Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Hopper

Membre du groupe : Dorothée : Guitare, voix / Aurélia : Guitare, voix / Jean : Batterie / Jean-Yves : Basse

Une valeur sure du rock parisien s'est exilée pour aller enregistrer son deuxième album avec le légendaire Ryan Hadlock (producteur de Blonde Redhead, Foo Fighters, The Gossip, The Strokes, Soundgarden).

Cacher la suite

Le secret le mieux gardé de la scène francaise s'apprête enfin a se dévoiler.
Découvrir HOPPER est souvent suivi d'un choc, tant visuel que sonore. Difficile de ne pas tomber instantanément sous le charme d'Aurélia et Dorothée. Le charisme mystérieux et sensuel des deux chanteuses guitaristes trouve son parfait reflet dans l'originalité de leurs voix. Celle d'Aurélia, claire, puissante, et charnelle répond parfaitement au timbre chaud, âpre et ardent de Dorothée. Oscillant entre douceur et colère, elles se passent la note, inversent les rôles, échangent les humeurs, sans perdre le fil du dialogue. Quand l'une susurre, l'autre tonne. Quand l'une frôle, l'autre cogne. L'alchimie est unique.
Difficile également de ne pas s'avouer vaincu, sonné par les coups de boutoir et de génie d'une section rythmique vertigineuse. Aussi élégants qu'efficaces, Jean (batterie, percussions) et Jean-Yves (basse) construisent note après note une ambiance aérienne, véhicule parfait pour la mélancolie révoltée du groupe, située quelque part entre le rock écorché d'Arcade Fire, la caresse folk de Cat Power, la spontanéité punk de Sleater-Kinney, et la classe arty de Sonic Youth.

Elles se sont rencontrées en 1999, au coeur d'une nuit parisienne. Dans une salle de concert bondée, deux destins se cognent. Aurélia rencontre Dorothée. Guitares a la main, elles enregistrent leurs premiers morceaux. Sur la route qui mène a la scène, elles rencontrent deux autres voyageurs : Jean et Romain (qui sera remplacé plus tard par Jean-Yves). Le duo devient quatuor. L'équilibre est atteint.
Le public et les médias ne s'y trompent pas. En 2004, leur premier album (A Tea With D.), reçoit un excellent accueil. HOPPER est propulsé en ouverture du Festival Rock En Seine 2005 avec les Pixies, Franz Ferdinand, ou Arcade Fire et se taille une solide réputation sur scène, grâce a 400 concerts en Europe et au Canada. Le groupe ouvre pour Biffy Clyro, Fun Lovin' Criminals, Deportivo, Ghinzu, Hollywood Porn Stars, Eiffel, ou encore Cold War Kids et est choisi par Indochine pour une tournée des Zéniths.
Nouvelle étape sur le parcours du groupe : la rencontre avec Ryan Hadlock, nom mythique dans le monde du rock. Dans son antre de Bear Creek, studio de la terre promise des années 90, Seattle, l'homme a vu défiler Blonde Redhead, Black Heart Procession, Foo Fighters, The Gossip, The Strokes, Soundgarden… Pour Ryan Hadlock, des les premières mesures, c'est la foudre. L'éclair HOPPER le touche instantanément. Quelques mois plus tard, les membres du groupe vivent un rêve éveillé : ils enregistrent leur second album dans le légendaire studio. Ils en ressortent avec 11 titres sous les bras ou leur son s'épanouit comme jamais. Aujourd'hui, HOPPER est enfin prêt a offrir cet album au public.

Sur Deergirl (MVS Records / Anticraft) le groupe nous fait décoller en quelques secondes pour planer sur de folles volutes sonores. On suit le fil en se perdant avec délice, hypnotisé par les voix en clair obscur d'Aurélia et Dorothée.

HOPPER nous entraine dans des courses poursuites indie rock (Tell Everybody), nous fait partager sa colère sur des brulots enragés (Rock N'Roll High), atteindre la rédemption (Ariane's Thread), rever sur des balades délicates (The Other Me, Tomorrow Is A Mystery), redécouvrir le paradis perdu de la pop (Life Is Not A Test), marcher dans les pas des géants (We Trust In Love Without Your Drugs), dominer les éléments (Since You've Slid To Eternal Slumber), sauter joyeusement dans les flaques d'eau (Rainy Days Smell Like Glue), fuir les regards accusateurs (Malcolm), ou nous invite a se muer en chorale (On The Road).
HOPPER s'envole, et nous avec. Au terme de ce voyage, on a compris qu'HOPPER a franchi la frontière, celle de la qualité et de l'ambition, qu'on croit réservées aux seuls groupes anglo-saxons.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction Vignette_artiste
Site internet / Myspace / Acheter le cd

Vignette_artiste
Vignette_artiste

Deergirl
Deergirl - (2008)