Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Cumbia Ya!

Membre du groupe : Soledad Romero : Voix, clarinette / Christine Roch : Sax ténor, clarinette / Marielle Chatain : Sax baryton / Abo Augusto Ramos : Voix, trombone / Julien Chirol : Trombone / Yvan Djaouti : Trompette / Xavier Bornens : Trompette / David Zerathe : Timbales / Ali Fadelane : Congas / Fanor Blanco : Congas, alegre / Monica Lopez : Maracas, guacharaca / Kelly Keto : Baby-bass

Créée en 2002, Cumbia Ya! célèbre ses 7 ans d'existence et de concerts avec la sortie de son nouvel album «No me busques».

Cacher la suite

Cumbia Ya! est, sans aucun doute, un des rares orchestres européens à traduire la fièvre de la cumbia avec tant de générosité.
Composé d'argentins, de français et de colombiens, l'orchestre nous emporte pour nous déposer sur la piste enflammée d'un salon de danse sud-américain. Les onze musiciens se livrent à cœur joie pour envoûter le public et faire apprécier le célèbre rythme colombien au monde entier.
Augusto Ramos, le directeur artistique de l'album, nous précise : « No me busques » est un hommage à ce grand compositeur que fut Lucho Bermudez, admirateur de Benny Goodman et Sydney Bechet. «A l'époque, les big bands d'une vingtaine de musiciens faisaient danser les foules sans répit. Nous avons voulu revenir à la source pour aller à l'essentiel de cette musique populaire.»
Soledad Romero (chant et clarinette) et Augusto Ramos (chant et trombone) se partagent l'interprétation des 13 titres de cet album. Leurs voix et les cuivres s'empourprent d'un timbre tropical en même temps que remontent les racines d'une tradition millénaire. Les grands classiques de la culture colombienne se mêlent alors à leurs propres compositions pour célébrer ce que le grand Lucho Bermudez avait déjà annoncé : le mariage d'amour entre la musique traditionnelle colombienne et le jazz des grands big bands.
L'art et la complicité du jazz appliqués aux percussions envoûtantes de cette musique festive rend cette Cumbia là encore plus séduisante. Le "Réparateur instantané du moral" fait son œuvre et le public, enivré, se retrouve de plus en plus nombreux en France, en Europe comme en Amérique Latine. Un album à écouter debout et à danser jusqu'au bout de la nuit !

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?