Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Tambour Battant

Membre du groupe : Ben / Nico

TAMBOUR BATTANT, une forme plurielle de Breakbeats (drum & bass, hip hop, dancehall …), délivre un album intéressant, « The Missing Link » artisanal, dynamique et contemporain.

Cacher la suite

Tambour Battant : Ben et Nico n'auraient pas pu mieux choisir leur nom. Tous deux batteurs de formation, les lignes percussives déterminent leur sphère musicale. Un cordon sanitaire à l'intérieur duquel tout est aujourd'hui aménageable. Ayant goûté à l'énergie de RATM, à l'expérimentation de Sonic Youth et du jazz, à l'hédonisme de Daft Punk (période Da Funk / Rollin' & Scratchin') et aux boomers du hip hop, c'est en free partie que ces deux amis de lycée ont intégré la révolution des machines. Ce fut pour eux, à 19 ans et dans les environs d'Avignon, le temps d'une Drum & Bass où l'offensive beats & bass écrivait les tables d'une seule loi. Dans cette tourmente s'inscrivait déjà leur orientation musicale future : « on a couru s'acheter des Yamaha car on a toujours eu la démarche de composer. Voilà pourquoi on s'est toujours reconnu dans le live. Interpréter ou rejouer des disques aux platines ne nous a jamais attirés. À partir d'une base rythmique, tu peux tout faire. Ca fait trois/quatre ans qu'on tourne et on n'a même pas une démo à faire circuler ! C'est le live qui nous a fait connaître. C'est la scène qui nous attire avant tout ».

Tambour Battant n'est donc pas une formation de studio, au sens strict où l'entend la production électronique. Installés à Paris depuis quelques années, ils ont fait leur première date le 20 février 2004. Peut-être êtes-vous de ceux dont leurs lives font depuis vibrer les oreilles. « On compose entre nous à la maison. À partir de là, on sort des boucles. La matière est propre, elle pourrait sortir telle quelle. Puis sur scène, on l'adapte pour le live. On s'amuse avec, en suivant une sorte de trame bien arrangée, conçue en amont. Ce n'est donc pas de l'improvisation pure et dure, même si on s'aménage forcément des plages pour. On n'est pas dans le free style, mais plutôt dans l'improvisation telle que le jazz l'a pensée. Car le souci d'efficacité et de qualité sonore ne nous quittent jamais. C'est aussi notre style musical qui nous impose cette façon de faire. Dans un environnement technoïde, plus aérien, on peut plus aisément imaginer improviser. On vient plus du rock et du hip hop que de la techno ». Aux prémices, chacun composait de son côté pour en faire ensuite livraison dans un pot commun. Avec la pratique (et ce premier album) est arrivée une vraie complémentarité, où les envies et les idées s'harmonisent sans trop de compromis.

Tambour Battant s'épanouit ici dans une forme plurielle de Breakbeats. « The Missing Link » fait la synthèse de quatre années de lives. Bien sûr, on retrouve leur morceau étendard « Atomik Circus », mais soigneusement remixé par leurs soins, pour pimenter le plaisir de cet évident rdv. À contrario du format vinyle, le duo a resserré la durée des morceaux pour faciliter l'accessibilité et le confort d'une écoute « à la maison ». En ressort une forte impression de relief : lignes mélodiques (le duo reste impressionné par les tissages mélodiques de Radiohead) et additions de gimmicks. Un flux d'émotions aux variations tenaces, empruntes de légèreté, de clins d'oeil et même d'humour : « la Drum nous a trop poussé dans le dark. On ne s'y retrouve plus vraiment car on a l'impression qu'elle est devenue une musique d'ingénieurs du son qui s'écoutent entre eux. Les mecs poussent le bouchon toujours plus loin en terme technique. Comme dans le skate, ils sont dans des figures, ils utilisent un peu toujours les mêmes breaks. À moins d'avoir une grosse culture du mouvement et de ses productions, tu as toujours l'impression d'écouter la même chose ».

Piochés dans son cercle élargi de rencontres artistiques, les featurings bousculent la tradition jamaïcaine pour rejoindre la nu-sckool UK, lui préférant la mélodie au taost, voire l'ânonnement stylisé : « on a poussé tous les Mc's à épouser ce parti pris ». De plus en plus installés dans la culture du bootleg et du remixe, le duo a repris les morceaux chantés déjà en boîte, conservant uniquement les parties vocales pour modifier les instrumentaux après coup. La prestation vocale décalée et prestement écrite de Youthman (« La Tribue des Singes ») participe à la surprise… En 17 morceaux, Tambour Battant sort donc des figures de style qu'impose « une Drum & Bass trop puriste », en conservant le meilleur de son efficacité et de sa rythmique frontale.
Musiciens touche-à-tout (guitare, claviers…), créateurs de FX Music (une structure de music design), aux manettes de plusieurs projets vocaux ou hip hop plus traditionnel, le duo ne met pas tous ses BB dans le même berceau. Et signe un album intéressant, artisanal, dynamique et contemporain, annonciateur d'une transition de parcours.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?