Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Dokhandeme

Membre du groupe : Nico / Nasree / Kostia / Dj Cherif

Le crew tire son nom (en wolof) d'une caste d'émigrants permanents, vagabonds qui voyagent pour gagner leur vie, de ville en ville.

Cacher la suite

.. Au micro il y a Nasree : originaire de Dakar, il rappe depuis l'adolescence dans des groupes comme Takoussane, Rasta Baby puis Xalima, qui enregistrait à Paris en 2002 aux côtés de Djolof.

Désormais installé en France, repéré aux côtés de La Razzia sur la compilation Africa Wants to be Free, il chante dans sa langue maternelle, le wolof...

A ses côtés, Kostia , ex-guitariste de Meï Teï Sho, il est l'un des MC's et compositeur de Dokhandème.

Autour d'eux, «l'ancien», DJ Cherif, compositeur et scratcheur Nico, batteur du crew, multi- instrumentiste, il enseigne aussi au conservatoire de vienne et, sur ce premier album, la voix incendiaire du very special guest Sir Jean (Meï Teï Sho, Ez3kiel, Le Peuple de l'Herbe), présente sur quatre titres.

Au final, Dokhandème, c'est un sound-system à géométrie variable qui rend hommage aux musiques des ghettos blacks : reggae, ragga, dance-hall, hip-hop...

Cet African Legacy (héritage africain) que revendique le groupe dès le titre de son premier album, on le découvre au fil de morceaux mélodiques, sucrés (Ghetto Boy, Hell) ou carrément coup de poing comme Trouble Today, avec la rappeuse sud-africaine E-J VON LYRIK de Godessa, ou encore cette estocade anti-Sarkozy des plus salutaires :
«Travailler plus pour gagner plus / Rien à foutre ! / Faire la guerre à l'Iran avec Bush / Rien à foutre !».

C'est sur scène que le combo révèle toute sa saveur et son énergie, pour une musique underground mais dansante : scratches ravageurs, riddims ciselés, basses massives, beats efficaces et toasts racés.

La mode ?
Ils ne veulent pas en entendre parler : «It's a hard thing / To make a living / I don't give a damn / About your bling-bling»...

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction Vignette_artiste
Site internet / Myspace

Vignette_artiste