Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Manu Chao

Membre du groupe : Jose-Manuel Thomas Arthur Chao

« On force la machine ! »
Un concert ? Non, plus que ça, un marathon, un show de deux heures trente, ou de trois heures. Une performance musicale, scénique et physique.

Cacher la suite

Un concert ? Non, plus que ça, un marathon, un show de deux heures trente, ou de trois heures. Une performance musicale, scénique et physique. Á Bayonne comme à Tijuana, à Paris comme à Mataró, dans une grande salle comme dans un lieu plus intime, l'équation se vérifie à chaque fois : Manu Chao + Radio Bemba = un cocktail explosif ou, mieux dit, une explosion de joie. De la sueur, des cris, des sauts, des chansons enchaînées à la vitesse de l'éclair, une pause, des rumbas, du rock, du reggae, bref, du gros son.

Pour le néophyte, celui qui vient assister pour la première fois à un concert de Manu Chao et de Radio Bemba, la surprise est toujours grande. Le spectateur, ahuri, se rend vite compte qu'il doit oublier de suite les disques qu'il a écoutés avant de venir. Car sur scène, la musique de Manu prend une autre ampleur. Pour les autres, les habitués, les fans, le plaisir est toujours au rendez-vous, l'adrénaline toujours là et l'énergie déployée toujours aussi impressionnante. Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Quand Manu annonce « une dernière pour la route », il faut bien comprendre une dernière heure de concert, pas une dernière chanson. Quand les musiciens sortent de scène, sur les riffs entêtants de Madjid, c'est pour mieux y revenir. « On force la machine ! Se fuerza la maquina ! ». Á peine le temps de reprendre son souffle et c'est reparti.

Plus de vingt ans que Manu trace la route, de pays en pays, de ville en ville, de scène en scène. Aujourd'hui avec Radio Bemba, hier avec la Mano Negra. Á l'époque déjà les concerts valaient le déplacement. Souvenirs, souvenirs… La tournée à Pigalle, avec des shows qui terminaient parfois dans la rue, sur le boulevard de Clichy. Cargo 92, le périple en compagnie de Royal Deluxe en Amérique latine, avec des moments mémorables : le Venezuela pendant un coup d'Etat, Cuba et les membres de la police politique, Rio et Jello Biafra (le chanteur des Dead Kennedys). Sans aller aussi loin, il y avait aussi la Caravane des Quartiers partout en France et ses concerts gratuits. On pourrait continuer comme ça pendant des pages et des pages.

La Mano Negra, comme Radio Bemba, sont des groupes qu'il faut avoir vu sur scène au moins une fois. Gambeat, Garbancito, David, Julio, Angelo et Madjid : une équipe de choc infatigable ! Peu de groupes parviennent à transmettre une telle énergie. La vérité ne sort pas que de la bouche des enfants, elle sort aussi de la scène et des amplis. Des doigts magiques de Madjid, des bras de David qui battent la mesure, des percus de Garbancito, de la boîte à sons de Gambeat, des claviers de Julio et de la trompette d'Angelo. Sans oublier Manu, ses sauts incessants, sa présence sur scène sublimée par les membres de Radio Bemba et, como no, Chuco aux manettes, avec un seul réglage possible à la console : à fond !

Difficile de décrire avec des mots l'expérience d'un concert de Manu et de Radio Bemba. Une chose est certaine, mieux vaut être en forme avant d'assister au spectacle. Et, pour le public de France, cela valait la peine d'attendre. Sept ans de patience avant que le groupe n'entame une nouvelle grande tournée dans l'Hexagone, dont le point d'orgue fût le show mémorable à Bercy. Un Radiolina Tour version française qui s'est terminé dans un lieu magique, les arènes de Bayonne. Pas de taureaux ce soir de juillet 2008, mais sept matadors sur scène. Un conseil avant d'écouter ce live ou d'insérer le dvd dans votre lecteur : poussez les meubles, car quand Manu et Radio Bemba entrent dans votre salon, tout peut arriver…
Marc Fernandez

Notulus
Notulus
1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?