Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Arno

Membre du groupe : Arnold Charles Ernest Hintjens

Présenter Arno Hintjens est inutile. Des livres et des programmes de télévision lui furent consacrés. Vous le connaissez depuis longtemps. Et sa musique alors ? Quelqu'un qui se respecte la connaît par coeur. Et les concerts ? Dans un minimum de temps ils affichent complets ! Jeunes & vieux, hommes & femmes, beaux & laids, gros & maigres, propres & sales, d'Ostende à New-York en passant par Amsterdam, Berlin, Bruxelles, Paris, Genève, Marseille, Berouth… : tous se laissent envoûter par tant de conviction sur scène.

Cacher la suite

N'avons-nous rien de nouveau à raconter alors sur ARNO ? Si. Par exemple qu'avec le « Covers Cocktail » vous êtes en possession d'un cd unique, comportant pas moins de 20 reprises interprétées par un artiste de génie, qui serait même capable de hisser la Brabançonne (l'hymne belge) ou la Marseillaise au niveau d'un morceau de musique vibrante. Mais qui ne l'a heureusement jamais fait, ou du moins pas de façon consciente.
Le split de TC Matic en 1986 fut très vite suivi par la sortie d'un disque solo sans titre (« ARNO »), mais si nous en faisons abstraction généreusement et avec amour et si nous laissons débuter ARNO comme artiste solo avec « Charlatan », cela fera alors exactement 20 ans qu'il a véritablement fait parler de lui sous son propre nom. Depuis tout ce temps, quasiment aucun disque d'ARNO n'est sorti sans qu'il rende hommage à un collègue artiste par une reprise (« cover ») bien choisie, ou qu'il mette l'écouteur sur la mauvaise prise en interprétant une chanson qu'on n'attend pas de lui comme « Knowing Me Knowing You » d'ABBA pour n'en citer qu'une (titre bonus sur ‘French Bazaar' en 2004). Les meilleurs covers de toutes ces années - du traditionnel « Trouble in Mind » de 1988 à « I want to break free » de 2008 - sont pour la première, la seule et unique fois réunis sur un seul cd.

L'élément fort de « Covers Cocktail » : ce ne sont que des chansons d'autres artistes - certains connus, d'autres beaucoup moins - qu'ARNO a façonnées à sa manière, parfois de façon méconnaissable et qu'il a d'une seule traite intégrées comme si le titre était de lui. On dirait un nouveau disque. Bien étonnés de se trouver ensemble sur la même rondelle : la fille hippie innocente d'antan Melanie (son « Look What They've Done to My Song, Ma » est revisitée par Arno et son comparse du moment Stephan Eicher dans un franglais « Ils ont changé ma chanson »), puis ABBA, Jacques Brel (« Voir un ami pleurer »), Nino Ferrer (« Mirza », du cd lui rendant hommage « On Dirait Nino »), Dave Davies (« Death of a Clown »), Dick Annegarn (un « Ubu » grésillant), Mott the Hoople (« All the Young Dudes », écrit par David Bowie), Claude Nougaro (« Je suis sous »), Georges Moustaki (« Sarah - la femme qui est dans mon lit ») et Bowie & Jacques Dutronc, présentés l'un à l'autre sur un « Jean Baltazaarrr », parfait medley rock des titres « The Jean Genie » et « La fille du père Noël », interprété avec Beverly Jo Scott.
Moins surprenant, mais pas moins subsistant et présents sur les albums « Charles et les Lulus », « Water », « Charles and the White Trash European Connection », « Le European Cowboy » ou « Charles Ernest » les titres : « Mother's Little Helper » des The Rolling Stones, un « Drive My Car » formidablement déraillant des BEATLES, « Trouble in Mind », « Walking the Dog » de Rufus Thomas, le « Rollin' and Tumblin' » un classique du blues (popularisé par Muddy Waters) et « See-Line Woman » de Nina Simone. Et bien évidemment « Hot Head » avec son solo brûlant à l'harmonica et « Gimme That Harp, Boy » de Don Van Vliet, connu sous le nom de Captain Beefheart, un des grands exemples d'ARNO que se soit par les paroles, les actes & les pensées. Ne pouvait pas manquer non plus sur cet album « Elisa », la chanson pop que Serge Gainsbourg a chanté en 1969 pour Jane Birkin (voir le film « Serge Gainsbourg/Elisa » sur You Tube) et qu'ARNO a repris presque un quart de siècle plus tard avec la même Jane Birkin sur « Charles Ernest ». Ajoutez à tout ceci, l'inédit « I want to break free » de QUEEN, teinté de chœurs gospel et de blues avec son solo à l'harmonica et vous arrivez à un véritable « 20 sur 20 ».

S'ils doivent remplacer des albums studio - ce qui n'est pas le cas ici - les disques de reprises masquent souvent le découragement ou le doute de l'artiste, mais il n'en est rien avec « Covers Cocktail »: au fil du temps, ARNO a plumé, retourné à l'envers, à l'endroit et rhabillé les classiques du blues, de la pop, du rock'n'roll, de la funk et de la chanson - parfois de façon exubérante, parfois très sobrement - et les a insérés dans son répertoire ! Et ils forment un ensemble sur « Covers Cocktail », aucunement gênés par le temps qui les sépare (une offre dispersée sur près de deux décennies), ni par la diversité des versions originales ou l'esprit du temps qui a changé pour le moins déjà quelques fois de 1988 à aujourd'hui.

C'est ainsi que nous lisons dans le compte-rendu du fameux Festival rock belge « Rock Werchter » : ‘Sa combinaison sur papier - folle et impossible - de blues, comédie absurde, rock dur, théâtre populaire, chanson et funk fumant a abouti dans un bal populaire gigantesque...' « Covers Cocktail » est un projet plus modeste : vous ne pouvez pas accueillir autant de monde dans votre salon, mais c'est une fête du bon goût (musical) et d'émotions écorchées.

Arno est toujours le plus Grand Belge dans le Paysage Rock, même quand il n'emprunte pas.

Charlie Poel / HUMO
(traduction par K. Onderbeke)

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?