Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Eminem

Membre du groupe : Eminem

Ce n'est pas un hasard si les magazines Rap Pages, VIBE, Spin, The Source, URB et Stress ont consacré plusieurs pages à un rappeur qui s'embarque pour une tournée nationale plusieurs mois avant la sortie de son premier album sur une major. En effet, Eminem n'est pas un rappeur ordinaire, c'est un phénomène.

Cacher la suite

La sortie de l'album The Slim Shady LP sur Aftermath/Interscope Records a fait beaucoup de bruit dans le milieu hip-hop underground. Truffé d'envolées lyriques qui explorent l'univers de ce grand manipulateur des mots, certes violent et vulgaire mais possédant un rare talent, cet album réunit 14 titres essentiels et délirants.
Ses chansons choquantes et sujettes à controverses, ont touchés sans aucun doute de très nombreux adeptes d'un hip-hop.
"Je ne suis pas le seul à voir les choses ainsi, déclare-t-il. Je crois que beaucoup de gens sont concernés - qu'ils soient noirs ou blancs, peu importe. Tout le monde a ses galères, plus ou moins sévères. Un jour, on finit tous par se dire : J'en ai rien à foutre."
Cette expression n'est pas un simple slogan.
"I Just Don't Give A Fuck" et "Brain Damage" sont en effet les deux chansons, aux textes d'une efficacité redoutable, figurant sur le premier single extrait de l'album The Slim Shady LP. Produit au départ par FBT Productions, collaborateurs d'Eminem depuis longtemps, l'album a également bénéficié de la participation du PDG d'Aftermath en personne, Dr. Dre, sur "My Name Is", "Guilty Conscience" et "Role Model".
Très impressionné par les freestyles d'Eminem entendus dans l'émission "Friday Night Flavas" sur Power 106, Dr. Dre avait lancé un avis de recherche pour ce maître de la rime du Michigan. Quelques temps plus tard, Eminem signe sur Aftermath et leur collaboration commence. Très impressionné par son EP Slim Shady, sorti en indépendant quelques temps auparavant, Dre souhaitait inclure plusieurs morceaux de cet EP sur l'album.
"C'était un honneur pour moi d'entendre de la bouche de Dre qu'il appréciait mon boulot, déclare Eminem. Gamin, j'étais un grand fan de N.W.A., je mettais des lunettes de soleil et je mimais les paroles des chansons en me regardant dans la glace, m'imaginant être Dr. Dre ou Ice Cube. C'est le plus grand producteur de hip-hop."

"RIEN À PERDRE, TOUT À GAGNER"
Comme la plupart des rappeurs, Eminem n'a pas eu un parcours facile. Né à Kansas City, il s'installe avec sa mère à Detroit dans le quartier de l'Eastside à l'âge de 12 ans après avoir longtemps navigué entre les deux villes. Changeant d'école tous les deux ou trois mois, Eminen a du mal à se faire des amis et à suivre une scolarité normale.
Heureusement le rap lui évitera de tomber dans les galères. Le grand plaisir de son existence, plutôt morose, est de rivaliser avec ses compagnons de classe à la cantine. Il finit par quitter l'école, obligé de travailler à plein temps pour un salaire minimum, mais ne néglige jamais sa passion pour la musique.
En 1996, il sort son premier album Infinite. Cherchant désespérément à se faire accepter par la scène hip-hop de Detroit, Eminen rappe de telle façon qu'on lui reproche de singer Nas et AZ.
"Sur Infinite je ne savais pas encore comment je voulais rapper et quelle image de moi je voulais donner, raconte Eminem. Je me cherchais encore à l'époque, pour moi Infinite n'est qu'une démo."
Après avoir essuyé un sérieux revers avec Infinite, Eminem commence à travailler sur ce qui deviendra ultérieurement le EP Slim Shady - un projet très personnel. Truffé de réflexions cinglantes sur les personnalités de l'industrie locale du disque et de déclamations tordues sur la vie en général, cet opus attire vite l'attention de l'underground hip-hop pourtant difficile à conquérir.
"Je n'avais rien à perdre, mais tout à gagner, déclare Eminem à propos de cette période de sa vie. Je me suis dit que si je faisais un album pour moi, qui me plaise, alors je réussirais. Si ça ne marchait pas, mes financiers seraient dégoûtés du rap. J'ai fait ce que j'avais envie d'entendre. Sur cet EP, je me suis déchaîné contre tous ceux qui avaient craché sur moi."
Peu à peu, tout en étant lui-même et en s'affirmant, Eminem lance sa carrière. Lors d'une rencontre fortuite avec Wendy Day de la Rap Coalition, il lui remet un exemplaire de l'album Infinite, ce qui lui permettra de participer aux Rap Olympics organisé par la Coalition en 1997 et de remporter la deuxième place du concours de freestyle. A l'occasion de ce voyage à Los Angeles, son manager, Paul Rosenberg, donne des démos à plusieurs personnes d'Interscope, tandis qu'Eminen fait ses débuts remarqués à la radio dans le cadre du mondialement célèbre "Wake Up Show" avec Sway et Tech. Conscient qu'il s'agit là d'une occasion unique dans sa vie, Eminem se déchaîne littéralement à l'antenne pour le plus grand plaisir de ses hôtes et des auditeurs totalement emballés par sa prestation. "J'ai senti que c'était mon heure, évoque Eminem à propos de cette performance. Je savais qu'il fallait absolument que je me défonce. C'était une question de vie ou de mort pour moi."
Quelque temps plus tard, Eminem enregistre "5 Star Generals", un véritable standard underground, qui lui permet de s'imposer à New York et à Los Angeles et aussi au Japon. Grâce à ce titre il participe au Lyricist Lounge Tour et se produit dans plusieurs villes de Philadelphie à Los Angeles.
Avec ses textes uniques et sa production imparable, Slim Shady a conqui le grand public.
"Certes, j'ai dit des choses qui ont choqué les gens, dit-il. Mais je ne fais pas cela dans ce but. Je ne cherche pas à être le prochain 2 Pac, mais comme je ne sais pas combien de temps je vais rester sur cette planète, autant en profiter tant que je suis là."

L'an 2000 marque le retour d'Eminem qui, avec l'énorme succès de son premier album, s'est alors construit une solide réputation internationale. Les 16 titres de The Marshall Mathers LP témoignent d'une profonde maturité. Les textes sont plus travaillés. Quant à la production, Monsieur sait s'entourer : ce n'est autre que le grand Dr. Dre qui supervise le tout. Tous deux désormais inséparables, ce deuxième album nous réserve un beau cortège d'invités (comme Snoop Dogg ) et autres surprises...
Le single "The Real Slim Shady" résume bien l'ensemble : efficacité qui n'est pas sans rappeler celle de "My Name Is", mais production signée... Dr. Dre bien sûr !
Eminem dérange, surprend, amuse... le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne laisse pas indifférent.
Son secret ? Une personnalité ambiguë, oscillant entre le sulfureux Slim Shady... et Marshall Mathers, l'auteur, celui qui touche par la qualité et la profondeur de ses textes... Mais aussi une combinaison musicale impeccable, marquée par le flow du blanc-bec unique en son genre et par une production signée Dr. Dre. C'est le concentré de tout cela qui fait d'Eminem un phénomène sans précédent, un artiste qui met tout le monde d'accord, aussi bien l'underground hip hop que le plus grand public.
The Eminem Show est le troisième album d'Eminem. Parfait équilibre entre maturité ("Cleaning Out My Closet", titre adressé à sa mère, ou encore un titre adressé à sa fille Hailie), dérision jouant sur le terrain du second degré ("Without Me"), dérision sur fond de dénonciation ("White America", titre cinglant), et morceaux aux influences riches et variées ("Dream On", magnifique reprise de l'une des ballades mythiques du groupe Aerosmith), The Eminem Show est annoncé par Dr. Dre comme étant "plus sérieux et plus profond que ses prédécesseurs". Cet album est l'occasion de découvrir Eminem sous un nouveau jour, plus adulte, laissant désormais les petites haines et les moqueries acerbes à son side-project D 12.
Figure de proue incontestée du Hip-Hop, Eminem compte alors prouver ses talents d'acteurs en tenant le rôle principal dans un film inspiré de sa jeunesse chaotique à Detroit, 8 Mile, de Curtis Hanson (L.A. Confidential, Wonder Boys). Le film sort en France en février 2003 et sa B.O. (sur Shady Records / Interscope Records) contient trois titres inédits d'Eminem en solo, ainsi que des nouveaux morceaux de nombreuses stars reconnues (Nas, Jay-Z, Gang Starr et Rakim) ou montantes à l'époque (50 Cent, the Queens, Obie Trice). "La bande originale du film 8 Mile était différente des autres BOF parce qu'elle m'a obligé à me plonger dans le personnage de Rabbit, que je joue dans le film, et à écrire de son point de vue", commente alors Eminem. "C'était un challenge, mais le projet m'a aussi permis de faire un album avec une sorte de liste des artistes que je voulais, mais en plus de faire une sorte de vitrine des talents en provenance de Shady Records."
Grâce à la qualité de son flow, la profondeur de ses textes et une production impeccable signée Dr. Dre, Eminem est déjà devenu la plus grosse star mondiale (en 5 ans et trois albums studio) quand il sort l'album Encore en 2004. Comme les précédentss, le disque est controversé, les textes provocants et même engagés, mais l'album porte bien son nom : avec des titres comme "Mosh", "Just Lose It", évidemment, il était condamné à cartonner... encore !

Notulus
Notulus
1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?