Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Satyricon

Membre du groupe : Satyr (Sigurd Wongraven) : Chant, Guitare, Basse, Claviers / Frost (Kjetil Vidar Haraldstad) : Batterie / Gildas Le Pape : Guitare / Steinar : Guitare / Victor Brandt : Basse / Jonna Nikula : Claviers

Comme pour tout style musical, le black metal n'est pas à l'abri des clichés.

Cacher la suite

Entre sur scène le diable en personne, accompagné d'une cacophonie de riffs de guitares et soutenu par l'orchestration de claviers, du son en pagaille, une mise en scène et des images blasphématoires, le tout plébiscité par une foule de jeunes black-metalleux avides de sortir de la masse. L'horreur théâtrale de bon nombre de groupes de black métal est souvent risible. Cependant, derrière ces impressions superficielles repose quelque chose de profondément dérangeant, une présence menaçante parfaitement restituée par les norvégiens de Satyricon sur leur précédent album judicieusement intitulé « Volcano ». Le duo originaire d'Oslo composé de Frost (batterie) et Satyr (chant et tous les autres instruments) a effectué une remarquable carrière contribuant largement à la formation d'un des styles musicaux les plus extrêmes de l'histoire de la musique. Leur objectif a toujours consisté à explorer la logique musicale derrière les émotions les plus sombres, afin d'ajouter une structure auditive définie à la noirceur métaphysique de l'existence humaine. Les moyens utilisés sont loin d'être exceptionnels : un formidable sens musical, un esprit analytique qui n'hésite pas à se défaire des anciennes formules stylistiques habituelles et la volonté déclarée pour faire de chaque sortie, une œuvre unique à sa manière. Tout ceci contribue à la création d'un repère incontournable du metal extrême. Les premiers albums « Dark Medieval Times » (1993) et « The Shadowthrone » (1994) ont contribué à la création du mythe du black métal norvégien, et par la suite, les immenses succès de « Nemesis Divina » (1996), « Rebel Extravaganza » (1999) sans oublier l'implacable force de la nature qu'est « Volcano » (2002) ont confirmé ce phénomène. A présent l'un des meilleurs groupes de l'histoire du black metal revient avec un nouvel album ambitieux, « Now, Diabolical ». Inspirés par les traditions occultes de notre histoire culturelle, principalement les systèmes symboliques conçus par les loges et sociétés secrètes, Satyricon a créé huit morceaux qui rompent radicalement avec bon nombre de clichés sur le metal. L'album est entièrement basé sur un éventail de thèmes musicaux forts, ceux-ci formant le noyau dur de chaque composition. Les parties ainsi retenues pour l'album se devaient de représenter le groupe en collant à son esprit. A la différence de la recette habituelle des groupes de metal qui consiste à assembler différents riffs jusqu'à ce qu'il y en ai suffisamment pour faire un morceau, tout le reste a été conçu pour coller à ces thèmes de prédilection. Chaque titre de « Now, Diabolical » bénéficie d'un tempo défini et laisse une impression unique. Contrairement à leur précédentes œuvres, il n'y a sur cet album aucun fil conducteur élaboré, les titres vont droit au but: directs, sans hésitation aucune. « Now, Diabolical » est le black metal dans sa forme la plus pure : guitare, basse, batterie, soutenues occasionnellement et de manière efficace par l'apparition de cuivres, instruments qui soulignent la puissance dramatique des chansons. L'aspect remarquable concernant cet album est dû au fait que les restrictions artistiques que se sont fixées les membres de Satyricon paraissent semblables à celles qui s'appliquent généralement au rock classique : quelque chose d'accrocheur, au tempo bien défini. Le résultat est surprenant : jamais jusque là le black metal n'avait démontré une telle puissance. Le cadre dans lequel le groupe a travaillé a nécessité une nouvelle précision dans leur musique qui stimule immédiatement le centre émotionnel sombre du cerveau : ça réveille la bête qui sommeille à l'intérieur et ça en devient réellement diabolique. Produit par Satyr, « Now, Diabolical » a été enregistré dans divers studios en Norvège et au célèbre studio Warehouse à Vancouver au Canada. « Now, Diabolical » ouvre un nouveau chapitre, pas uniquement dans l'histoire de Satyricon mais également dans celle du metal. Un album de qualité hors du commun qui devrait changer la manière dont le black metal est perçu. Le diable dans son accoutrement burlesque sort de scène, la prochaine scène est dédiée à la sinistre obscurité qui gît à l'intérieur de chaque être humain et qui se fait ressentir à travers une musique comme celle de ce chef d'œuvre.

Notulus
Notulus
0 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?



Contacter la rédaction Vignette_artiste
Site internet / Myspace

Vignette_artiste