Musique
Le quotidien indé qui ne sent pas des pieds!!
Login :


Mot de passe :


Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
Login :


Mot de passe :


Re-entrez le mot de passe :


E-mail :


Veuillez recopier le code sur l'image:
???


Erreur dans le login et/ou mot de passe

Vous n'êtes pas connecté car votre compte n'est pas activé.


Seize HappyWallMaker

Membre du groupe : Seize Happywallmaker

Il était une fois un garçon né à Sarcelles, ville qui signifie ''le plus délicat des oiseaux de rivière'', pour ceux qui aiment l'étymologie. Le garçon en question prénommé Raphaël, répondra plus tard au nom de Seize, puis à celui de Seize Happywallmaker.

Cacher la suite

Raphaël est fils unique. Quand il est à l'école il est souvent ailleurs... Il dessine et il s'évade. Il aime la science-fiction, la littérature, les séries fantastiques, les chiffres, la géométrie. Il est très fidèle à l'univers graphique des bandes dessinés de Druillet et de Moebius.

Un jour, déjà adolescent, il voit un graff qu'il trouve superbe, signé Dark. Ce sera le début de l'aventure de notre héros. Il commence à graffer à Paris, notamment à la gare du Nord, sur les trains et les réseaux ferroviaires.

Raphaël, se mariera tôt, aura des enfants, travaillera durant 10 ans comme conducteur de camion et d'autobus, tout en griffonnant des carnets entiers. Son univers artistique sera composé par l'infinie connexion entre les êtres, les choses et ses images mentales. Au fil des années il devient donc Seize Happywallmaker, l'artiste. Entre-temps, il s'intéressera de près à Jean Dubuffet, Roy Lichtenstein et Keith Haring, qui contribueront à nourrir son appétit artistique. Il créera son propre style, il sortira indemne et enrichie de ce labyrinthe qu'est la quête artistique.

La démarche picturale de Seize Happywallmaker est puissante, car elle est munie d'une profonde sincérité vis-à-vis de son inspiration, de sa quête de l'essentiel et de son engagement. Les images qu'il graffe ou qu'il peint viennent, dit-il, de ses rêves et d'ailleurs. En effet, ses fresques murales, souvent kaléidoscopiques, se livrent au spectateur comme une sorte d'oracle personnel. Chacun verra la projection de son propre inconscient, de ses rêves, de sa perception. Dans son œuvre il y aura souvent de la place à des circuits, des cheminements, des voies, des croisements. On est transporté par toutes ces couleurs si vives, par tous ces chemins inattendus. C'est personnel et global. Est-ce une invitation au voyage? S'agit-il d'une quête? Un échange? L'art de Seize Happywallmaker, si contemporain, a la force et la poésie d'une recherche philosophique. L'artiste affirme que « l'art libère l'esprit et ouvre les portes sur l'au-delà... de la toile, de la vie quotidienne, de la consommation, du stress ». Quand Happywallmaker crée ses fresques murales, elles sont dédiées aux gens de la rue. C'est en effet plus qu'une exposition, c'est un partage. Il dit également vouloir « passer une vibration, atteindre le sentiment et le ressenti ». C'est déjà fait, petit oiseau de rivières.
Danielle MORAES LEGRAS

Notulus
Notulus
1 vote(s)
Votes
  
Veuillez patientez quelques instants...
Loading...

Merci de vous connecter pour poster un commentaire.


Login :     Mot de passe :     Se souvenir de moi


Mot de passe oublié?
   Pas encore inscrit?