualité. Chez les plus anciens, elle apprécie les grandes voix et la dance pop de Whitney Houston ou Evelyn Champagne King. Dans la catégorie hommes, c'est Stevie Wonder qu'elle préfère, avec son répertoire de chansons toujours aussi chantées et aimées dans le monde, des décennies après leur écriture. Le commun des mortels se sent alors au bas d'une immense échelle face à ces noms prestigieux, mais Pixie se sent prête à relever le défi, et le résultat de ces influences est une artiste dont la musique est entraînante mais pas stupide, incisive mais pas avant-gardiste à outrance. La musique de Pixie possède une substance et une âme authentiques mais ne vous impose pas lourdement son Importance grandissante. Parce qu'au cœur de tout cela, Pixie reste simplement Pixie. « Il faut qu'il y ait une force émotionnelle et une certaine honnêteté dans ce que je chante, qu'il s'agisse de chansons que j'ai écrites moi-même ou non. J'ai besoin d'y croire pour pouvoir le chanter. »

Nous sommes dans une période étrange de la pop où le succès d'un artiste semble être mesuré par les ventes de ses produits dérivés, sa gamme de parfum ou ses apparitions dans les émissions de télé réalité. Rassurez-vous, les ambitions de Pixie Lott sont tout à fait traditionnelles. Elle saura qu'elle a réussi, dit-elle, « le jour où j'aurais vendu des CD, et que j'aurai une grande foule en face de moi. » Avec des objectifs aussi classiques, ce n'est pas une coïncidence que sa musique nous ramène elle aussi à une époque un peu plus innocente de la pop, où tout ce qui comptait était d'avoir une bonne mélodie, une bonne idée, et des chanteurs de qualité. « Il y a une petite place pour moi », affirme Pixie, les mains poliment jointes sur la table. « Et je suis tellement impatiente d'y être... »

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction Vignette_artiste
Site internet / Myspace

Vignette_artiste