Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Lara Fabian

Membre du groupe : Lara Crokaert

Lara Fabian, de son vrai nom Lara Crokaert voit le jour à Etterbeek (Bruxelles), le 9 janvier 1970. Son père, de nationalité belge, est guitariste de la chanteuse Petula Clark, sa mère, est quant à elle d'origine italienne - sicilienne pour être plus précis.

Cacher la suite

C'est d'ailleurs en Sicile que Lara va passer les cinq premières années de sa vie, au pied de l'Etna, volcan majestueux et chargé d'une riche histoire...
Revenue en Belgique en 1975, Lara suit l'enseignement avec grand intérêt. Dans le même temps, elle prend ses premières leçons de chant. Un premier déclic a lieu le 6 décembre 1978 - jour de la Saint-Nicolas, lorsque ses parents lui offrent un piano. Pour la jeune artiste, c'est un rêve qui se réalise... Un piano...
La voici désormais en mesure de composer ses premières mélodies et, de sa voix déjà magique, d'interpréter les airs qu'elle entend à la radio. Son père l'encourage alors à se produire dans les petites salles de spectacles de Bruxelles et de la région - apprentissage obligatoire à ses yeux, puis à participer à divers concours amateurs. Le plus célèbre d'entre eux est Le Tremplin de Bruxelles. En 1986, Lara en sort victorieuse, ce qui lui permet d'enregistrer son premier single. La chanson s'intitule «L'Aziza est en pleurs» (avec «Il y avait» en face B). Un hommage rendu à Daniel Balavoine. Le disque est tiré à 500 exemplaires. Le producteur Hubert Terheggen écoute les deux chansons et décide aussitôt d'aller voir la jeune artiste, qui chante dans un piano-bar - le Black Bottom. Elle y est accompagnée au piano par Marc Lerchs (au demeurant le compositeur de ces 2 titres).

Hubert Terheggen lui propose de participer au prochain concours de l'Eurovision (1988), qui doit avoir lieu à Dublin: elle y défendra les couleurs du Luxembourg avec une chanson intitulée «Croire». Sa quatrième place marque les vrais débuts de la carrière de Lara Fabian - carrière internationale, même, puisque Croire sera adapté en anglais (Trust) et en allemand (Glaub).
Voici donc les études de droit et de criminologie infantile, auxquelles elle se destinait, pour le moment oubliées. Place à la chanson - à l'excitation de la scène, à l'effervescence des studios. Ainsi, peu après le tournant de l'Eurovision, Lara enregistre son deuxième single, «Je sais», puis part pour la première fois au Québec afin d'en assurer la promotion.
C'est le coup de foudre pour la Belle Province. Revenue à Bruxelles, elle n'a désormais plus qu'une idée en tête: refranchir l'Atlantique au plus vite et séduire le Canada francophone comme elle a été séduite par lui.
Une rencontre se révèle déterminante pour la suite de sa carrière - celle avec Rick Allison. Un soir, avec une amie, Lara se rend dans un piano-bar de Bruxelles, baptisé le Crescendo. Rick Allison est au piano - et il joue remarquablement bien. Lara s'approche de lui et, tandis que Rick plaque les premiers accords de «Summertime», elle se met à chanter. L'osmose est à ce point totale que les deux artistes décident de tout abandonner, de tirer un trait sur leur vie bruxelloise, pour tenter leur chance au Québec. Lorsque les deux artistes arrivent au Québec en 1991, Lara Fabian a déjà enregistré un album «Eponyme» produit par son père. Elle décrochera divers galas dans la Belle Province.
«C'est comme ça que j'ai appris le métier et que je suis tombée amoureuse de ce peuple», se souvient Lara. «En trois semaines, nous avons parcouru 10.000 km, donné 75 interviews et chanté 250 chansons.» Son premier opus sort en août 1991 et est chaleureusement accueilli par le grand public, porté par les titres «Le Jour où tu partiras» et «Qui pense à l'amour». Dès lors, les événements se précipitent. Nominée aux Félix (l'équivalent québécois des Victoires de la Musique), interprète de «Laisse-moi rêver», qui se trouve sur la bande originale de «La Neige et le feu» (1991) de Claude Pinoteau, Lara multiplie les concerts à travers le Canada pendant deux années - une dizaine de festivals pour le seul été 1993 et les Francofolies de Montréal.

En 1994, elle sort son deuxième album, «Carpe Diem» (1994), qui, avec «Leïla», «Tu t'en vas» et «Je suis malade» de Serge Lama, sera certifié triple disque de platine et lui vaudra des récompenses aux Félix et aux Junos (les oscars de la musique du Canada anglophone).
Plus encore, en 1996, quelques mois après être devenue citoyenne canadienne (le 1er juillet 1995) et avoir triomphé lors de son spectacle «Sentiments Acoustiques», elle est choisie par les Studios Walt Disney pour interpréter Esmeralda dans Le Bossu de Notre-Dame, et interprètera la chanson «Que Dieu aide les exclus» (version qui se trouve sur le pressage américain de l'album). Son histoire d'amour avec le public Français peut alors commencer: elle est en réalité antérieure aux séances d'enregistrement de «Que Dieu aide les exclus».
Lara se souvient: «Lorsque «Carpe Diem», qui comprend la chanson «Je suis malade», a atteint les 50 000 exemplaires vendus, nous avons décidé de faire parvenir des disques d'or hommages aux deux auteurs, Serge Lama et Alice Dona.»
En janvier 1997, Lara Fabian signe un contrat avec la firme Polydor pour commercialiser son troisième album (mais le premier en France). Intitulé «Pure», il sort au Québec en septembre 1996, y a été certifié disque de platine en deux semaines seulement, avant d'y être consacré lors de la cérémonie des Félix (Meilleur Album Populaire) et lors de celle des Junos (Meilleur Album Francophone).
De ce côté-ci de l'Atlantique, l'album paraît au mois de juin 1997. Les titres «Tout», «Je t'aime», «Humana», et «La Différence» font de «Pure» un succès phénoménal, puisqu'il va dépasser en quelques mois les deux millions d'exemplaires vendus.
Dès lors, la jeune chanteuse est partout - à la une de la presse, sur les plateaux de télévision, à l'affiche des plus grands music-halls, sur la scène du Stade de France avec Johnny Hallyday pour le titre «Requiem pour un fou».
Puis elle s'embarque pour une tournée Francophone qui passe par Bruxelles, Strasbourg, Lyon, Genève et... Paris. Consécration le 20 février: c'est sur la scène du prestigieux Music-Hall Parisien «L'Olympia» qu'elle reçoit la Victoire de la Musique de la «Révélation de l'année». Lara Fabian a accédé à une vitesse vertigineuse à une popularité certaine. Fait pour le moins révélateur: une statue de cire fait son entrée au musée Grévin et un double album Live, témoignage discographique de cette série de concerts, va se classer directement à la première place des hit-parades lors de sa sortie au début 1999.
Durant le reste de l'année, Lara Fabian se consacre à la préparation de son premier album en anglais, qui doit donner à sa carrière une dimension internationale.
Intitulé tout simplement «Lara Fabian» (1999), et enregistré avec le concours de Walter Afanasieff (Mariah Carey) et de Patrick Leonard (Madonna), celui-ci est salué comme un événement au Canada, mais aussi aux États-Unis.

La chanteuse, qui revendique l'influence de Barbra Streisand, y confirme des talents vocaux exceptionnels, plus particulièrement dans «Adagio» (version du célèbre Adagio d'Albinoni) et y révèle, avec «I Will Love Again» (numéro 1 dans les charts du Billboard), un intérêt plus que prometteur pour les nouvelles sonorités et les nouveaux rythmes de la dance. Quant aux autres singles «I Am Who I Am», «Love By Grace» et «Quedate», lui permettent de triompher dans des pays tels que le Brésil, l'Espagne et le Portugal, et permettent à cet album de dépasser les 2 millions d'exemplaires vendus. La même année, elle est Nominée aux Victoires de la Musique dans la catégorie ‘Meilleure Chanteuse Francophone', elle reçoit en Février un trophée lors des World Music Awards qui ont lieu à Monte Carlo (meilleures ventes au Benelux).
En 2000, elle enregistre pour le film «A.I.» (Artificial Intelligence) de Steven Spielberg un duo avec Josh Groban «For Always» (Josh Groban reprendra en 2004, Broken Vow, une chanson écrite par Lara) et, en solo «The Dream Within» pour le film d'animation «Final Fantasy» (adaptation du célébrissime jeu vidéo). Avec le nouveau millénaire, Lara sort un nouveau single «J'y crois encore» (2001) et un nouvel album «Nue». Elle se dévoile - les yeux fermés, de façon pudique, très douce devant l'objectif de Kate Barry (la fille de Jane Birkin et du compositeur John Barry). Toute une atmosphère que l'on retrouve au fil des chansons.
Sur fond de guitares, de piano et de violons acoustiques, Lara et Rick Allison façonnent une pop d'une remarquable ef ficacité. De «J'y crois encore» à «Immortelle», en passant par «Aimer déjà» et le superbe duo avec Maurane «Tu es mon autre», ils ont excellemment donné leur propre conception du romantisme.

Forte de l'accueil enthousiaste que le public réserve à «Nue», Lara Fabian remonte sur scène. C'est le triomphe - la folie même. Le public, à chaque chanson, réagit, communie avec son idole par des applaudissements frénétiques, avant la «standing ovation» finale. Mais Lara apprécie aussi les ambiances plus feutrées, plus intimistes. Paru en 2003, les albums live et le DVD justement intitulés «En toute intimité» l'attestent de fort belle façon. Dans une ambiance recueillie, Lara y interprète ses plus grands succès.
Une double originalité: de superbes arrangements acoustiques que l'on peut qualifier de minimalistes - ou plus exactement de néo-romantiques (cordes et piano) - et une relecture flamboyante de «Comme ils disent» (de Charles Aznavour), une interprétation magistrale de «Addio del Passato» (La Traviata), plus un hommage au tandem Michel Berger-Luc Plamondon (sous la forme d'un medley de la comédie musicale Starmania).
Lara Fabian poursuit son parcours, avec la parution de l'album «Wonderful Life», dont les titres «Last Goodbye» et «I Guess I loved You» confirment son succès au Brésil et au Portugal.
2004 marque sa première apparition au cinéma avec le film «De Lovely» d'Irwin Winkler - comédie musicale retraçant la vie du compositeur Cole Porter avec Kevin Kline, Ashley Judd, Jonathan Pryce, Alanis Morissette, Natalie Cole, Sheryl Crow, Robbie Williams et Mario Frangoulis (avec qui elle enregistre pour les besoins de ce film le titre «So In Love») - Lara se rendra au Festival de Cannes avec la distribution remarquable de ce film pour y célébrer les 80 ans de la MGM.
Cette même année, elle rejoindra Russell Watson, un ténor anglais, pour l'enregistrement d'un autre sublime duo «The Alchemist». Il y a longtemps que les critiques et le grand public n'ont plus le moindre doute à son sujet: Lara Fabian est aujourd'hui entrée dans le cercle très fermé des grandes divas de l'histoire pop. En Mars 2005, l'album «9» (opus entièrement co-écrit par Lara) marque une évolution certaine dans sa musique. De septembre 2005 à juin 2006, Lara entame une tournée dans tous les zéniths de France. Le spectacle «Un regard 9» est un succès.
Lara prépare son nouvel album qui rend hommage aux femmes qui l'ont inspirées tout au long de sa vie.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?